voulez
vous
vivre ?

fr | en
Actualités
Bienvenue dans un joyau moderniste en baies vitrées des années 1950

Bienvenue dans un joyau moderniste en baies vitrées des années 1950

Lifestyle
Agence de Arcachon / Cap-Ferret
Posté le 18/05/19

"Nous n'avions pas l'intention d'acheter une maison car nous voulions concevoir et faire construire la nôtre", témoignent Craig Bassam et Scott Fellows, fondateurs du studio de design américain BassamFellows. Et puis, ils changent d'avis en découvrant la Hodgson House, un joyau moderniste années 1950 tout en baies vitrées conçu par l'architecte américain Philip Johnson.

A New Canaan (Connecticut), à une heure de route au nord de New York, les étés indiens peuvent être époustouflants. La nature déploie une palette de couleurs d'une incomparable beauté. À chaque souffle de vent, des feuilles rouges, jaunes et vertes virevoltent dans un ballet multicolore.
Vue en plein écran

L'ondoyante Ponus Ridge Road, qui traverse le district de New Canaan du nord au sud, est spectaculaire. C'est aussi l'une des plus belles routes en termes d'habitations: elle est bordée des deux côtés par des grandes maisons de campagne et des fermes construites dans toutes sortes de styles architecturaux coloniaux éclectiques, typiques du goût américain de ces dernières décennies. Avec çà et là, quelques joyaux de l'architecture internationale, comme la Hodgson House de l'architecte Philip Johnson (1906-2005).
"En fait, nous n'avions pas l'intention d'acheter une maison, car nous voulions concevoir et faire construire la nôtre. Nous vivions dans une maison années 50, conçue par l'architecte Willis Mills, un peu plus loin, dans la même rue", expliquent Craig Bassam et Scott Fellows, partenaires dans le studio de design BassamFellows et dans la vie. "Notre intention était d'acheter ici, à New Canaan, un terrain à bâtir ou une vieille bicoque que l'on aurait pu faire démolir. Et puis, la Hodgson House a croisé notre route et tous nos projets ont été chamboulés."

Simplicité et intemporalité

"Dès notre première visite, en 2006, nous sommes tombés sous le charme de l'emplacement et de la situation", poursuit le duo. "Tout était parfait: le lieu, le jardin, la taille de la maison, le relief du paysage. La maison est en parfaite harmonie avec la nature. On a ce ressenti dans toutes les pièces de la maison, toutes idéalement orientées sur les abords immédiats.
Vue en plein écran

"Chaque pièce offre un panorama spécifique ce qui fait que, quand on se déplace, on ne voit jamais la même chose. C'est un plaisir sans cesse renouvelé!"
Chaque pièce offre un panorama spécifique ce qui fait que, quand on se déplace, on ne voit jamais la même chose. C'est un plaisir sans cesse renouvelé! Nous avons aussi été séduits par sa conception moderne, car elle incarne l'essence de ce que devrait être l'architecture: un jeu de lumière, d'espace et de transparence. On peut y apprendre une foule de choses; d'ailleurs, des collègues architectes et designers qui l'ont visitée l'ont décrite comme 'a beautiful learning experience' et 'a pure simple space'. Ce qui est vraiment le cas: la maison est sereine, simple et intemporelle."
À l'image des projets du studio de design BassamFellows que le couple dirige depuis 2003, quand ils ont présenté leur première collection de mobilier au Salone del Mobile de Milan: des chaises, bancs et tables en teck fabriqués dans des ateliers suisses. L'architecte et designer australien Bassam avait précédemment conçu le magasin pilote du fabricant de chaussures Bally à Berlin et le siège de Bally à Lugano. Et l'Américain Fellows avait notamment travaillé comme directeur artistique pour la marque de luxe Salvatore Ferragamo.

Ensemble, Bassam et Fellows ont développé le concept hôtelier du James Hotel Group, qui compte des hôtels à Chicago, Los Angeles, New York et Miami. Au dernier Salone del Mobile de Milan, ils ont été salués pour la présentation de Elemental, une collection de tables, chaises et daybeds en matériaux naturels -pierre, bois, métal et cuir.
Vue en plein écran

Dit huis is in volledige harmonie met de natuur en het landschap. ©Mark Seelen
Hello Ponus Ridge Road

La Hodgson House a été conçue il y a plus de 65 ans par l'architecte américain Philip Johnson. Juste en face, il avait construit sa propre demeure, la célèbre Glass House. La légende raconte que, par une belle journée d'automne en 1951, Richard et Geraldine Hodgson roulaient sur la Ponus Ridge Road, à New Canaan. Ils étaient à la recherche du terrain parfait pour la construction de leur maison familiale. Quand ils sont passés devant la Glass House de Johnson, ils se sont arrêtés. Alors qu'ils admiraient ce bâtiment, un jeune homme est venu les saluer: "Hi, I'm Philip Johnson. Do you already have an architect to design your house?" Non, ils n'en avaient pas.
Alors, pour le couple, Philip Johnson a planché sur la conception de deux pavillons séparés en briques grises, placés perpendiculairement l'un à l'autre. Le premier pour y abriter l'espace de vie, et le second, la chambre à coucher de Richard et Geraldine Hodgson et celles de leurs quatre jeunes enfants. Ces deux bâtiments étaient reliés par une passerelle en verre transparent.
House of glass

Vue en plein écran

La maison est une composition linéaire de volumes et d'éléments vitrés. Le pavillon d'habitation s'articule autour d'un patio ouvert, entouré sur trois côtés par de grandes façades vitrées. En matière
Le patio et la grande baie vitrée de la façade encadrent la vue sur la belle pelouse et les groupes d'arbres majestueux.
Par la suite, Hodgson allait participer à la fondation de l'entreprise de technologie Intel, mais à l'époque, il ne roule pas sur l'or. Il demande un prêt aux banquent qui le lui refusent sous prétexte que le style de la maison est trop moderne. Le couple commence donc par construire le pavillon espace de vie sur ses fonds propres. Il y a campé pendant près de cinq ans avec ses enfants, jusqu'à ce que le deuxième pavillon soit construit, et cette fois encore, sans prêt hypothécaire.
Vue en plein écran

Le pavillon des chambres s'articule autour d'un patio entouré sur trois côtés par de grandes baies vitrées. ©Mark Seelen
The Harvard Five

De nombreux riverains n'appréciaient guère les créations de Philip Johnson. Ils considéraient ces 'flat-roofed boxes' comme une atteinte à leur environnement verdoyant et à l'architecture traditionnelle de la Nouvelle-Angleterre. Et, en effet, traditionnel n'est pas le qualificatif qui vient à l'esprit quand on regarde cette architecture.
Vue en plein écran

L'architecte Philip Johnson faisait partie d'un groupe d'architectes appelé The Harvard Five, auquel appartenaient également Marcel Breuer, Landis Gore, Eliot Noyes et John Johnson. Dans la
Les Harvard Five expérimentaient dans le domaine des matériaux, des méthodes de construction, de l'utilisation de l'espace architectural et du design moderne. Ce faisant, ils ont théorisé le plan de 'l'architecture du futur', basé sur des formes géométriques simples, des toits plats, des plans d'étage ouverts et de longues façades vitrées. En 1979, Johnson connaît gloire et reconnaissance quand il remporte le prestigieux prix d'architecture américain Pritzker.
Vue en plein écran

©Mark Seelen
Le concierge joue les entremetteurs

Cette maison est un idéal intemporel, mais à plus de 65 ans, on ne peut plus la qualifier de révolutionnaire. C'est un classique.
Partager sur Twitter
À la mort du couple, la Hodgson House resté des années dans les mains de la famille. Les enfants entretenaient et protégeaient la maison et ses environs avec l'aide du National Trust for Historic Preservations. Des règles strictes ont alors été établies pour ce patrimoine culturel unique: elle devait rester une maison d'habitation et les possibilités de transformation étaient limitées. Par exemple, la Hodgson House devait demeurer un ensemble de deux pavillons et aucun étage supplémentaire ne pouvait être ajouté.
C'est par l'intermédiaire du concierge de la Glass House que Bassam et Fellows ont été présentés aux enfants Hodgson. Comme les deux designers avaient rénové la maison Willis Mills située un peu plus loin, les héritiers ont été convaincus que la maison de leurs parents serait en bonnes mains.
Vue en plein écran

Fellows et Bassam ont, eux aussi, été conquis. Ils constatent que leurs propres créations sont superbement mises en valeur dans la Hodgson House. De fait, leur design s'harmonise
"Nous attachons également une grande importance aux proportions, à la simplicité, au choix des matériaux et au confort. Cette maison est un idéal intemporel qui incarne le sens de la beauté, de l'élégance et de la nature. Après plus de 65 ans, on ne peut plus la qualifier de révolutionnaire: c'est devenu un classique."

SOURCE : https://www.lecho.be/sabato/architecture/bienvenue-dans-un-joyau-moderniste-en-baies-vitrees-des-annees-1950/10124906.html

Actualités

Nos actualités associées

Actualités
LE MUSÉE DES ARTS DÉCORATIFS DE PARIS OUVRE UN NOUVEAU PARCOURS POUR LEUR EXPOSITION PERMANENTE « LA FOLLE HISTOIRE DU DESIGN » LE MUSÉE DES ARTS DÉCORATIFS DE PARIS OUVRE UN NOUVEAU PARCOURS POUR LEUR EXPOSITION PERMANENTE « LA FOLLE HISTOIRE DU DESIGN »
La collection d’objets de design du Musée des Arts décoratifs de Paris est l’une des plus complète qu’il vous sera donnée de voir : sur plus de 2100 m² et avec plus d’un millier d’œuvres exposées, elle offre une vision globale et transversale de la discipline. Lorsque le musée avait rouvert en 2006, cette exposition était organisée de façon chronologique : le visiteur commençait par le Moyen-Âge pour finir sur les œuvres contemporaines. Ce cheminement classique et convenu s’est vu bousculé par l’acquisition d’un grand nombre de nouvelles pièces, le fond ne cessant de s’enrichir. Aujourd’hui, la visite est plus fluide et commence directement par les pièces les plus contemporaines : en étant visibles dès le début du parcours, elles suscitent l’intérêt du visiteur et l’envie d’en savoir plus apparait très vite. L’organisation thématique propose une autre lecture du design et de son évolution : elle donne de nouvelles clés de compréhension en comparant plusieurs périodes autour d’un même thème. La visite est établie autour de plusieurs espaces, selon un déroulement précis : une première galerie permet au visiteur de prendre connaissance des œuvres emblématiques, classées par périodes. Ce premier contact introduit tout le reste, avec au même niveau plusieurs salles traitant des six thèmes les plus importants observables dans le design contemporain, avec par exemple « l’œuvre prolifique de Philippe Starck ». Dans la suite de l’exposition, une place de choix est donnée aux créations de la scène internationale (japonaise et italienne en particulier), aux grandes figures du mouvement moderne (de Charlotte Perriand à Jean Prouvé), ainsi qu’au phénomène Memphis avec à sa tête Ettore Sottsass. Enfin, dans le Pavillon de Marsan, les objets sont organisés selon des thèmes où les périodes se confondent : le rêve, la fantaisie ou encore l’enfance et le jeu. L’engouement croissant du grand public envers le monde du design a poussé le MAD vers le renouveau bienvenu de cette exposition permanente intitulée « La folle histoire du design ». Un voyage parmi les objets de mobilier, céramique, textile, mode, verre, affiches et jouets qui composent le paysage de nos villes et nos intérieurs depuis toujours, qu’il est bon de redécouvrir encore et encore ! SOURCE : https://www.avivremagazine.fr/le-musee-des-arts-decoratifs-de-paris-ouvre-un-nouveau-parcours-pour-leur-exposition-permanente-la-folle-histoire-du-design-a2616
Lifestyle
Agence de Arcachon / Cap-Ferret
8 musées très attendus qui ouvriront leurs portes en 2019 - The Good Life 8 musées très attendus qui ouvriront leurs portes en 2019 - The Good Life
Art, architecture, histoire, cinéma, science… de nombreux musées ouvriront leurs portes cette année. Tour d’horizon en 8 inaugurations très attendues par The Good Life. • Musée national du Qatar, Doha. En voici un qui fait (beaucoup) parler de lui. La rose des sables imaginée par Jean Nouvel couvrira 40 000 m² et remplacera l’ancien musée national et devenant le plus grand du pays en coiffant au poteau le musée d’art islamique. Les collections de l’ancien musée se mêleront à de nouvelles œuvres contemporaines, d’artistes locaux et internationaux. Inauguration prévue le 28 mars prochain. • West Bund Art Museum, Shanghai. David Chipperfield a conçu un écrin lumineux de 22 000 m² sur la corniche de Shanghai, dans le cadre du West Bund Masterplan. Ce nouveau musée qui ouvrira ses portes au printemps accueillera le Centre Pompidou Shanghai, après ceux de Metz, Malaga et Bruxelles. • Academy Museum of Motion Pictures, Los Angeles. 2019 s’achèvera avec inauguration d’un monstre de verre et d’acier sur le Wilshire Boulevard de la Cité des anges. Une géode dessinée par Renzo Piano – une illustration parfaite de son style épuré – qui accueillera des artefacts du cinéma, principalement hollywoodien, of course, mais aussi une rétrospective sur l’évolution du septième art. Un temple de la pop culture que l’on attend avec impatience… • Musée du Bauhaus, Dessau. Deux musées pour le prix d’un ! Celui de Weimar ouvrira ses portes le 6 avril – et on y fera forcément un détour… – mais c’est celui de Dessau qui aiguise notre curiosité. Son architecture, pensée par les barcelonais d’Addenda Architects, graphique et sobre, et la promesse d’y trouver des milliers de photographies et de pièces rares pèsent dans la balance… Ouverture prévue le 8 septembre. • The Shed, New York. Cet “abri” conçu par Diller Scofidio + Renfro offrira aux artistes et aux visiteurs un havre de culture sur la high line new-yorkaise, amenant théâtre et arts de rue au cœur de la frénésie du gigantesque projet immobilier d’Hudson Yards. A suivre, dès le printemps 2019… • Linda Pace Foundation, San Antonio. Linda Pace, artiste et collectionneuse d’art contemporain a confié à l’architecte ghanéen-britannique David Adjaye le soin de concevoir pour ses quelques 800 œuvres un musée à la hauteur. Cette Ruby City rouge écarlate aux formes anguleuses verra le jour en 2019, certainement après l’été. • Museu da imagem e do som, Rio de Janeiro. Ceux qui ont déjà foulé le pavé de Copacabana ont certainement dû remarquer cet étrange bâtiment en construction comme abandonné derrière ses grilles de chantier. Cette nouvelle version du musée de l’image et du son de Rio est en travaux depuis près de 10 ans et son inauguration est constamment repoussée depuis 2016. Pourtant, les étoiles semblent alignées pour une ouverture cette année… • Science Museum, Londres. Cet automne, les Medicine Galleries du musée des sciences de Londres doubleront de volume pour faire une plus grande place aux découvertes les plus importantes de l’histoire, et, plus étonnant, à une immense statue de Rick Genest, le fameux Zombie Boy couvert de tatouages, décédé en aout dernier. Source : https://thegoodlife.thegoodhub.com/2019/01/14/8-musees-tres-attendus-qui-ouvriront-leurs-portes-en-2019/
Lifestyle
Agence de Arcachon / Cap-Ferret