voulez
vous
vivre ?

fr | en
Actualités


voulez
vous
vivre ?

Actualités

HOSSEGOR : LES HORTENSIAS DU LAC, LE « SURF LODGE » CHIC DE LA CÔTE D'ARGENT HOSSEGOR : LES HORTENSIAS DU LAC, LE « SURF LODGE » CHIC DE LA CÔTE D'ARGENT
Après une rénovation complète, le célèbre hôtel d'Hossegor Les Hortensias du Lac rouvre au sein de la collection Les Domaines de Fontenille. Un nouvel écrin de 25 clés avec restaurant locavore ouvert sur le lac, vaste spa et atmosphère laidback chic inspirée par les "surf hotels" des Hamptons. Une année pleine de nouveauté pour la collection Les Domaines de Fontenille. Après Les Bords de Mer à Marseille et l'enthousiasmant Fontenille Menorca aux Baléares, c’est à Hossegor, capitale du surf de la Côte d'Argent, que Frédéric Biousse et Guillaume Foucher ouvrent leur quatrième adresse. Après une rénovation complète, Les Hortensias du Lac a rouvert ses portes sous la forme d'un « Surf Lodge » chic le 28 juin. Ici, l’ambiance se veut décontractée, s’inspirant de l'esprit surf local, de l’Art Déco landais et des surf hotels des Hamptons, avec grands murs blancs, matériaux clairs et naturels. Situé au bord du lac d'Hossegor, l'hôtel est quelques minutes de marche des immenses plages de l'Atlantique ce qui en fait un camp de base idéal pour s’adonner au... surf ! L’hôtel 4-étoiles dispose également d’un spa de 450m² (le plus grand des environs), d’une salle de fitness, d’un bar et d’un restaurant de 50 couverts avec terrasse ouverte sur le lac. Le chef Philippe Moreno (auparavant aux côtés de Gérald Passedat, trois macarons Michelin à Marseille) y propose une carte axée sur les produits de la mer, entièrement sourcés auprès de producteurs locaux. Une approche fidèle à la philosophie locavore des Domaines de Fontenille. Les Hortensias du Lac 25 chambres et suites À partir de 180€ la nuit pour une chambre vue sur le lac en basse saison. 1578 avenue du Tour du lac 40150 Hossegor - France Tél : +33 (0) 5 58 43 99 00 Site Web officiel: www.hortensias-du-lac.com/fr Source: Yonder. Article du 29/08/2019 de Pierre Gunther. Crédit photos: Yonder.
Lifestyle
Agence de Biarritz
Paddock : Un Outlet géant débarque aux portes de Paris Paddock : Un Outlet géant débarque aux portes de Paris
Décidément, le Grand Paris rend la capitale encore plus attrayante. Aux portes de Paris, des projets ambitieux émergent et révolutionnent le train de vie des parisiens et des habitants de la proche banlieue. Parmi eux, on découvre Paddock, un projet pharaonique qui s'étendrait sur plus de 21 000m2 dont 17 000m2 dédié à la mode à Romainville, à proximité du canal de l'Ourcq.  Mais Paddock c'est quoi au juste ? Il s'agit d'un futur outlet géant, un véritable lieu de vie dédié à la mode mais aussi aux arts où l'on pourra également profiter de grands espaces de restauration. Il débarque là où se trouvaient auparavant d'anciennes écuries postales. Derrière le projet se trouve le groupe Fiminco qui a pour ambition de créer un lieu à la fois moderne, agréable et Eco-responsable directement inspiré de l'esprit de Brooklyn. Un Outlet 2.0 qui incarnerait pleinement l'âme de ce nouveau 19ème arrondissement, à la fois chic et populaire. A quoi faut-il s'attendre ? Imaginez un peu : La plus grosse boutique de destockage française Adidas, des Galeries Lafayette Outlet qui s'étendraient sur 1200m2 mais aussi 4000m2 qui seraient dédiés à l'offre culinaire avec notamment un Food Hall de 800m2 qui accueillerait des dizaines de bars et restaurants nous faisant voyager aux quatre coins du monde. Il faudrait même s'attendre à y découvrir le plus grand centre artistique d'Europe ! Cerise sur le gâteau, ce village des marques est accessible à portée de métro : il s'installe à quelques mètres de la station Bobigny-Pantin.  Le rendez-vous est fixé à fin octobre 2019. On a hâte, pas vous ?  
source : https://www.sortiraparis.com/loisirs/shopping-mode/articles/194909-paddock-un-outlet-geant-debarque-aux-portes-de-paris
Lifestyle
Agence de Paris
Les Puces du Design 2019 Les Puces du Design 2019
Posté le 12/09/19 Les Puces du Design 2019
Les Puces du Design 2019 : L’ouverture à la création contemporaine se renforce en partenariat avec le magazine Architectures À Vivre Pour sa 40ème édition du 14 au 17 novembre 2019, qui sera celle de ses 20 ans, Les Puces du Design confient au magazine Architectures À Vivre l’organisation du pôle Contemporain du salon. Le magazine grand public et professionnel d’architecture, d’architecture intérieure et de design va ainsi enrichir l’offre de design contemporain des Puces du Design à travers un nouvel espace : À Vivre Design Fair. Entièrement dédié au design contemporain, À Vivre Design Fair proposera à ses nombreux visiteurs : - des stands d’exposition dédiés aux éditeurs, distributeurs et fabricants des univers du mobilier, de l’équipement et de la décoration intérieure - un showroom Maison À Vivre scénographié par un architecte en partenariat avec des professionnels reconnus de l’aménagement et du design intérieur - un espace de rencontres et d’échanges sur les projets des visiteurs avec des architectes, des architectes d’intérieur et des décorateurs, en partenariat avec la plateforme RencontreUnArchi.com - des animations pour les professionnels et les particuliers Avec cette association, Les Puces du Design renforcent le pôle Contemporain de l’évènement aux côtés du pôle Vintage et installeront la manifestation comme principal lieu de présentation et d’échange autour du design pour les particuliers comme pour les professionnels. Du 14 au 17 novembre 2019 à Paris Expo Porte de Versailles Source : https://pucesdudesign.com/wp-content/uploads/2019/07/19-07-04-DP-DFP-2019-Nouvelle-collaboration-A-Vivre.pdf
Lifestyle
Agence de Paris
EVENEMENT : La Biennale Paris EVENEMENT : La Biennale Paris
Posté le 03/09/19 EVENEMENT : La Biennale Paris
Grand musée éphémère, La Biennale Paris célébrera sa 31ème édition du 13 au 17 septembre 2019, avec le Dîner de Gala le 11 et le Vernissage le 12 septembre. Salon d’art de renommée mondiale, La Biennale Paris rassemble cette année sous la nef du Grand Palais des exposants nationaux et internationaux présentant plus de six millénaires d’art et réunit plus de 50 ans antiquaires et collectionneurs particuliers pour des ventes intimistes mais exceptionnelles. Les collectionneurs du monde entier sont attendus pour y acquérir les plus belles pièces des galeristes et antiquaires de Paris. En 2019, la sélection des exposants est réalisée par une commission Biennale Paris qui comprend 6 membres de droit issus du bureau du conseil du SNA et 9 personnalités qualifiées. Elles ont eu la charge de valider les ensembles d’œuvres des 60 galeries et antiquaires internationaux, sans oublier les plus grands joailliers mondiaux présents à la Biennale Paris. Des tableaux de grands peintres, des sculptures ethniques ou bien même des meubles anciens sont présentés par plus d'une centaine d'antiquaires et collectionneurs de renommée mondiale ! Source :https://www.labiennaleparis.com/fr/visiteurs?utm_source=google&utm_medium=coc&utm_campaign=Search_Generic&gclid=EAIaIQobChMIo86t3J-05AIVGYfVCh1KhAzmEAAYASAAEgInfvD_BwE#onlineTicketing
Lifestyle
Agence de Paris
Le Sinner by Evok Le Sinner by Evok
Posté le 26/08/19 Le Sinner by Evok
À peine un an après avoir fait le buzz avec le Brach qui investissait un ancien centre de tri postal du 16ème arrondissement, la collection hôtelière Evok refait l’événement avec l’ouverture très attendue du Sinner, dans le Haut-Marais. Le boutique-hôtel (42 chambres et une suite) affiche 5-étoiles et revendique un luxe « décalé ». Mais le Sinner c’est aussi un grand restaurant supervisé par Adam Bentalha (le chef de la table du Brach) visant la clientèle branchée du quartier, un bar à cocktails, un spa « by Orveda » avec petite piscine intérieure et hammam ou encore un concept-store. Pour les intérieurs de ce nouvel opus, Evok a fait appel à l’un des architectes d’intérieur les plus en vue du moment : Tristan Auer (Hôtel de Crillon, RAN, Brasserie Astair, Les Bains…). Il signe un décor volontiers énigmatique et ésotérique, croisant les références : univers ecclésiastique (confessionnal, vitraux, crypte, chandeliers, bougies…) et monde de la nuit (dans le lounge, façon nightclub, comme dans les chambres dotées de platines vinyle) sans oublier quelques surprises érotico-artistiques. 116 Rue du Temple Paris 3ème - France Source : http://www.yonder.fr/hotels/openings/sinner-boutique-hotel-au-luxe-sulfureux-ouvre-ses-portes-dans-le-marais
Lifestyle
Agence de Paris
L' AGENCE DE BIARRITZ FETE SES 10 ANS! L' AGENCE DE BIARRITZ FETE SES 10 ANS!
Le jeudi 4 juillet dernier, sur la terrasse du Casino Municipal de la ville, l’agence ATELIERS LOFTS ET ASSOCIES de Biarritz a fêté ses 10 ans. A la tête de l’agence biarrote depuis sa création, Julie Lamboley entourée de ses 5 collaborateurs, Morgane, Edith, Manon, Juliette et Robin. Pour l’occasion, cette équipe hors-pair a invité une centaine de convives comptant parmi eux des nouveaux et anciens clients, des notaires, des architectes, des artistes et amis de la marque… Ce rdv haut en couleurs rappelant l’univers de Tim Burton a favorisé des échanges conviviaux entre tous dans une ambiance festive et décontractée face à l’océan.
Groupe
Agence de Biarritz
LE G7 A BIARRITZ, «OCCASION EN OR »  POUR LA VILLE ... OU « PIRE IDEE DU SIECLE » ? LE G7 A BIARRITZ, «OCCASION EN OR »  POUR LA VILLE ... OU « PIRE IDEE DU SIECLE » ?
Du 24 au 26 août, la station balnéaire basque va accueillir les grands de ce monde. Un défi sécuritaire et logistique loin de plaire au plus grand nombre. Pendant quatre jours, Biarritz sera le centre du monde, ou presque. Oubliez les touristes, la plage et les images de cartes postales : la station balnéaire de la côte basque va devoir "briller". Durant un long week-end, du 24 au 26 août, la ville de 25 000 habitants accueillera le sommet du G7. Le défi ? Recevoir les dirigeants des sept pays les plus riches au monde, leurs délégations, la presse internationale, et la myriade de policiers et agents des forces de l'ordre chargés de leur sécurité. Entre "immense fierté" et "aberration totale" Une "immense fierté", pour le maire de la ville, Michel Veunac (Modem), mais aussi un véritable casse-tête pour cette commune du sud-ouest, plus habituée aux afflux touristiques du mois d'août qu'aux sommets internationaux. Pour certains élus, le choix de Biarritz pour accueillir le G7 est même "une aberration totale". Les riverains, de leur côté, dénoncent "la pire idée du siècle". Car au-delà du coup de projecteur lancé sur la ville, les conséquences pour les Biarrots, confinés dans des zones ultra-sécurisées et vidées de leurs touristes habituels, pourraient être préoccupantes. La pression est à son maximum. À Biarritz arriveront d'ici deux semaines les sept dirigeants des pays les plus riches de la planète : Donald Trump (États-Unis), Justin Trudeau (Canada), Angela Merkel (Allemagne), Shinzo Abe (Japon), Boris Johnson (Royaume-Uni), Giuseppe Conte (Italie), et Emmanuel Macron, l'hôte français. Ensemble, ces pays représentent 40 % du PIB mondial et 10 % de la population de la planète. Au total, 24 délégations étrangères, composées du G7 et des pays invités, ainsi que des représentants du FMI, de l'ONU et de l'OCDE. Des travaux de groupe s'enchaîneront autour d'un thème principal : "la lutte contre les inégalités", afin de discuter principalement "du climat et de la lutte contre le terrorisme", explique le site officiel de l'Élysée. Une "satisfaction pour tous les Biarrots" ? L'organisation de cet événement international, symbole de l'entente diplomatique entre les pays les plus riches de la planète, provoque la fierté du maire de Biarritz, Michel Veunac. "Le Président de la République m'a dit 'Je compte faire le G7 chez toi', et je pense que c'est une satisfaction pour l'ensemble des Biarrots", confie l'élu à L'Express. "Nous sommes une ville à vocation d'accueil, et nous proposons des équipements de pointe et de grande qualité pour exercer au mieux cette fonction", ajoute-t-il. Selon le maire, l'organisation de cet événement représente "une fenêtre médiatique inouïe pour la ville", et "une occasion en or de valoriser le territoire". "Le but est de tirer le meilleur profit de ce sommet", assure Michel Venac. Il explique compter sur la médiatisation internationale, et les "nombreux voyages de presse organisés depuis plusieurs mois", ainsi que sur les "retombées économiques" engendrées par le G7. Traiteurs, hôtesses d'accueil, vélos achetés à une société biarrotte... Le maire fait la liste des sous-traitants locaux appelés à la rescousse pour organiser le sommet. "Les hôtels sont bookés depuis des semaines, les restaurants seront pleins de journalistes. Cela représente d'énormes retombées économiques", déclare l'élu, qui compte aussi sur l'événement pour susciter l'envie d'autres organisateurs, "potentiellement impressionnés par notre capacité à gérer de telles manifestations". Un emballement qui n'est pas du goût de tous, pourtant : certains élus et riverains dénoncent une "aberration totale". Un défi logistique et sécuritaire Car qui dit "Sommet international", dit "sécurité totale". Pendant quatre jours, "la ville sera certainement l'endroit le mieux protégé de la planète", estime le maire. En conséquence, les rues étroites de la station balnéaire seront totalement "aseptisées", explique à L'Express François Amigorena, conseiller municipal d'opposition et farouche opposant à l'organisation du G7 dans la ville. Pour lui, ce sommet représente "une aberration sécuritaire", qui "oblige à mettre en place un dispositif très contraignant pour les Biarrots". Durant l'événement, la ville sera séparée en deux parties : une zone de protection (en bleu ci-dessous), et une zone de protection renforcée (en rouge). Ici commence le casse-tête pour les habitants : dans la zone bleue, la circulation et le stationnement seront lourdement réglementés, et seules les personnes munies de badge auront un droit d'accès aux rues. Dans la zone rouge, sanctuarisée autour de la mairie, du centre de congrès de Bellevue, et des grands hôtels, la restriction se fera encore plus dure : aucune voiture ne sera autorisée à circuler, et seuls les piétons munis de badge seront acceptés. "Nous avons même récemment appris qu'il y aura, à l'intérieur de la zone rouge, des sous zones A, B, C et D, dans lesquelles la circulation inter sous-zones ne sera pas possible. C'est un enfer pour les habitants !", déplore François Amigorena. "Pour mettre en avant une ville, on ne peut pas la faire mourir" Pour les commerçants de la zone rouge, la "bunkérisation" de la ville est inacceptable. "En haute saison, nous avons 100 000 personnes à Biarritz. Dans la zone rouge, seules 7 500 personnes pourront circuler. Vous comprenez bien le manque à gagner", estime le conseiller municipal. "Pour nous, l'enjeu est considérable", confirme à L'Express Marie-Capucine Maury-Laribière, gérante de trois bars-restaurants situés dans la zone rouge. "Je suis touchée de plein fouet, puisque seule une poignée de personnes aura accès à la zone rouge. Tout mon chiffre d'affaires se fait en juillet et en août. Perdre quatre jours sur cette période, c'est perdre au moins 150 000 euros, pour un seul restaurant", estime-t-elle. Pour la restauratrice, le G7, qui se tient entre deux grosses semaines de vacances, aura des répercussions sur tout le mois d'août, voire au-delà. "En restauration, le retard que vous prenez, vous ne le rattrapez jamais. Organiser ce sommet dans une station balnéaire, en plein mois d'août, c'est n'importe quoi ! Tout est bouclé, fermé à double tour, mes employés ne peuvent même pas accéder au centre-ville. Pour mettre en avant une ville, on ne peut pas la faire mourir", tranche-t-elle, désabusée. Et ce chamboulement ne touche pas que les restaurateurs. Les personnes les plus fragiles, elles aussi, craignent pour leur quotidien. Béatrice Chevé-Audouin, gérante d'une entreprise biarrote de services à la personne, a été obligée de mettre 36 de ses salariés "en congé payé forcé", sur 40 employés. "Ils ne pourront pas passer les zones de contrôle, alors que j'ai besoin d'eux pour aider les personnes âgées pour les levers, les repas, les couchers...", explique-t-elle. Au-delà d'un chiffre d'affaires "amputé" par "quatre jours d'annulation de services en plein coeur de la saison touristique", Béatrice Chevé-Audouin se dit "dépitée". "Au lieu de passer trois fois par jour, nous ne pourrons assister les personnes les plus faibles que deux fois. Le petit-déjeuner se transformera en brunch, le goûter en dîner... Cela génère énormément de frustration", déplore la cheffe d'entreprise. Pour éviter les contraintes liées au sommet, des groupes Facebook ont déjà vu le jour, et proposent d'organiser la solidarité entre les habitants de Biarritz. Sur la page "Entraide G7 Biarritz", près de 3000 personnes proposent ainsi des aides pour faire les courses, le ménage ou des promenades... Une ville "sanctuarisée" Pourtant, pour Serge Istèque, président de l'Office de commerce et d'artisanat de la ville, le G7 n'a pas que ses mauvais côtés. Comme le maire, il espère "que l'événement fera rayonner la ville". "Et si certains commerçants sont impactés, ils auront la possibilité de faire une réclamation d'indemnités", assure-t-il. Michel Veunac, le maire de Biarritz, se veut lui aussi rassurant. "Je comprends les inquiétudes des commerçants, car elles sont fondées sur deux choses : la crainte des dérives violentes, et la peur d'une perte de chiffre d'affaires". L'élu propose une réponse à chaque problématique : "La ville est actuellement pleine comme un oeuf, et ce n'est pas sur quatre jours que les restaurateurs perdront leur chiffre d'affaires, d'autant plus que l'ensemble des journalistes, des forces de l'ordre, et des participants au sommet devront bien se restaurer", explique-t-il. "Pour ce qui est de la sécurité, Biarritz sera sanctuarisée. Et les dérives qui pourraient avoir lieu aux alentours de la ville seront également contrôlées". Craintes sur un contre-sommet Si le sommet est au coeur de tous les débats, un autre événement, directement lié à cette réunion, se déroulera aux alentours de Biarritz. "Il n'y a pas de G7 sans anti-G7", résume le maire. À Hendaye, située à 30 kilomètres de Biarritz, des opposants au sommet se retrouveront le temps du week-end, "afin de proposer des solutions alternatives au capitalisme représenté par le G7", explique Aurélie Trouvé, porte-parole de l'association militante ATTAC. Quoi qu'il en soit, le maire se dit "confiant" quant à l'organisation de l'événement : "Personne n'a intérêt à voir survenir la violence, et ma seule préoccupation est que le sommet se passe bien, dans une ville la plus accueillante possible." Source : https://www.lexpress.fr/actualite/politique/le-g7-a-biarritz-occasion-en-or-pour-la-ville-ou-pire-idee-du-siecle_2093908.html 12/08/2019. Céline Delbecque
Lifestyle
Agence de Biarritz
EPOQ, LE GASTRO-LOFT DE BIARRITZ EPOQ, LE GASTRO-LOFT DE BIARRITZ
Après ELEMENTS, miraculeux troquet freestyle en rase pampa, le chef punk Anthony Orjollet double la mise en plein Biarritz avec un gastro-loft de 300m2 qui éblouit d’entrée : bar mixo sous verrière, firmament de guirlandes, patio en mezzanine, platines pour afters… Co-signée avec l’hyper-ibère David Gonzalez (ex-Carøe), la carte, bien dans son Epoq, mit tout dans le mille ce midi-là : duo de bao vapeur, au poulpe rouge pimenté et à l’aubergine parfumée de basa gede – pâte de curry balinaise ; côtes de mouton sasi ardi XL, maturées-braisées, avec courgette jaune au miso et condiment combinant piment d’Espelette et tomate lacto-fermentée ; saucisse ibaïama façon godiveau, purée de PDT et jus de moelle ; avant une savoureuse tarte abricot-amande-gingembre. Le soir, on monte le son : tartare de cheval à la poutargue, gyoza à la queue de bœuf, foie gras au tempeh… // D.N. POUR LA SOIF ? Cocktails pointus (comme cet Epoq associant mezcal infusé à la pastèque fumée, liqueur de piment, jus de citron vert et sirop d’agave épicé – 12 €) et vins vivants : blanc maison signé Paul Ginglinger (6 € le verre), bulle rosée d’Alice Bouvot (32 € la bouteille) ou bombesque rouge El Carner de Tom Lubbe (95 € le magnum). ENVIE : Cuisine d'auteur, Néobistrot, Bar à vins / Cave à manger LES ESSENTIELS : Feeling LES PLUS : Ouvert le dimanche, Ouvert le lundi, Antidépresseur, Take-away, Faim de nuit, 13 à table PRIX : De 16 à 35 € HORAIRES : Tous les jours, de midi à 14h30 (15h dimanche) et de 19h30 à 22h (22h30 vendredi et samedi). Réservation très conseillée. LES PRIX Carte 30-50 €. Restaurant Epoq 11, rue du Helder Biarritz TEL : +33 9 88 09 68 12 SITE : restaurant-epoq.com Source : https://lefooding.com/fr/restaurants/restaurant-epoq-biarritz
Lifestyle
Agence de Biarritz