voulez
vous
vivre ?

fr | en
Actualités
LE G7 A BIARRITZ, «OCCASION EN OR »  POUR LA VILLE ... OU « PIRE IDEE DU SIECLE » ?

LE G7 A BIARRITZ, «OCCASION EN OR » POUR LA VILLE ... OU « PIRE IDEE DU SIECLE » ?

Lifestyle
Agence de Biarritz
Posté le 20/08/19


Du 24 au 26 août, la station balnéaire basque va accueillir les grands de ce monde. Un défi sécuritaire et logistique loin de plaire au plus grand nombre.

Pendant quatre jours, Biarritz sera le centre du monde, ou presque. Oubliez les touristes, la plage et les images de cartes postales : la station balnéaire de la côte basque va devoir "briller". Durant un long week-end, du 24 au 26 août, la ville de 25 000 habitants accueillera le sommet du G7. Le défi ? Recevoir les dirigeants des sept pays les plus riches au monde, leurs délégations, la presse internationale, et la myriade de policiers et agents des forces de l'ordre chargés de leur sécurité.

Entre "immense fierté" et "aberration totale"
Une "immense fierté", pour le maire de la ville, Michel Veunac (Modem), mais aussi un véritable casse-tête pour cette commune du sud-ouest, plus habituée aux afflux touristiques du mois d'août qu'aux sommets internationaux. Pour certains élus, le choix de Biarritz pour accueillir le G7 est même "une aberration totale". Les riverains, de leur côté, dénoncent "la pire idée du siècle". Car au-delà du coup de projecteur lancé sur la ville, les conséquences pour les Biarrots, confinés dans des zones ultra-sécurisées et vidées de leurs touristes habituels, pourraient être préoccupantes.
La pression est à son maximum. À Biarritz arriveront d'ici deux semaines les sept dirigeants des pays les plus riches de la planète : Donald Trump (États-Unis), Justin Trudeau (Canada), Angela Merkel (Allemagne), Shinzo Abe (Japon), Boris Johnson (Royaume-Uni), Giuseppe Conte (Italie), et Emmanuel Macron, l'hôte français. Ensemble, ces pays représentent 40 % du PIB mondial et 10 % de la population de la planète. Au total, 24 délégations étrangères, composées du G7 et des pays invités, ainsi que des représentants du FMI, de l'ONU et de l'OCDE. Des travaux de groupe s'enchaîneront autour d'un thème principal : "la lutte contre les inégalités", afin de discuter principalement "du climat et de la lutte contre le terrorisme", explique le site officiel de l'Élysée.

Une "satisfaction pour tous les Biarrots" ?
L'organisation de cet événement international, symbole de l'entente diplomatique entre les pays les plus riches de la planète, provoque la fierté du maire de Biarritz, Michel Veunac. "Le Président de la République m'a dit 'Je compte faire le G7 chez toi', et je pense que c'est une satisfaction pour l'ensemble des Biarrots", confie l'élu à L'Express. "Nous sommes une ville à vocation d'accueil, et nous proposons des équipements de pointe et de grande qualité pour exercer au mieux cette fonction", ajoute-t-il. Selon le maire, l'organisation de cet événement représente "une fenêtre médiatique inouïe pour la ville", et "une occasion en or de valoriser le territoire".
"Le but est de tirer le meilleur profit de ce sommet", assure Michel Venac. Il explique compter sur la médiatisation internationale, et les "nombreux voyages de presse organisés depuis plusieurs mois", ainsi que sur les "retombées économiques" engendrées par le G7. Traiteurs, hôtesses d'accueil, vélos achetés à une société biarrotte... Le maire fait la liste des sous-traitants locaux appelés à la rescousse pour organiser le sommet. "Les hôtels sont bookés depuis des semaines, les restaurants seront pleins de journalistes. Cela représente d'énormes retombées économiques", déclare l'élu, qui compte aussi sur l'événement pour susciter l'envie d'autres organisateurs, "potentiellement impressionnés par notre capacité à gérer de telles manifestations". Un emballement qui n'est pas du goût de tous, pourtant : certains élus et riverains dénoncent une "aberration totale".

Un défi logistique et sécuritaire
Car qui dit "Sommet international", dit "sécurité totale". Pendant quatre jours, "la ville sera certainement l'endroit le mieux protégé de la planète", estime le maire. En conséquence, les rues étroites de la station balnéaire seront totalement "aseptisées", explique à L'Express François Amigorena, conseiller municipal d'opposition et farouche opposant à l'organisation du G7 dans la ville. Pour lui, ce sommet représente "une aberration sécuritaire", qui "oblige à mettre en place un dispositif très contraignant pour les Biarrots". Durant l'événement, la ville sera séparée en deux parties : une zone de protection (en bleu ci-dessous), et une zone de protection renforcée (en rouge). Ici commence le casse-tête pour les habitants : dans la zone bleue, la circulation et le stationnement seront lourdement réglementés, et seules les personnes munies de badge auront un droit d'accès aux rues.
Dans la zone rouge, sanctuarisée autour de la mairie, du centre de congrès de Bellevue, et des grands hôtels, la restriction se fera encore plus dure : aucune voiture ne sera autorisée à circuler, et seuls les piétons munis de badge seront acceptés. "Nous avons même récemment appris qu'il y aura, à l'intérieur de la zone rouge, des sous zones A, B, C et D, dans lesquelles la circulation inter sous-zones ne sera pas possible. C'est un enfer pour les habitants !", déplore François Amigorena.

"Pour mettre en avant une ville, on ne peut pas la faire mourir"
Pour les commerçants de la zone rouge, la "bunkérisation" de la ville est inacceptable. "En haute saison, nous avons 100 000 personnes à Biarritz. Dans la zone rouge, seules 7 500 personnes pourront circuler. Vous comprenez bien le manque à gagner", estime le conseiller municipal. "Pour nous, l'enjeu est considérable", confirme à L'Express Marie-Capucine Maury-Laribière, gérante de trois bars-restaurants situés dans la zone rouge. "Je suis touchée de plein fouet, puisque seule une poignée de personnes aura accès à la zone rouge. Tout mon chiffre d'affaires se fait en juillet et en août. Perdre quatre jours sur cette période, c'est perdre au moins 150 000 euros, pour un seul restaurant", estime-t-elle. Pour la restauratrice, le G7, qui se tient entre deux grosses semaines de vacances, aura des répercussions sur tout le mois d'août, voire au-delà. "En restauration, le retard que vous prenez, vous ne le rattrapez jamais. Organiser ce sommet dans une station balnéaire, en plein mois d'août, c'est n'importe quoi ! Tout est bouclé, fermé à double tour, mes employés ne peuvent même pas accéder au centre-ville. Pour mettre en avant une ville, on ne peut pas la faire mourir", tranche-t-elle, désabusée.
Et ce chamboulement ne touche pas que les restaurateurs. Les personnes les plus fragiles, elles aussi, craignent pour leur quotidien. Béatrice Chevé-Audouin, gérante d'une entreprise biarrote de services à la personne, a été obligée de mettre 36 de ses salariés "en congé payé forcé", sur 40 employés. "Ils ne pourront pas passer les zones de contrôle, alors que j'ai besoin d'eux pour aider les personnes âgées pour les levers, les repas, les couchers...", explique-t-elle. Au-delà d'un chiffre d'affaires "amputé" par "quatre jours d'annulation de services en plein coeur de la saison touristique", Béatrice Chevé-Audouin se dit "dépitée". "Au lieu de passer trois fois par jour, nous ne pourrons assister les personnes les plus faibles que deux fois. Le petit-déjeuner se transformera en brunch, le goûter en dîner... Cela génère énormément de frustration", déplore la cheffe d'entreprise. Pour éviter les contraintes liées au sommet, des groupes Facebook ont déjà vu le jour, et proposent d'organiser la solidarité entre les habitants de Biarritz. Sur la page "Entraide G7 Biarritz", près de 3000 personnes proposent ainsi des aides pour faire les courses, le ménage ou des promenades...

Une ville "sanctuarisée"
Pourtant, pour Serge Istèque, président de l'Office de commerce et d'artisanat de la ville, le G7 n'a pas que ses mauvais côtés. Comme le maire, il espère "que l'événement fera rayonner la ville". "Et si certains commerçants sont impactés, ils auront la possibilité de faire une réclamation d'indemnités", assure-t-il. Michel Veunac, le maire de Biarritz, se veut lui aussi rassurant. "Je comprends les inquiétudes des commerçants, car elles sont fondées sur deux choses : la crainte des dérives violentes, et la peur d'une perte de chiffre d'affaires".
L'élu propose une réponse à chaque problématique : "La ville est actuellement pleine comme un oeuf, et ce n'est pas sur quatre jours que les restaurateurs perdront leur chiffre d'affaires, d'autant plus que l'ensemble des journalistes, des forces de l'ordre, et des participants au sommet devront bien se restaurer", explique-t-il. "Pour ce qui est de la sécurité, Biarritz sera sanctuarisée. Et les dérives qui pourraient avoir lieu aux alentours de la ville seront également contrôlées".

Craintes sur un contre-sommet
Si le sommet est au coeur de tous les débats, un autre événement, directement lié à cette réunion, se déroulera aux alentours de Biarritz. "Il n'y a pas de G7 sans anti-G7", résume le maire. À Hendaye, située à 30 kilomètres de Biarritz, des opposants au sommet se retrouveront le temps du week-end, "afin de proposer des solutions alternatives au capitalisme représenté par le G7", explique Aurélie Trouvé, porte-parole de l'association militante ATTAC.
Quoi qu'il en soit, le maire se dit "confiant" quant à l'organisation de l'événement : "Personne n'a intérêt à voir survenir la violence, et ma seule préoccupation est que le sommet se passe bien, dans une ville la plus accueillante possible."

Source : https://www.lexpress.fr/actualite/politique/le-g7-a-biarritz-occasion-en-or-pour-la-ville-ou-pire-idee-du-siecle_2093908.html
12/08/2019. Céline Delbecque

Actualités

Nos actualités associées

Actualités
LA PLAGE, VUE PAR CESAR ANCELLE-HANSEN LA PLAGE, VUE PAR CESAR ANCELLE-HANSEN
Ateliers Lofts et Associés édite un magazine 2 à 3 fois par ans qui met en avant les derniers biens à la vente et à la location sur les villes et alentours de Biarritz, Bordeaux, Pyla, Cap Ferret, La Rochelle, Ile de Ré et Royan. L’édition « Eté » est sortie en ce début juillet 2018 et nous avons eu l’immense plaisir de collaborer avec le photographe biarrot César Ancelle-Hansen pour la couverture de cette dernière. Originaire du nord de la France et installé depuis 2001 à Biarritz il sublime à travers ses clichés les beautés de l’océan qui borde nos côtes et la liberté qui en émane. Médecin urgentiste, César dédie de plus en plus de temps à la photo, en quête de nouveaux horizons. Il a répondu à quelques unes de nos questions … 1/Quelle est ta démarche en tant que photographe ? Enfant et ado, j’ai baigné dans le milieu artistique et j’ai commencé à faire de la photo argentique. J’étais attiré par l’océan, le surf, la plage et tout cet univers que je vivais par procuration (vivant près de Lille) à travers des magazines dédiés au surf et à l’océan… Puis j’ai fait médecine et terminé mes études sur la côte basque où j’ai pu vivre ma passion du surf et goûter à ce mode vie. Je me suis naturellement remis à la photo pour en saisir la lumière, la chaleur, la liberté et l’ambiance qui m’omnibulent. Peu à peu, j’ai été contacté par des gens qui ont vu mes photos, m’ont commandé des images pour des mags ou autres et j’ai ainsi pu professionnaliser mon approche sur ces sujets qui me passionnent. 2/ Justement en opposition au rythme de ton métier est ce que la photo t’aide à maitriser le temps? Effectivement ! On est tous un peu obsédé par le temps qui passe, par notre horloge et a posteriori quand je regarde mes séries d’images il y a un côté limite thérapeutique à la pratique de la photo qui te permet de figer le temps, revenir en arrière. 3/ Tu travailles souvent en réalisant des séries, est ce que l’architecture et l’habitat pourraient te tenter ? Complètement, d’un point de vue visuel, instinctif et photographique, je trouve ça génial ! Je suis en train de préparer des collaborations à Los Angeles où je vais développer des séries en lien avec l’habitat et la déco. L’autre gros avantage de la photo est justement que ça t’amène à découvrir d’autres sujets et à les explorer. Par exemple, je suis en train de développer une série (75 000) sur les palmiers de L.A. De manière générale, j’aimerais faire des ponts entre la Californie et La Côte Basque. 4/ En dehors de ton site ou des réseaux sociaux où peut-on te voir prochainement ? Je collabore avec un magasin près de la Grande plage de Biarritz le « Helder supply store » où on peut voir certains de mes clichés, et sinon je prépare la 3éme édition du Burning Man ainsi qu’une une expo à Los Angeles pour le Printemps 2019 !
Lifestyle
Agence de Biarritz
En 2019, la France accueillera le G7 à Biarritz En 2019, la France accueillera le G7 à Biarritz
En clôture du G7 qui s'est tenue cette année au Canada, le Président Emmanuel Macron a annoncé que la France accueillerait l’édition 2019 à Biarritz (Pyrénées-Atlantiques). On ne connaît pas encore la date du prochain sommet international, mais ce sera « certainement à la fin de l’été. » La dernière fois que la France avait accueilli le sommet des grandes puissances internationales - qui était alors un G8 avec la Russie - c’était en 2011 à Deauville (Calvados). « Une ville qui m’est chère dans une région qui me l’est tout autant » « Je souhaitais mettre à l’honneur une ville de province. Et c’est une ville qui m’est chère dans une région qui me l’est tout autant », a précisé le chef de l’Etat, qui s’est rendu plusieurs fois en vacances dans la station balnéaire de la côte basque. « Cette région nous permettra d’accueillir de la meilleure manière le G7 à venir ». Dans une interview à Sud Ouest, le maire de Biarritz Michel Veunac explique que « les premiers contacts ont eu lieu il y a un peu moins d’un an », plusieurs villes étaient alors candidates. « J’ai eu confirmation du choix lorsque j’ai été invité à déjeuner à l’Élysée, par Emmanuel Macron, avec une dizaine d’autres maires, le 28 février. À la fin du repas, il m’a glissé : "Je fais le G7 chez toi, en 2019". On nous a alors demandé la confidentialité absolue, jusqu’à la confirmation. » Source: www.20minutes.fr - 10/06/2018 ************************************************************************ Communiqué de Presse du Maire de Biarritz (Source: www.biarritz.fr - 11/06/2018) : Au nom de notre Ville, je remercie pour sa confiance le Président de la République qui a choisi Biarritz pour accueillir en 2019 le prochain sommet du G7, sous présidence française. C’est un grand honneur qui est fait à Biarritz, et plus largement au Pays Basque. Nous ressentons à la fois fierté et reconnaissance devant la décision du Président de la République. Nous saurons nous montrer dignes de la confiance qui nous est faite et à la hauteur de la responsabilité qu’elle exige. Biarritz, comme la terre basque, sont depuis toujours ouvertes sur le monde. Elles ont développé, au fil du temps, une tradition d’accueil riche et vivante, reconnue et appréciée. L’accueil est devenu une compétence de notre Ville et de notre territoire. Cette culture historique de l’accueil et de l’ouverture au monde nous conduit à recevoir, à longueur d’années, de nombreux évènements et manifestations de premier plan, à caractère économique, culturel ou politique, de dimension nationale et internationale. A titre d’exemples, Biarritz a ainsi reçu en 1994, à la demande de François Mitterrand, le sommet des Chefs d’Etat Africains et, en 2000, la conférence préparatoire au Conseil Européen de Nice sous la présidence de Jacques Chirac. Biarritz, la Côte basque et le Pays Basque sont riches d’équipements et d’infrastructures modernes, qui leur permettent de présenter une offre touristique de haut niveau. La marque internationale Biarritz-Pays Basque, récemment créée, a pour vocation de promouvoir dans le monde les atouts naturels, patrimoniaux et culturels du territoire, de l’Océan aux Pyrénées. Un territoire authentique et de caractère qui attire en grand nombre de visiteurs du monde entier. Pour le considérable évènement que représente le G7, nous aurons à cœur de créer les meilleures conditions de réussite, avec l’ensemble des autorités politiques locales et régionales, en relation avec les services de l’Etat. En liaison aussi avec les forces vives de la société civile et de la population. Nous avons une année devant nous pour préparer comme il se doit l’accueil de ce grand évènement international. Nous y mettrons toute notre énergie et notre savoir-faire. C’est une occasion pour Biarritz et le Pays Basque de connaître un fort rayonnement, qui ajoutera à leur notoriété et à leur attractivité. Nous renouvelons nos remerciements au Président de la République pour sa confiance. Nous l’assurons que le G7 de 2019 trouvera à Biarritz et en Pays basque un accueil à la mesure de la considération qui nous est aujourd’hui témoignée. Michel VEUNAC Maire de Biarritz
Lifestyle
Agence de Biarritz