voulez
vous
vivre ?

fr | en
Actualités
Qui est Ole Scheeren, l’architecte du futur qui a conquis l'Asie ?

Qui est Ole Scheeren, l’architecte du futur qui a conquis l'Asie ?

Lifestyle
Agence de Paris
Posté le 31/10/18

L’Allemand Ole Scheeren a cosigné avec Rem Koolhaas l’un des joyaux architecturaux du XXIe siècle, le CCTV Headquarters à Pékin. De Francfort à Singapour, il essaime à travers le monde sa vision optimiste et ses bâtiments spectaculaires et futuristes aux lignes déconstruites.

Jeune architecte allemand, Ole Scheeren a seulement 31 ans lorsque le grand Rem Koolhaas lui confie la responsabilité de développer en Asie sa célèbre agence OMA. Dix-huit ans plus tard, il peut s’enorgueillir de quelques belles réussites. Tel le bâtiment de la télévision chinoise à Pékin, par exemple, qui lui a demandé dix ans de combat acharné. La structure forme un spectaculaire anneau cubique déconstruit, comme si deux gigantesques arches de la Défense s’élevaient de façon oblique l’une vers l’autre. Le CCTV Headquarters incarne incontestablement l’une des plus belles réalisations architecturales du XXIe siècle… et Ole Scheeren en partage désormais – après la négociation qui a suivi son départ d’OMA – la signature avec Rem Koolhaas. C’est que l’homme a de l’ambition, et de l’assurance.


L’aventure en solitaire d’Ole Scheeren commence en 2010, lorsqu’il monte sa propre agence (Büro Ole Scheeren) et se lance dans plusieurs projets d’envergure. En janvier dernier, il inaugurait à Pékin le Guardian Art Center, amoncellement de cubes de plus de 56 000 m2 accueillant un musée et l’une des plus célèbres maisons de ventes, face à la Cité interdite. Un puzzle cubique surplombé par une structure rectangulaire en verre flottant dans les airs. C’est également lui qui a imaginé, à Bangkok, la gigantesque tour résidentielle MahaNakhon, qui, du haut de ses 314 mètres, contemple la ville tel un amas de pixels. Enfin, à Singapour, l’architecte vient d’achever son œuvre DUO, deux tours incurvées et sculptées à la manière de blocs tout droit sortis du jeu Tetris.


“Contrairement à beaucoup d’autres, je ne crois pas que l’architecture ait pour objectif de résoudre des problèmes. Ce serait implicitement penser que nous apportons des solutions toutes faites alors que l’architecture est là pour créer des possibilités.”


C’est pourtant à Berlin qu’on rencontre Ole Scheeren, une gravure de mode qui ne colle pas à l’image d’Épinal de l’architecte austère à col roulé noir. Mais être célébré par le Vogue américain, entretenir des amitiés avec des artistes (Apichatpong Weerasethakul, Douglas Coupland), ou même avoir eu une relation avec une actrice star (Maggie Cheung pour ne pas la nommer) n’a jamais empêché le talent. De retour sur ses terres, donc, l’Allemand est bien décidé à mettre son expérience asiatique à l’épreuve de l’Occident. “L’Ouest a un besoin croissant de se réinventer pour se préparer à un futur dans lequel sa place dominante est loin d’être assurée. C’est dans cette perspective que j’ai ouvert mon agence à Berlin, il y a trois ans”, explique-t-il.

Ayant travaillé dans les pays parmi les plus ouverts aux changements et aux formes de pensée nouvelles, Ole Scheeren est armé pour faire face à ce défi. “Contrairement à beaucoup d’autres, je ne crois pas que l’architecture ait pour objectif de résoudre des problèmes, souligne-t-il. Ce serait implicitement penser que nous apportons des solutions toutes faites alors que l’architecture est là pour créer des possibilités. Je ne veux rien imposer aux gens qui vivent dans mes bâtiments, plutôt leur offrir l’opportunité de créer leurs propres solutions, leurs propres histoires et manières de vivre. De toute façon, quel que soit le scénario que j’envisage, la réalité le réécrira, les personnes l’adapteront.”


Avec Ole Scheeren, la célèbre formule “form follows function” (la fonction définit la forme d’architecture) se voit remplacer par “form follows fiction”. “Dans mon projet Interlace à Singapour [imbrication verticale de vastes blocs rectangulaires résidentiels et d’espaces collectifs, formant un village de huit hectares], chacun peut écrire ses propres ‘fictions’. On peut profiter d’un peu de solitude au sein de son appartement, ou bien préférer les espaces collectifs, et engager une discussion avec ses voisins dans l’une des cours où l’architecture crée d’elle-même un microclimat plus frais, ou même encore se retirer dans des espaces semi-publics pour lire un livre tout en étant sûr de n’être dérangé par personne.”


Respecter la vie privée, éviter la solitude subie, faciliter les relations sociales… Cette articulation entre le collectif et l’individu est au cœur d’une pratique forgée dans des contrées où l’individu, justement, n’a pas toujours eu la place prépondérante qu’il occupe en Occident. Cette idée d’interconnexion est tout autant à l’œuvre dans les relations qu’Ole Scheeren établit entre ses architectures et la ville. Ses structures forment, littéralement, un cadre physique accueillant le paysage de la ville : à travers les arches du CCTV Headquarters, on embrasse tout Pékin, tout comme l’espace séparant les tours DUO laisse pénétrer la ville de Singapour. Il applique la même approche dès son premier projet européen, à Francfort : la reconversion d’un bâtiment vieillissant en béton fermé sur lui-même en une tour ouverte sur la ville. “Je crois sincèrement à l’impact de l’architecture sur la société, conclut-il. En tant qu’architectes, nous nous devons d’être radicalement optimistes. Le cynisme est la dernière des choses dont nous avons besoin.”

Actualités

Nos actualités associées

Actualités
Simon Porte Jacquemus : portrait d'un futur grand Simon Porte Jacquemus : portrait d'un futur grand
En 2009, à 19 ans, tout juste monté à Paris depuis un village de Provence, il perd sa mère. Un double arrachement à ce qui fera l'ADN de sa marque : le Sud, et celle qui était son soleil. « Les choses sont arrivées malgré moi, je n'aurais pas dû commencer si tôt. La mort de ma mère m'a donné une force, une urgence de vie. » Une vingtaine de collections plus tard, deux cents points de vente et une année 2017 clôturée à dix millions d'euros de chiffre d'affaires - ça en fait des pommes du verger de Bramejean, le hameau familial -, le jeune homme de 28 ans reçoit au dernier étage de l'immeuble Jacquemus, au bord du canal Saint-Martin. Sa Durance parisienne. « Je n'ai aucun secret », prévient-il, avant de répondre à nos questions au milieu de ses collaborateurs, sans le cérémonial cher à ses aînés. Qu'en est-il de l'étiquette de « jeune surdoué de la mode » bien cousue sur son CV et ses vêtements ? « Cette image date de 2009 quand j'ai fait défiler des copines, dont l'influenceuse Jeanne Damas, dans une piscine municipale. J'étais le seul à faire une collection avec rien. J'avais une énergie très brutale, sans fric, c'était assez cru, des filles en smoking avec des tongs Arena. C'était français et naïf. Olivier Rousteing, par exemple, avait déjà une esthétique plus rodée, plus brillante, plus parisienne. Peut-être ai-je ouvert la porte à quelque chose de différent... » Loïc Prigent, réalisateur et commentateur privilégié du milieu, confirme : « Jacquemus a inventé une nouvelle manière de communiquer, de raconter sa mode, sans filtre et sans intermédiaire, ni community manager, ni service marketing. Il fait tout lui-même. Il a une façon d'avancer très cash et très sincère, un peu comme Isabel Marant à ses débuts. » Simon Porte (c'est son patronyme, Jacquemus étant le nom de jeune fille de sa mère et celui de sa marque) n'a jamais attendu de validation. Il n'a pas intégré d'école de mode, n'a pas été l'assistant d'un démiurge fashion, n'a pas fait ses classes dans une maison de couture. Il a tout de même bénéficié du soutien indéfectible de son ami Adrian Joffe, président de Comme des Garçons (Simon fut à ses tout débuts vendeur dans une boutique « Comme des ») et fondateur du concept store Dover Street Market, une des premières enseignes à distribuer Jacquemus. « Adrian m'a regardé comme un créateur, pas comme un jeune mignon qui fait du buzz, ou un fada qui s'agite pour qu'on le regarde. Il a toujours été très proche de mon travail, et c'est devenu un ami, mais je n'ai jamais reçu un euro de sa part », explique Jacquemus. De toute manière, c'est un coup du destin qui l'a conduit à la création, pas un coup de ciseaux.
Lifestyle
Agence de Paris
Exposition Amabouz Taturo Exposition Amabouz Taturo
Posté le 29/08/18 Exposition Amabouz Taturo
Pourquoi une maison de poupée est-elle installée devant les portes du Palais de Tokyo ? C'est l'attraction dont tout le monde parle en ce moment. En se baladant Avenue du Président Wilson, dans le 16ème arrondissement de Paris, on peut tomber sur une drôle de construction, accolée aux murs du Palais de Tokyo, qui n'est autre qu'une maison de poupée géante. Pensée par l'artiste japonais Amabouz Taturo dans le cadre de l'expositon Encore un jour banane pour le poisson-rêve, donnée jusqu'au 9 septembre 2018, cette maison vaut le détour cet été. Avec ses murs roses, ses papiers peints trompe-l’œil et son mobilier coloré, la Doll's house est une invitation à retomber en enfance, thème de la saison d'expositions du Palais de Tokyo cet été. Structurée à la manière d'un conte dont le titre loufoque s'inspire d'une nouvelle de J.D. Salinger, l'exposition explore les différentes facettes de la construction identitaire de l'enfant en mettant en scène son sens de l'émerveillement, ses angoisses, sa capacité à inventer des univers. En parcourant les salles aux ambiances intimes et variées, les visiteurs se retrouvent dans une maison de poupée façon Alice au pays des merveilles, traversent une salle de classe désertée aux murs couverts de graffitis, croisent des statues de clowns esseulés aux postures énigmatiques... A ne pas manquer.
Lifestyle
Agence de Paris