voulez
vous
vivre ?

fr | en
Actualités


voulez
vous
vivre ?

Actualités

Une station spatiale convertie en hôtel : Philippe Starck à l'honneur Une station spatiale convertie en hôtel : Philippe Starck à l'honneur
"C'est un projet de rêve pour un créateur comme moi, qui cultive une fascination pour l'aviation et l'exploration spatiale, explique Philippe Starck. J'aimerais créer une sorte de nid confortable aux murs soyeux conçu en harmonie avec les mouvements du corps dans un espace sans gravité." Le designer propose une décoration luxueuse, modulaire et lumineuse pour les visiteurs qui auront chacun leur propre cabine. Les hublots, quant à eux, offriront une vue imprenable sur la Terre. De quoi admirer les continents et les océans confortablement depuis sa cabine ! En effet, la société Axiom a prévu dès 2020 de prendre possession de la Station Spatiale Internationale. Amener des touristes et des fans de science-fiction dans l’espace, en orbite, situé à 408 kilomètres de la Terre : un rêve qui devient réalité.
Immobilier
Agence de Paris
HENRI GODBARGE, L'ARCHITECTE NEO BASQUE HENRI GODBARGE, L'ARCHITECTE NEO BASQUE
Henri GODBARGE, né à BORDEAUX en 1872, s'engage tout d'abord dans l'armée avant de décider de devenir architecte. En 1907, sur les conseils de son médecin, car il a la tuberculose, il s'installe avec son épouse à SAINT JEAN DE LUZ, où il ouvre une agence, en ayant une antenne à BIARRITZ. Les trois facettes d'Henri GODBARGE : architecte, théoricien du néo-basque, peintre, ont un dénominateur commun, la défense et illustration du régionalisme, qu'il pratique dès le début de sa carrière au PAYS BASQUE. Je vais vous parler aujourd'hui de sa carrière d'architecte. En 1910, GODBARGE connaît une ascension fulgurante et construit ses premières grandes villas néo-basques, dans des décors grandioses de montagne et d'océan, à URRUGNE (Mendichka), SAINT JEAN DE LUZ (Ezkerrene Handia) et CIBOURE (Levantenia). Ces villas s'inspirent des métairies du LABOURD, mais GODBARGE recherche déjà d'autres modèles dans l'architecture vernaculaire des sept provinces basques. La grande villa l'Eden (aujourd'hui Gora Baïta) à SAINT JEAN DE LUZ, achevée en 1912, transformée et décorée plus tard par les frères Gomez, s'inspire de l'architecture de la vallée navarraise du Baztan, avec son toit à quatre eaux, l'écusson de sa façade d'entrée, ses hauts balcons. GODBARGE commence à se forger un vocabulaire personnel. Il inscrit déjà sa signature d'artiste sur les linteaux, les plates-bandes des baies et les frises des sablières : l'arc en accolade, que les bâtisseurs basques ont emprunté à l'architecture du Moyen-Age et de la Renaissance. L'architecte a un violon d'Ingres, le dessin et l'aquarelle, et commence à exposer avec ses amis peintres. En 1913, il adhère à l'association bascophile Euskalzaleen Biltzarra, qui soutient la création d'un musée de la Tradition Basque à BAYONNE. Avec l'architecte luzien Jean-Baptiste Darroquy, les peintres Charles Colin et Etienne Décrept, et plusieurs artistes et hommes de lettres, il fait partie de la Commission chargée d'oeuvrer avec la municipalité pour la fondation et l'enrichissement du musée. En 1922, on le retrouvera dans la Commission d'architecture et d'art décoratif du Musée Basque. La carrière de GODBARGE, interrompue par la Grande Guerre, atteint son apogée pendant les Années folles. La vogue de la Côte Basque comme lieu de villégiature suscite une extraordinaire floraison architecturale. La reconstruction des régions dévastées par la Grande Guerre a donné un nouvel élan au régionalisme, sous la houlette tels que Louis Cordonnier. Les villégiateurs citadins, charmés par le PAYS BASQUE, aiment à se faire construire des villas alliant le pittoresque des habitations anciennes au confort moderne et à les baptiser de noms euskariens. Le mouvement néo-basque, qui a eu ses pionniers au tournant du 20ème siècle, connaît alors un véritable âge d'or, servi par des architectes majeurs. GODBARGE est un maître incontesté des grandes villas, dont il conçoit également la décoration intérieure. Parmi ses grandes villas, Irrintzina à CIBOURE et à ANGLET, la Marfée à JATXOU pour l'industriel Richelet, Bake Etchea à GUETHARY pour la princesse de Wagram et l'agrandissement de Mendichka à URRUGNE pour Julio Mendez; Ces deux dernières lui vaudront une médaille d'argent au Salon des artistes français en 1930. GODBARGE construit aussi de plus petits programmes, en majorité des villas, dans les lotissements de la Côte Basque, conçus sur le modèle des cités-jardins. En 1922, il bâtit pour lui-même une villa-manifeste, Asmouteguia ("le lieu du projet"), dans le quartier Aice-Errota à SAINT JEAN DE LUZ. Il édifie également des immeubles dans le centre de BIARRITZ, et de SAINT JEAN DE LUZ, avec des magasins de commerce et parfois des ateliers au rez-de-chaussée, et aménage des boutiques. En 1923, le lancement de la station d'HOSSEGOR, créée presque ex nihilo à une vingtaine de kilomètres du PAYS BASQUE, apporte un nouveau souffle au régionalisme. Henri GODBARGE et les frères Louis et Benjamin Gomez sont les architectes quasi officiels des débuts de la station. Dans ce vaste laboratoire architectural, ils mettent au point le style basco-landais, que GODBARGE élèvera bientôt au rang "d'art régional" dans un porte-folios publié par Charles Massin : L'Habitation Landaise. GODBARGE et les frères Gomez jouent un rôle majeur dans l'urbanisation d'HOSSEGOR, où ils conçoivent et réalisent de nombreux projets, individuels ou collectifs. GODBARGE construit une quinzaine de villas. En collaboration avec ses deux confrères, il édifié un grand hôtel de luxe, l'Hôtel du Lac, et un vaste complexe sportif et de loisirs, le Sporting Casino, dont la première phase de construction date de 1927-1928. Alors qu'à SAINT JEAN DE LUZ, le projet d'hôtel-casino régionaliste, conçu par William Marcel, est abandonné au profit de celui de Robert Mallet-Stevens, dans le style international , le Sporting Casino d'HOSSEGOR démontre, idée chère à GODBARGE, que le régionalisme peut être appliqué à des programmes collectifs de très grande taille, si ambitieux soient-ils. 1927 est une année particulièrement féconde, GODBARGE construit le Country Club de Chiberta à ANGLET, inspiré de l'architecture navarraise, en collaboration avec Paul Furiet et Georges-Henri Pingusson. Il édifie à GUETHARY la passerelle de béton de l'hôtel-casino Itsasoan, l'un des chefs-d'oeuvre de l'Art déco de la Côte Basque, comme pour relever le défi lancé à deux pas de là par ses confrères Hiriart, Tribout et Beau, architectes modernistes de l'Hôtel Guétharia. La même année, une récompense prestigieuse couronne son oeuvre bâti : la Grande Médaille d'architecture privée, décernée une fois l'an par la Société centrale des architectes, qui a précédé l'Académie d'architecture. Le jury de la Grande Médaille est présidé par Joseph-Albert Tournaire, architecte de la villa Arnaga, édifiée à CAMBO pour Edmond ROSTAND. Source: paysbasqueavant.blogspot.com
Immobilier
Agence de Biarritz
Biarritz, quand architecture rime avec haute-couture Biarritz, quand architecture rime avec haute-couture
Biarritz, proche de la place Clémenceau, la première des maisons bâties dans la rue Gardères qui mène à la Grande Plage fut la maison Larralde. M. Bellairs mis à profit, en 1867, ses connaissances en architecture pour élever ce que les contemporains appelèrent "le fort Bellairs" ou encore le "manoir féodal" et l'appela Villa Emilia. Il y avait une vaste salle à manger, un immense salon avec véranda, une rotonde vitrée et pas moins de seize chambres. Jusqu'en 1875, le couple Bellairs donnèrent de grande réceptions tous les jeudis soirs dont de nombreux bals costumés. Le 9 décembre 1875, Emilia devint Villa Larralde du nom de ses nouveaux propriétaires. M. de Larralde Diusteguy y mourut en mars 1901, sa veuve mit en vente en 1918. La nouvelle propriétaire fut Gabrielle Chanel (la célèbre Coco Chanel). Comme beaucoup de parisiens, elle avait fui la capitale au moment de la guerre pour venir s'établir sous des cieux plus cléments. Elle était déjà là en 1915 mais en location. Son riche amant, le magnat du charbon Arthur Capel dit "Boy" lui avança les fonds nécessaires à l'achat de la maison qu'elle garda après l'armistice. Elle chargea sa soeur de diriger l'atelier biarrot et sa soixantaine de petites mains. Elle revendit la maison le 13 novembre 1923 à un commerçant de la Havane, Raymond Ellisalt. La villa a ensuite connu des fortunes diverses. Grégoire Baliankine, beau frère d'Igor Stravinsky, y ouvrit un cabaret russe sous l'appellation de "Château Basque" avant de déménager pour le site plus insolite et plus attractif de la villa Belza. Source : Biarritz promenades de Monique et Francis Rousseau
Lifestyle
Agence de Biarritz
LA PLAGE, VUE PAR CESAR ANCELLE-HANSEN LA PLAGE, VUE PAR CESAR ANCELLE-HANSEN
Ateliers Lofts et Associés édite un magazine 2 à 3 fois par ans qui met en avant les derniers biens à la vente et à la location sur les villes et alentours de Biarritz, Bordeaux, Pyla, Cap Ferret, La Rochelle, Ile de Ré et Royan. L’édition « Eté » est sortie en ce début juillet 2018 et nous avons eu l’immense plaisir de collaborer avec le photographe biarrot César Ancelle-Hansen pour la couverture de cette dernière. Originaire du nord de la France et installé depuis 2001 à Biarritz il sublime à travers ses clichés les beautés de l’océan qui borde nos côtes et la liberté qui en émane. Médecin urgentiste, César dédie de plus en plus de temps à la photo, en quête de nouveaux horizons. Il a répondu à quelques unes de nos questions … 1/Quelle est ta démarche en tant que photographe ? Enfant et ado, j’ai baigné dans le milieu artistique et j’ai commencé à faire de la photo argentique. J’étais attiré par l’océan, le surf, la plage et tout cet univers que je vivais par procuration (vivant près de Lille) à travers des magazines dédiés au surf et à l’océan… Puis j’ai fait médecine et terminé mes études sur la côte basque où j’ai pu vivre ma passion du surf et goûter à ce mode vie. Je me suis naturellement remis à la photo pour en saisir la lumière, la chaleur, la liberté et l’ambiance qui m’omnibulent. Peu à peu, j’ai été contacté par des gens qui ont vu mes photos, m’ont commandé des images pour des mags ou autres et j’ai ainsi pu professionnaliser mon approche sur ces sujets qui me passionnent. 2/ Justement en opposition au rythme de ton métier est ce que la photo t’aide à maitriser le temps? Effectivement ! On est tous un peu obsédé par le temps qui passe, par notre horloge et a posteriori quand je regarde mes séries d’images il y a un côté limite thérapeutique à la pratique de la photo qui te permet de figer le temps, revenir en arrière. 3/ Tu travailles souvent en réalisant des séries, est ce que l’architecture et l’habitat pourraient te tenter ? Complètement, d’un point de vue visuel, instinctif et photographique, je trouve ça génial ! Je suis en train de préparer des collaborations à Los Angeles où je vais développer des séries en lien avec l’habitat et la déco. L’autre gros avantage de la photo est justement que ça t’amène à découvrir d’autres sujets et à les explorer. Par exemple, je suis en train de développer une série (75 000) sur les palmiers de L.A. De manière générale, j’aimerais faire des ponts entre la Californie et La Côte Basque. 4/ En dehors de ton site ou des réseaux sociaux où peut-on te voir prochainement ? Je collabore avec un magasin près de la Grande plage de Biarritz le « Helder supply store » où on peut voir certains de mes clichés, et sinon je prépare la 3éme édition du Burning Man ainsi qu’une une expo à Los Angeles pour le Printemps 2019 !
Lifestyle
Agence de Biarritz
Jeu : Royan  Donnez le maximum d’infos sur cette photo Jeu : Royan  Donnez le maximum d’infos sur cette photo
Forcément, vous aurez déjà reconnu un footballeur français de légende, mais qui d’autre apparaît sur cette image ? Dans quelles circonstances a-t-elle été prise ? À vous de jouer. "Sud Ouest" et les éditions Bonne Anse ont retrouvé quelques perles dans leurs archives. Des images du passé de Royan qui réveillent les souvenirs de visites illustres ou d’événements locaux marquants. Connaissez-vous bien la station balnéaire et son histoire contemporaine ? Tout l’été, chaque mardi, nous sollicitons cette connaissance. Le jeu est simple : donner le maximum d’informations concernant la photographie du jour, en vous rendant sur la page Facebook C-Royan. Vous avez jusqu’au lundi 16 juillet, 12 heures, pour vous creuser les méninges. L’auteur(e) de la réponse jugée par nos soins la plus exhaustive sera récompensé(e) du livre de son choix parmi les plus de 50 ouvrages au catalogue des éditions Bonne Anse. Un footballeur de légende Commençons en douceur. Forcément, vous aurez déjà reconnu sur cette photographie un footballeur français de légende, notamment auteur d’un triplé contre la Belgique à l’Euro 84. Notre manière de soutenir les Bleus ce mardi soir. Mais qui d’autre apparaît sur cette image ? Où ? Dans quelles circonstances a-t-elle été prise ? À vous de jouer. Source : https://www.sudouest.fr/2018/07/10/un-ete-de-souvenirs-en-images-5220330-1510.php
Lifestyle
Agence de Bordeaux
Un label d'exception pour les forêts du bassin d’Arcachon Un label d'exception pour les forêts du bassin d’Arcachon
Un label d'exception pour les forêts du bassin d’Arcachon Une idée de vacances ? Visitez une forêt d'exception. Il y en a neuf en France. Ce sont des forêts incroyables qui ont des histoires a raconter. La dernière qui vient d'être labellisée par l'ONF est celle du bassin d'Arcachon. Ce sont deux forêts qui entourent la dune du Pilat. Vous avez l'immense dune blanche encerclée de verdure. Ces forêts ont été semées par l'homme au XVIIIe siècle pour stabiliser le sable. À cette époque, la dune n'arrêtait pas de bouger avec le vent. Le sable recouvrait les champs et les villages. Il même fallu reconstruire deux fois l'église de Lège-Cap-Ferret. Donc les hommes ont semé de graines (des buissons, des genets, des pins maritimes). Aujourd'hui, la forêt est magnifique. Elle a fixé le sable. Elle abrite des crapauds, le lézard ocellé (le plus grand d'Europe), et des oiseaux migrateurs viennent s'y reposer. SOURCE : RTL publié le 13/07/2018 à 06:33 mis à jour le 13/07/2018 https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/un-label-d-exception-pour-les-forets-du-bassin-d-arcachon-7794100906
Lifestyle
Agence de Bordeaux
La Selection des expos Parisiennes de l’été selon TELERAMA La Selection des expos Parisiennes de l’été selon TELERAMA
De passage à Paris ou coincé tout l’été dans la capitale ? Notre sélection critique des meilleures expos ouvertes tout l’été vous aidera à choisir au mieux votre sortie au musée ou en galerie. — PICASSO ET LA DANSE Jusqu’au 17 Septembre - Opéra de paris / Palais Garnier La danse a traversé la vie de Picasso : son imaginaire, ses amours, son œuvre. Au Palais Garnier, cette exposition, conçue avec la BNF et le musée Picasso, dévoile 130 œuvres et documents rarement montrés. — WILLY RONIS PAR WILLY RONIS Jusqu'au 29 septembre 2018 - Pavillon Carré de Baudouin A 85 ans, Willy Ronis décide de revenir sur ses archives. Il retient l’essentiel dans six albums, avant de s’éteindre à l’âge de 99 ans, en 2009. C’est cette sélection qui est aujourd’hui dévoilée au Carré Baudoin. De nouvelles images à découvrir de cet immense poète et humaniste. — LES IMPRESSIONNISTES A LONDRES Jusqu'au 14 octobre 2018 - Petit Palais Le fort grand Petit Palais vient rappeler l'extraordinaire destin des peintres et artistes pré-impressionnistes et impressionnistes à Londres. De 1870 à 1904, c'est d'abord une affaire de guerre, de chute d'Empire, de Commune ratée, qui pousse Daubigny, Pissarro, Monet, Carpeaux, Tissot, De Nittis… — VISITE DU MUSEE YVES SAINT LAURENT Jusqu'au 9 septembre 2018 - Musée Yves Saint Laurent Paris Ouvert en octobre dernier dans l'hôtel historique qui abritait la maison de couture, le musée Yves Saint Laurent poursuit le parcours rétrospectif inaugural en renouvelant l'essentiel de la présentation. — EN COULEURS LA SCULTURE POLYCHROME EN FRANCE 1850 - 1910 Jusqu'au 9 septembre 2018 - Musée d’Orsay Cette exposition-dossier du musée d'Orsay convient à l'été, elle musarde, enrichit l'esprit et ravit l'œil de découvertes. Alors que, par tradition, la statuaire n'était pratiquée et vue qu'en blanc, marbrée ou teintée de patines de bronze, dès les années 1850, des pionniers, tel Charles Cordier… Source : https://www.telerama.fr/sortir/peinture,-photo,-mode...-nos-20-expos-de-lete-a-paris,n5725165.php
Lifestyle
Agence de Bordeaux
 Un joyau du basketball mondial menacé à Paris  Un joyau du basketball mondial menacé à Paris
La YMCA-UCJG de Paris lance un appel aux dons international afin de pouvoir démarrer les travaux de rénovation de la plus ancienne salle de basketball au monde. Inaugurée le 27 décembre 1893 rue Trévise à l’occasion du premier match de basket joué en Europe, elle a vu le jour grâce aux généreux mécènes américains et français du mouvement YMCA. Communiqué. Après 125 années de pratique, les marques du temps sont présentes et menacent aujourd’hui la survie de la plus vieille salle de basket du monde. Ce gymnase, réplique exacte de la salle de Springfield aux Etats-Unis, lieu où le basketball a vu le jour, est aujourd’hui l’un des rares témoignages patrimonial restant dans le monde du savoir-faire innovant des YMCA dès le XIXème siècle. Situé au 14 rue de Trévise dans le IXe arrondissement de Paris, le bâtiment, géré par l’Union Chrétienne des Jeunes Gens (UCJG, traduction française des YMCA), héberge un gymnase, une ancienne piscine couverte, les reste d’une piste de bowling, un théâtre (le théâtre de Trévise), des salles d’activités culturelles ou sportives, mais aussi un foyer pour étudiants. «Le bâtiment est unique et démontre le savoir-faire des YMCA. Il incarne dans ses murs la pédagogie d’un développement harmonieux des individus sur le plan intellectuel, physique et spirituel. Il dispose d’espaces dédiés à la culture, la formation et le sport», explique Sylvie Manac’h, directrice de la YMCA-UCJG de Paris Tous les joueurs et les amateurs de basketball rêvent de dribbler sur le parquet posé à «bâtons rompus» et de marquer un panier dans cette salle qui est à elle seule un sanctuaire pour tous les passionnés d’histoire et de sport ! «N’oublions jamais que tout a commencé sur ce parquet venu d’Amérique !», poursuit Sylvie Manac’h. Dans la salle historique de basket, le parquet est la priorité, les premières estimations pour sa remise en état s’élèvent à 80 000 € mais plus largement, le gymnase et les autres espaces doivent être rénovés du sol au plafond… «La plus vieille salle de basket au monde mérite de retrouver sa splendeur d’antan. C’est certainement parce qu’un jour de 1893, le premier match s’est joué dans cette salle que la France est devenue un pays emblématique pour le monde du basket, qui envoie régulièrement des jeunes joueurs en NBA !», conclut Sylvie Manac’h. Objectif J.O. 2024 ? Financement sur www.gofundme.com/basketballparis. Suivre la campagne sur www.facebook.com/14ruedeTrevise/ Source : https://chroniques-architecture.com/joyau-basketball-menace-paris/ 

Lifestyle
Agence de Bordeaux