voulez
vous
vivre ?

fr | en
Actualités


voulez
vous
vivre ?

Actualités

10 expositions parisiennes à voir au printemps 10 expositions parisiennes à voir au printemps
1 Nymphéas au Musée de l’Orangerie Le Musée de l'Orangerie consacre une exposition au dernier chef-d'oeuvre de Claude Monet, les célèbres Nymphéas, qui entrent au Museum of Modern Art de New York en 1955. Un an plus tard, en 1956, le critique Louis Finkelstein invente le terme "impressionnisme abstrait" et l'associe à l'oeuvre de Monet. Le Musée de l'Orangerie part de cette période cruciale dans l'histoire de l'art, ce moment de la rencontre entre la découverte des grandes décorations du peintre et la consécration de l'École abstraite new-yorkaise, pour faire dialoguer les toiles tardives de Monet avec une vingtaine de tableaux américains (Pollock, Rothko, Tobey, Frankenthaler…). Nymphéas. L'abstraction américaine et le dernier Monet, du 13 avril au 20 août 2018, Musée de l'Orangerie 2 Kupka au Grand Palais Le Grand Palais consacre une rétrospective à l'artiste tchèque František Kupka, de ses débuts marqués par le symbolisme à son évolution progressive vers l’abstraction dont il sera l’un des chefs de file. Se donnent à voir plus de 300 peintures, dessins, gravures, livres et documents qui mettent en lumière la virtuosité de l'artiste et sa personnalité engagée, résolument moderne. Kupka, jusqu'au 30 juillet 2018, Grand Palais 3 Delacroix au Musée du Louvre Paris l'attendait depuis 1963. 55 ans plus tard, la capitale accueille une nouvelle rétrospective complète de l’œuvre d'Eugène Delacroix. En collaboration avec le Metropolitan Museum de New York, le musée du Louvre présente en mars prochain une exposition d'envergure dédiée à l'ensemble de la carrière artistique du célèbre peintre français. Au total, 180 œuvres, dont une majorité de peintures, se donneront à voir dans le hall Napoléon, de sa célèbre Liberté guidant le peuple à ses dernières compositions religieuses ou paysagés, plus rares, cette rétrospective explore toutes les facettes du peintre, qui a toujours tenté l'originalité malgré son désir intime de s'inscrire dans la grande tradition des artistes flamands et vénitiens du XVIème et XVIIème siècles. Delacroix (1798-1863), jusqu'au 23 juillet 2018, Musée du Louvre, Paris. 4 Guernica au le Musée National Picasso-Paris Le désormais incontournable musée national Picasso-Paris prend le parti de consacrer une exposition entière à l'une des œuvres les plus célèbres et puissantes de Pablo Picasso, à savoir Guernica. Mais l'exposition sur Guernica a lieu sans Guernica... En effet, ce dernier, très fragile, ne peut plus quitter le musée Reina Sofia à Madrid. C'est donc à travers son histoire, ses esquisses, ses interprétations diverses que le célèbre tableau réalisée à la suite du bombardement de la petite ville basque de Guernica, le 26 avril 1937. Événement tragique qui a traumatisé le peintre et qui en dépeint toute l'horreur sur cette toile géante... Guernica, jusqu'au 29 juillet 2018, Musée National Picasso-Paris 5 Rodin et la danse au Musée Rodin Quand Rodin rencontre le monde de la danse, forcément, le résultat est à la hauteur de la virtuosité de l'artiste : spectaculaire. Le Musée Rodin s'intéresse ce printemps à la représentation des corps de danseurs, de la souplesse et de la grâce d'une ballerine dans l'oeuvre d'Auguste Rodin à travers une exposition articulée autour de la célèbre série des Mouvements de danse et des multiples rencontres de l'artiste avec des danseuses de renom : Isadora Duncan, Loïe Fuller, Hanako... Un tourbillon aérien plongeant le visiteur au cœur des plus belles archives de l'artiste, entre sculptures, photographies, dessins et antiques d'une rare beauté.   Rodin et la danse, du 7 avril au 22 juillet 2018, Musée Rodin 6 - 5 bis rue Verneuil à la Galerie de l’Instant 5 bis rue Verneuil. Une adresse mythique où se cache l'hôtel particulier de Serge Gainsbourg, qui y a vécu de 1969 jusqu'à sa disparition en 1991. Préservé par Charlotte, l'endroit est resté figé. Les reliques de son père n'ont pas bougé. Les gitanes s'entassent dans le cendrier, les bouteilles de rouge sont à moitié vides, le piano est ouvert prêt à accueillir de nouvelles mélodies... Du grand salon illuminé par le portrait de Brigitte Bardot à la chambre de style persan où l'on aperçoit les Zizi blanches au pied du lit, en passant par le séjour rempli de vinyls et de beaux souvenirs qui prêtent à l'anecdote, la maison deSerge Gainsbourg semble encore habité par sa présence magnétique. Tony Frank, son complice depuis les années le début des années 60, a eu la chance de pénétrer ces lieux et d'immortaliser l'artiste dans son intimité. Sur son trône en velours dans l'entrée ou alongé sur le tapis d'Orient de sa chambre, entouré de marionnettes à son effigie,de poupées de porcelaine, le dandy se prête au jeu, avec malice et tendresse. Ces clichés, la Galerie de l'Instant en expose une belle série en mars prochain le temps d'une exposition monographique entièrement consacrée au 5 bis rue de Verneuil.  5 bis rue Verneuil, photographies de Tony Frank, jusqu'au 10 juin 2018, Galerie de l'Instant, 46 Rue de Poitou, 75003 Paris 7 Margiela : les années Hermès aux Arts Décoratifs En octobre 1997, Martin Margiela est nommé directeur artistique d'Hermès. Le créateur belge, qui a co-fondé Maison Martin Margiela en 1988, insuffle jusqu'en 2003 son esprit conceptuel et son goût pour la déstructuration et l'innovation au sein de la maison parisienne au patrimoine ancestral. De ces années d'audace, le MoMu d'Anvers en a fait une exposition exceptionnelle qui a attiré de nombreux visiteurs jusqu'au 27 août 2017. Ce printemps, l'exposition pose ses valises aux Arts Décoratifs de Paris qui donnent à voir des créations phare du designer anonyme pour Hermès, issues des douze collections qu'il a créées, qui restent de véritables bijoux de modernité, de technicité et d'épure, dont certains sont fabriqués à base de matériaux recyclés, ce qui était inédit à l'époque. Un must-see. Margiela : les années Hermès, du 22 mars au 2 septembre 2018, Musée des Arts décoratifs 8 Chagall, Lissitzky, Malévitch au Centre Pompidou Le Centre Pompidou se concentre sur l’avant-garde russe, de 1918 à 1922, à travers l’œuvre de trois de ses figures majeures : Marc Chagall, El Lissitzky, Kasimir Malévitch. Au total 250 oeuvres et documentaires tentent de tracer les contours de ces années post-révolutionnaires où le coeur de l'audace battait non pas à Moscou, mais à Vitebsk. A noter que l'exposition présentera également des travaux d’enseignants et d’étudiants de l’école de Vitebsk, créée en 1918 par Chagall : Vera Ermolaeva, Nicolaï Souietine, Ilia Tchachnik, ou encore Lazar Khidekel et David Yakerson. Un must see de passage à Beaubourg. Chagall, Lissitzky, Malévitch, L'avant-garde russe à Vitebsk (1918-1922), jusqu'au 16 juillet 2018, Centre Pompidou 9 Au diapason du monde à la Fondation Louis Vuitton Il en va de la peinture comme de la poésie... et de la musique. L'adage antique, qui a longtemps animé l'histoire de l'art, se vérifie dans le nouvel accrochage des collections de la Fondation Louis Vuitton. Au diapason du monde présente une sélection d'oeuvres modernes et contemporaines qui font écho aux grands bouleversements de notre temps. Une partition écrite par 25 artistes internationaux, en résonance avec des chercheurs, des poètes et des philosophes sur des airs écologistes, transhumanistes ou métaphysiques. Ainsi Takashi Murakami présente une fresque sur les Huits Immortels de la religion taoïste ; Yves Klein et James Lee Byars rejoignent les galeries baptisées Irradiances ; Ian Cheng et Pierre Huyghe celles de L'Homme qui chavire. Au diapason du monde, du 12 avril au 27 août 2018, Fondation Louis Vuitton 10 Junya Ishigami à la Fondation Cartier La Fondation Cartier célèbre l'audace de l'architecte japonais Junya Ishigami le temps d'une exposition qui donne à voir l'étendue de son talent ingénieux et créatif. Son crédo ? La nature comme source d'inspiration. Créer des bâtiments de pointe qui reproduisent les formes changeantes et aériennes de la nature, c'est le défi qu'il s'est lancé au début des années 2000, se voulant à rebours de la géométrie stricte et figée prônée par de nombreuses générations d'architectes japonais. Junya Ishigami, Freeing Architecture, jusqu'au 10 juin 2018, Fondation Cartier pour l'art contemporain
Lifestyle
Agence de Bordeaux
Ajaccio : un concours d’architecture pour réhabiliter une friche industrielle ! Ajaccio : un concours d’architecture pour réhabiliter une friche industrielle !
Le décor fait froid dans le dos : murs décrépis, capharnaüm improbable. La nature a même repris ses droits dans cet ancien garage désaffecté du cœur d'Ajaccio. L'ambition de Campus Plex, un espace de coworking qui accueille des start-ups, est de réhabiliter les lieux. L'originalité du projet : être lancé sous forme de concours. Sur de nombreuses réponses, cinq cabinets d'architectes ont été retenus. « On est passionné de design et d’architecture et on a trouvé que c’était une façon intéressante de faire partager notre projet à travers les jeunes architectes corses », explique Sébastien Simoni, fondateur de CampusPlex. Le chantier est de taille. 750 mètres carrés qui abriteront 80 postes de travail, pour un coût d' 1,6 million d'euros. Le challenge motive les jeunes architectes retenus. « On est assez impressionné d’avoir un tel bâtiment à Ajaccio. On voit qu’il y a une voûte en béton qui est quand même assez remarquable. C’est une chance de pouvoir intervenir sur ce genre de bâtiment », estime Michel de Rocca Serra de l’agence Orma Architettura. Un défi architectural, mais aussi une future vitrine pour la ville. « Il y aura un gros boulot. Par contre, c’est vrai que ce sera idéal comme site et c’est une chance. Parce qu’ils veulent conserver le site, conserver ce patrimoine industriel. Du moins, c’est ce qu’on ressent. Et c’est une chance aussi pour Ajaccio », indique Mathieu Biscaldi de Agence Alba. Il va falloir réfléchir vite. Les projets doivent être remis au 13 juin. Le vainqueur sera connu une le 20. Les jeunes architectes vont devoir mettre les bouchées doubles.
Immobilier
Agence de Bordeaux
Ouverture de notre nouvelle agence LA ROCHELLE/ ILE DE RE Ouverture de notre nouvelle agence LA ROCHELLE/ ILE DE RE
Dans le cadre du développement du groupe Ateliers Lofts & Associés, spécialiste de la transaction et location de biens singuliers et contemporains, nous avons le plaisir de vous annoncer l'ouverture de l'agence de la Rochelle - Ile de Ré. Cette dernière aura comme terrain de jeu notamment un des plus beaux joyaux de la côte Atlantique : l'Ile de Ré ; Mais aussi, l'île d'Oléron, Royan et de manière plus globale, la campagne Charentaise. Après Paris, Bordeaux, Aracachon et Biarritz, cette nouvelle structure vient consolider notre offre et ancrer un peu plus encore notre présence sur la côte atlantique ainsi que l'immobilier hors norme et d'exception... Notre signature. Retrouvez l'ensemble de nos offres sur le site www.ateliers-lofts.com Agence de la Rochelle - Ile de Ré - 4 impasse de l'épine, 17000 La Rochelle - larochelle@ateliers-lofts.com - 0546375110
Groupe
Agence de La Rochelle / Ile de Ré / Royan
2018 sera "dynamique" après "l'excellente" année 2017 2018 sera "dynamique" après "l'excellente" année 2017
Après une année 2017 "exceptionnelle", 2018 devrait être "dynamique" pour l'immobilier grâce à des taux d'intérêt de crédit toujours attractifs, en dépit d'une montée des prix et d'un recentrage d'aides publiques, estime mercredi le Crédit foncier. "L'année immobilière 2017 a été exceptionnelle sur tous les fronts", a estimé Benoît Catel, directeur général de la filiale du groupe BPCE, et "2018 devrait être également une année dynamique, bien qu'en deçà des records enregistrés" l'an dernier.Des taux de crédit immobilier très bas, stabilisés aux alentours de 1,5% en moyenne fin 2017, et "l'efficacité des mesures de soutien public, notamment le Prêt à taux zéro (PTZ) et l'APL accession" qui aident les ménages à devenir propriétaires, "ainsi que le dispositif Pinel d'aide à l'investissement locatif", ont soutenu le marché. L'an dernier les volumes de crédits immobiliers -hors rachats de crédits en cours- ont augmenté de 13% sur un an, et de 48% en trois ans à 178 milliards d'euros, et quelque 970.000 logements anciens se sont vendus --les notaires devraient prochainement publier les chiffres définitifs--, soit 30% de plus que la moyenne de la décennie. Dans le neuf, 419.000 logements ont été mis en chantier, soit une hausse de 16% sur un an, et 130.000 maisons individuelles neuves ont été commercialisées (+15%).Et cette année, les taux d'intérêt de crédit devraient rester "attractifs", prédit le Crédit foncier qui anticipe une hausse "insignifiante" de ces derniers, pour s'établir à 1,65% en moyenne fin 2018. Mais si les faibles taux d'intérêt améliorent le pouvoir d'achat aux ménages, celui-ci va pâtir à la fois d'une hausse des prix et d'une "diminution des dispositifs de l'Etat". La "quasi-suppression" de l'APL accession et la baisse du PTZ devraient ainsi réduire l'accès à la propriété des ménages modestes. Le Crédit foncier prédit, en 2018, une baisse des indicateurs de marché, qui resteront toutefois à des niveaux élevés : le volume de crédits immobiliers distribués par les banques aux particuliers reculerait de 6% à 167 milliards d'euros, et les transactions dans l'ancien, de 7% à 900.000 ventes - mais ce niveau demeure supérieur de 30% à la moyenne décennale. La filiale de BPCE attend enfin un recul de 5% des constructions de logements neufs, à 395.000, et une hausse des prix dans l'ancien au plan national, à un rythme moindre que l'an dernier, de 2,5%. Selon le dernier baromètre Crédit Foncier/CSA, 80% des professionnels de l'immobilier sont optimistes pour 2018
Immobilier
Agence de Arcachon / Cap-Ferret