voulez
vous
vivre ?

fr | en
News
Focus on the largest house in the world

Focus on the largest house in the world

Real Estate
Agency of Paris
Posted on 13/01/21

In Los Angeles, The One estate breaks records, with a living area of more than 9,700 square meters and an estimated price of $350 million. Take a guided tour of a house that's making a splash in the real estate market.

It took nearly a decade of design and development work to finally get the house that was touted as "the most expensive house in the world" ready for its close-up. Situated on a 2-hectare parcel of land in Los Angeles's chic Bel Air enclave, the interiors of the aptly named The One, with over 9,700 square metres of living space, have remained a well-kept secret until now.

Surrounded by gullies on three sides of the house and a jogging track, the estate seems to float above the city. Built in eight years and requiring more than 600 works, the house was designed by architect Paul McClean, who was contacted by Nile Niami, a film producer and land developer.

The main entrance of the house, with its 8-meter high ceilings, leads to numerous common areas offering a 360-degree panoramic view of the Pacific Ocean, downtown Los Angeles and the San Gabriel Mountains. The entrance has a water feature with a sculpture and a bridge. The use of black, white and grey throughout the house was a request from Nile Niami who wanted a neutral palette so as not to overshadow the landscape and the panoramas.

The house has 42 bathrooms, 21 bedrooms, a 500 m2 master suite, a 30-car garage with two turntables, a bowling alley, a spa, a 30-seat cinema, a "philanthropic wing" (with a capacity of 200 people) for charity galas, floating capsules overlooking Los Angeles, a 900 m2 sky observation platform and five swimming pools. Kathryn Rotondi, the founder of KFR Design, helped decorate the premises by creating distinctive spaces that blend together despite the impressive size of the house. "I was guided by the "Wow" elements of the hotel business," explains the decorator, who has turned to major luxury hotel brands such as Aman, Bvlgari and Baccarat. The colour palette, soft textures and lighting of the house are in turn an ode to the Tom Ford boutique on Rodeo Drive, dear to the hearts of Nile Niami and Paul McClean.

The collaboration between Creative Art Partners and Art Angeles has enabled the property to showcase an impressive collection of artwork, including an installation by Stephen Wilson and a black and silver panel by Niclas Castello. An important collection of custom furniture comes from the Showroom publisher.

Due to recent city regulations, a house of this magnitude will no longer be built in Los Angeles, which means that The One will remain truly unique. The time has now come to find the ideal buyer. California agencies The Beverly Hills Estates and Compass are already working on their listings in search of the right buyer.

text: ADmagazine
photo: Douglas Friedman

News

Our related news

News
Une station spatiale convertie en hôtel : Philippe Starck à l'honneur Une station spatiale convertie en hôtel : Philippe Starck à l'honneur
"C'est un projet de rêve pour un créateur comme moi, qui cultive une fascination pour l'aviation et l'exploration spatiale, explique Philippe Starck. J'aimerais créer une sorte de nid confortable aux murs soyeux conçu en harmonie avec les mouvements du corps dans un espace sans gravité." Le designer propose une décoration luxueuse, modulaire et lumineuse pour les visiteurs qui auront chacun leur propre cabine. Les hublots, quant à eux, offriront une vue imprenable sur la Terre. De quoi admirer les continents et les océans confortablement depuis sa cabine ! En effet, la société Axiom a prévu dès 2020 de prendre possession de la Station Spatiale Internationale. Amener des touristes et des fans de science-fiction dans l’espace, en orbite, situé à 408 kilomètres de la Terre : un rêve qui devient réalité.
Real Estate
Agency of Paris
Barclay and Crousse : des architectes au Pérou Barclay and Crousse : des architectes au Pérou
Jean-Pierre Crousse, né à Lima en 1963, obtient son diplôme d’architecte à l’Université URP à Lima, puis à Politecnico di Milano. Il a enseigné à l’Ecole d’Architecture de Paris-Belleville de 1999 à 2006, et il est actuellement professeur à la Pontificia Universidad Católica del Perú et professeur invité dans plusieurs universités au Chili, Argentine et Colombie. Sandra Barclay, née à Lima en 1967, obtient son diplôme d’architecte à l’Université URP à Lima, puis à l’Ecole d’Architecture de Paris-Belleville. Elle obtient le Prix Robert Camelot 1993, décerné par l’Académie d’Architecture, et est boursière de la Fulbright Foudation en 1999. Elle est actuellement professeur à la Pontificia Universidad Católica del Perú. En 1994, Sandra Barclay et Jean Pierre Crousse créent et dirigent à Paris Barclay & Crousse Architecture. En 2006, ils ouvrent une agence à Lima, poursuivant les projets en France sous le nom d’Atelier Nord Sud, associés à Jean-Marc Viste et Guilhem Roustan. Leur œuvre a reçu plusieurs prix internationaux, notamment les Emerging Architecture Awards (Royaume Uni, 2001 et 2003), le Record Houses Award (Etats Unis 2004), le prix de la meilleure œuvre construite à la Biennale Iberoaméricaine (Espagne, 2004), le prix Amérique Latine à la Biennale de Buenos Aires 2013 et le prix CICA 2013 catégorie Amérique Latine, décerné par le Comité International de Critiques d’Architecture. Leurs projets ont été publiés dans les principales revues, telles Casabella, Abitare, A+U, GA Houses, Architectural Review, Architectural Record, Arquitectura Viva, AMC, entre autres. Une monographie sur les projets péruviens a été publiée par Lettera Ventidue éditions : Barclay & Crousse « Segnali di Vita tra Due Deserti », Siracuse 2012 TROIS MAISONS AU PÉROU, PAR BARCLAY & CROUSSE ARCHITECTES Après s’être confronté à l’urbanisme chaotique de la ville de Lima, il faut prendre la direction du Sud pour regagner la tranquillité péruvienne. C’est au km 116 de la seule route bordant la côte du Pérou que les architectes Sandra Barclay et Jean-Pierre Crousse ont imaginé trois projets résidentiels. Cachées derrière un large portail en bois, une quinzaine de maisons se côtoient sur les hauteurs arides de la plage La Escondida. Agrippées à la falaise, trois maisons font face à l’immensité de l’océan pacifique… C’est au cours des années 1998, 2001 et 2002 que Barclay et Crousse dessinèrent ces trois projets depuis leur atelier parisien, trois maisons nommées casas 39, 40 et 41. Conscients de la difficulté à suivre un chantier à distance et désireux de garder le total contrôle sur la réalisation, le couple d’architecte ôta tout détail superflu du projet pour ne garder que le gros œuvre et la notion d’espace. Préférant travailler avec les matières environnantes afin de minimiser le coût et l’énergie de transport, les maisons se constituent essentiellement de béton pour la maçonnerie, de brique en terre crue pour le remplissage, enduites par la suite de ciment parfois peint. S’inspirant de certains principes des maisons précolombiennes, Barclay et Crousse imaginèrent des espaces, pour la majeure partie, extérieurs, afin de dépasser la notion d’abri pour s’intéresser en priorité à l’idée de microcosme. Grâce à une forme moderne et épurée, les espaces, à la fois fluides et transparents, entretiennent ainsi quasiment toujours un lien avec le paysage.
Real Estate
Agency of Paris