voulez
vous
vivre ?

fr | en
Actualités


voulez
vous
vivre ?

Actualités

PREMIER LIFTING A L'HOTEL DU PALAIS PREMIER LIFTING A L'HOTEL DU PALAIS
Pour la réouverture de l'Hôtel du Palais à la mi-mars, les premiers travaux d'extérieurs ont été réalisés. Architectes, décorateurs et équipes d'artisans du cabinet parisien Vinci s'affairent depuis le mois de janvier pour terminer en juin prochain. Ouverte au public au Sud de Palais, la terrasse offrant une vue sur la piscine et l'Océan a été aménagée avec de petites allées entourées de belles plantations de lagerstroemia, agapanthes, hydrangeas – une sorte d'hortensia ... Cette esplanade accueillera prochainement le restaurant l’Hippocampe, anciennement situé autour de la piscine, qui sera remplacé par un bar. En sous-sol, le vestiaire reçevra ses derniers aménagements. Côté pisicine, les cabanas rénovées seront maintenues. En attendant les travaux de la rénovation totale des espaces extérieurs comprenant le mini-golf, la piscine et le bassin des enfants, qui devront être achevés en principe pour le prochain mois de juin. Après cette première tranche de travaux d'un montant de 7 millions d'euros dont le budget a été voté par la Socomix, une autre tranche de travaux prévue en automne concernera l'hôtel. En attendant, la mairie et la Socomix qui devaient se prononcer sur le choix définitif du groupe Hayatt n'ont toujours pas annoncé leur choix ! « L'attente semble interminable surtout pour le personnel qui ne connaît toujours pas son avenir », explique le concierge. D'un autre côté, on comprend qu'une telle décision - avec ses conséquences sur le budget de la Ville de Biarritz - demande encore un peu temps… Source: http://www.baskulture.com/ Anne de Miller La Cerda - 5 Avril 2018
Immobilier
Agence de Biarritz
LE TEMPS D'AIMER - LA DANSE - 28 EME EDITION LE TEMPS D'AIMER - LA DANSE - 28 EME EDITION
Biarritz accueille durant 10 jours, du 7 au 16 septembre, le festival Le Temps d’Aimer la danse. Au programme de cette 28e édition, 26 compagnies embrassent dans un même élan la diversité des esthétiques avec une forte présence de femmes chorégraphes, des interprètes de tous âges, des compagnies venues d’Irlande du Nord, de Belgique, d’Espagne, d’Israël, des Pays-Bas ou des États-Unis. Comme chaque année, à Biarritz, septembre rime avec festivals et la 28ème édition du Temps d’Aimer la Danse ouvre le bal des spectacles, animations, cours publics qui, du 7 au 16 septembre, font de la ville un rendez-vous chorégraphique majeur de l’hexagone. Mais si Biarritz a, depuis 150 ans, reçu le monde entier dans ses hôtels et sur ses plages, le Temps d’Aimer perpétue cette tradition en accueillant des compagnies internationales et cette année, l’Espagne, les Pays Bas, la Belgique, l’Irlande du Nord, les États-Unis, Israël... seront au rendez-vous avec des spectacles de toutes les tailles et de tous les styles pour que le public puisse découvrir de jeunes talents ou des chorégraphes confirmés, voire des œuvres mythiques du répertoire comme Giselle en clôture du festival. Avec 47 rendez-vous dans la ville et ses trois théâtres, Biarritz vit au rythme de la danse et affirme ce geste fort partagé, amoureux entre le public et la danse. Cette année, Le Temps d’Aimer la Danse est également l’occasion de souffler 20 bougies pour célébrer l’installation, en 1998, du Malandain Ballet Biarritz - Centre chorégraphique national de Nouvelle-Aquitaine en Pyrénées-Atlantique que dirige Thierry Malandain qui créera à cette occasion, lors du second week-end du festival, un événement surprise à travers toute la ville. Source: http://www.culture.gouv.fr/
Lifestyle
Agence de Biarritz
PARIS : « BEAUPASSAGE », LA RUE PIÉTONNE DÉDIÉE À LA GASTRONOMIE, ENFIN OUVERT AU PUBLIC PARIS : « BEAUPASSAGE », LA RUE PIÉTONNE DÉDIÉE À LA GASTRONOMIE, ENFIN OUVERT AU PUBLIC
C'est un concept inédit à Paris, qui accueille depuis le 25 août les premiers gourmands, dans le 7e arrondissement de Paris. Cette rue piétonne, nommée « Beaupassage » et entièrement dédiée à la gastronomie, est un projet de longue date, préparé dans le plus grand secret. Présenté fin juin, en présence des chefs étoilés, ce food court haut de gamme relie désormais le boulevard Raspail aux rues de Grenelle et du Bac. De part et d’autre de ce passage, ouvert au public tous les jours de 8h à minuit, se trouvent plusieurs tables de chefs prestigieux. Parmi elles : « l’Allénothèque », du chef deux fois trois étoiles Yannick Alléno. On y trouve plus de 750 références de vin dans une immense et élégante cave. L'offre est généraliste : l'ensemble des régions viticoles françaises sont représentées, «de la bouteille très accessible à 6,5 euros jusqu'à l'appellation haut de gamme», selon l'équipe. A gauche de l'entrée principale, le restaureant «Mersea», dirigé par le chef breton doublement étoilé Olivier Bellin, est consacré à la street food de produits marins. Une boulangerie-pâtisserie signée Thierry Marx, un café Pierre Hermé – où l'on peut acheter les célèbres macarons et autres friandises –, une fromagerie Barthélémy et un Daily Pic de la chef Anne-Sophie Pic ont également pignon sur rue. C'est le promoteur immobilier Emerige qui est derrière ce projet monumental. En plus de la surface commerciale, Beaupassage comprend 59 logements (dont 10 logements sociaux) sans surprise déjà tous vendus. Des œuvres d’art contemporain viennent compléter le tableau tout le long du passage, avec notamment l'imposante œuvre très flashy de Fabrice Hyber, intitulée les Deux chênes. Mais aussi la très réussie Traversée d'Eva Jospin : un décor sylvestre fait de carton et protégé par des parois de verre hautes de 3,50 mètres qui vient se refléter dans un miroir installé de l'autre côté. L'œuvre fait un peu office de sas onirique : « Comment pénétrer Beaupassage comme dans nous vante le dossier de presse un rêve ?», nous vante le dossier de presse.
Lifestyle
Agence de Paris
L'hôtel HOXTON à Paris L'hôtel HOXTON à Paris
Posté le 17/09/18 L'hôtel HOXTON à Paris
L'équipe Ateliers lofts et Associés Paris ne s'y est pas trompée puisqu'elle en a fait sa cantine pour son désormais rituel déjeuner de pré-vacances ! C'est l'adresse où tous les Parisiens se donnent rendez-vous en ce mois de septembre. Direction donc la rue du Sentier, à la découverte de ce nouveau lieu de vie à l'aura ultra cool, mêlant chambres lumineuses, brasserie alléchante, bar feutré et terrasse cosy. Ce nouveau hot spot parisien n’est pas totalement inconnu au carnet d'adresses des grands voyageurs. Le Hoxton Paris possède les mêmes attributs que ses confrères londoniens, la vedette étant le premier hôtel de la branche installé dans le quartier de Shoreditch. Un hôtel qui ne dort jamais, où touristes comme voisins peuvent profiter d'un cadre dynamique pour une heure, une demi-journée ou une nuit. Une adresse "décomplexée" où l'accueil s'avère décontracté et les lieux faciles à s'approprier. Plus qu'une atmosphère, le concept des Hoxton est un véritable art de vivre cher à son créateur Sharan Pasricha, un jeune businessman britannique, qui bouscule réellement les frontières de l'hôtel traditionnel depuis qu'il a exporté ses Hoxton hors du Royaume-Uni. Des chambres hommage au savoir-faire artisanal français Après Londres, Amsterdam (et bientôt New York dans le quartier branché de Williamsburg), voici donc que le Hoxton dépose ses valises et son art de vivre à Paris, dans un quartier en pleine effervescence. Impossible de soupçonner ce qui se passe derrière la porte du 30 rue du Sentier, à l’Hôtel Rivié, magnifique bâtisse du XVIII ème construit par l’architecte Nicolas d’Orbay à l’usage d’Etienne Rivié, conseiller de Louis XV. Après quatre ans de travaux, le tableau plus que parfait savamment dosé entre l’esprit british et cette French Touch que tout le monde nous envie, a été crée par les architectes d’intérieur Humbert & Poyet pour les chambres et par Soho House pour les espaces communs. L’endroit accueille 171 chambres qui mêlent le classicisme parisien à un look plus industriel. Elles font toutes échos au dynamisme du quartier où l’hôtel s’est implanté : lampes « Gras », cloisons en maille de laiton, matériaux typiques des années 50 comme le formica, tête de lit en cuir cosy, bureau et bibliothèque pour travailler, petite radio en prime. La décoration des chambres a été imaginée comme un hommage au savoir-faire artisanal français à deux époques très importantes dans l’histoire parisienne. Mais pour ceux qui connaissent « la patte » des Hoxton londoniens, ils retrouveront un zeste de l’esprit so british. Des espaces communs au look so british Côté espaces communs - le plus important étant donné la philosophie du lieu - les visiteurs sont accueillis dans des décors plus que charmants, parisiens mais suffisamment dépaysants pour vous infliger un cruel manque de Londres. Immense lobby avec verrière immense sur cour chic à l'esprit lounge pour profiter du beau temps. Bar à cocktails pour patienter avant de découvrir l’immense brasserie de 200 couverts aux airs industriels et ici et là des recoins pour se prélasser sur des canapés design en velours, et admirer les affiches graphiques et poétiques aux murs. A quelques pas de là, un sublime jardin d’hiver avec mur végétal et salon outdoor suscitera sans aucun doute des attroupements. Après la cour, un immense escalier en spirale du XVIII ème abrite un coin bibliothèque. Là-haut, enfin un petit bar aux accents so british (papier peint fleuri et fauteuils fifties) attendra les plus visiteurs les plus insomniaques.
Lifestyle
Agence de Paris
Le labyrinthe de Xavier Corbero Le labyrinthe de Xavier Corbero
Dans une banlieue proche de Barcelone, on trouve une maison à l’architecture particulière… Un labyrinthe ! Elle est d’ailleurs surnommée le labyrinthe de Xavier Corbero. Pendant la moitié de sa vie, le sculpteur Catalan Corbero a passé une quarantaine d’année à construire sa villa aussi curieuse qu’impressionnante sur un domaine de 8 hectares. D'une beauté à couper le souffle, cette œuvre d’art vivante est représentative de la relation entre l'art et l'architecture, et de l’importance d’avoir un intérieur unique qui nous ressemble. Un incroyable dédale dont aucun visiteur occasionnel ne peut supposer l’ampleur sans une visite méthodique assurée par le maître de céans, Xavier Corbero, 74 ans, sculpteur. L’antre a séduit le cinéaste Woody Allen, qui s’en est servi comme toile de fond pour plusieurs scènes de son film Vicky Cristina Barcelona, sorti en 2008. Architecture ou sculpture, tout, ici, est question d’échelle. « Si vous trouvez la bonne échelle, l’espace arrête d’être spatial pour devenir mental. Et cela est valable autant pour la sculpture que pour l’architecture », affirme Corbero.
Immobilier
Agence de Paris
PARIS DESIGN WEEK PARIS DESIGN WEEK
Posté le 10/09/18 PARIS DESIGN WEEK
Un événement culturel de référence, mettant la barre très haut au sein des design weeks mondiales. En synergie avec la session de septembre du salon M&O PARIS et mobilisant la communauté du design française et internationale, PARIS DESIGN WEEK plonge la capitale dans un bouillonnement d’expositions, de cocktails, de promenades, avec pour point d’orgue la mise en lumière des talents sur LE OFF.
Lifestyle
Agence de Paris
Le Palais Bulles de Pierre Cardin Le Palais Bulles de Pierre Cardin
Face à la baie de Cannes, nichée dans le massif de l'Esterel, cette surprenante maison située sur les hauteurs de Théoule-sur-Mer offre une vue saisissante sur les rivages et les calanques ocres de la Riviera. Née de la volonté d’un homme, cette maison unique aux multiples modules ondulants et sphériques, parsemée de terrasses et de bassins est suspendue entre ciel et mer, face à la Méditerranée. Ses formes féminines se prolongent dans la décoration avec des meubles conçus sur mesure par des artistes contemporains pour épouser harmonieusement les murs des nombreuses suites. Ce lieu futuriste, labyrinthe des temps modernes est une invitation au rêve, avec ses larges hublots où s’engorgent la lumière du soleil, le reflet des flots et les voiles des bateaux. Le couturier et mécène Pierre Cardin a acquis en 1992 cette Maison Bulles que Pierre Bernard avait érigée en 1984. Avec la complicité d’Antti Lovag, l’architecte des lieux, il en fera une “folie architecturale” qui étonne et que le monde entier nous envie. “Ce palais accroché à la roche de l’Estérel est devenu mon coin de paradis, ses formes cellulaires sont la concrétisation depuis longtemps de l’image de mes créations. C’est un musée où j’expose les œuvres de créateurs contemporains.” Antti Lovag l'architecte se définissait lui-même avec une douce ironie comme un “habitologue”, une sorte de bricoleur-aventurier. Dans ses rêves, tout devait être rond, lisse et caressant, pour faire circuler les corps, les idées et les sentiments.
Lifestyle
Agence de Paris
Bâtir sous le second Empire Bâtir sous le second Empire
Posté le 10/09/18 Bâtir sous le second Empire
Une exposition de 34 aquarelles d'architecture : du 2 octobre 2018 au 12 janvier 2019 au Cabinet des dessins Jean Bonna Vernissage lundi 1er octobre, à 18h Riche de plus de 40 000 dessins d’architecture, les Beaux-Arts de Paris dévoilent cet automne une partie de cette collection, en exposant trente-quatre aquarelles portant sur des projets d'architecture conçus lors de la formation des jeunes architectes sous le Second Empire. Les dessins exposés, datés entre 1848 et 1867, constituent une véritable mémoire visuelle de l’enseignement académique dispensé aux élèves de la section d’architecture et un miroir où se reflètent les modes architecturales de cette seconde moitié du XIXe siècle. Après la présentation de dessins d’architecture de l’avant-garde russe du début du XXe siècle, le Cabinet des dessins Jean Bonna, expose à la rentrée, des dessins scolaires d’architecture issus du fonds de l’École des Beaux-Arts. Mis en place par Jacques-François Blondel en 1763, le concours d’émulation joue un rôle fondamental dans les débuts de la formation du jeune architecte avant le Prix de Rome. Tout au long de l’année, il rythme la vie de l’École des Beaux-Arts et deux siècles durant constitue la pierre angulaire de la pédagogie, jusqu’à la suppression des concours en 1968. Cet exercice représente pour les élèves l’occasion de faire preuve d’inventivité et de savoir-faire, en répondant aux programmes fixés par les professeurs. Il consiste à exécuter en une seule séance de douze heures un plan, une coupe transversale et une élévation d’un bâtiment précis. Conçues sur le papier , ces trois études du projet sont réalisées à l’aquarelle, offrant des possibilités infinies de nuances et de couleurs. Le recours à cette technique qui exige plus d’habiletés graphiques que de connaissances architecturales a pour but de séduire les membres de Jury afin d’être sélectionné. Les programmes soumis par les professeurs sont révélateurs des mutations sociales, esthétiques, politiques et urbanistiques de la seconde moitié du siècle. C’est en effet l’époque où Paris se transforme, avec la percée des grands boulevards, l’aménagement des jardins et des promenades et la construction de théâtres et de lieux de divertissement. Véritables morceaux de bravoure, les dessins exposés illustrent en partie les innovations techniques qui caractérisent le milieu du XIXe siècle : ils représentent des panoramas, des volières, des fontaines d’arrosement public, mais aussi des monuments en hommage à l’industrie et des ponts de chemin de fer. L’utilisation de matériaux nouveaux comme le fer et du verre est associée au vocabulaire classique et puis éclectique, symbole du luxe et de l’exubérance de l’époque. L’utilisation de matériaux nouveaux comme le fer et du verre est associée au vocabulaire classique puis éclectique, symbole du luxe et de l’exubérance de l’époque. A ne pas manquer !
Lifestyle
Agence de Paris