voulez
vous
vivre ?

fr | en
Actualités


voulez
vous
vivre ?

Actualités

Notre sélection des quatre hôtels les plus insolites du monde Notre sélection des quatre hôtels les plus insolites du monde
Voyager s’avère complexe en cette période. Toutefois, cela reste possible ! Quoi de mieux que de trouver un hôtel qui nous fasse vivre une expérience . Le monde du voyage et de l’hôtellerie met tout en œuvre pour que les voyageurs se sentent vraiment en sécurité. Donc si vous voulez partir à la découverte de lieux uniques et d'aventures, voici notre sélection des quatre hôtels les plus insolites du monde ! 1. Ma’in Hot Springs, Jordanie Proche du côté jordanien de la mer Morte se trouve Ma’in Hot Springs, un complexe facilement accessible situé sur un terrain spectaculaire du Moyen-Orient et très vivant. Hôtel de luxe au coeur de la nature en Jordanie, dans un décor isolé de montagne et de chutes d’eau. Le lieu dispose d’un spa, situé sous l’une des chutes d’eau thermales naturelles qui atterrissent dans la piscine principale. Un séjour relaxant idéal. 2. Hôtel Magic Mountain, Chili Au Chili, au nord de la Patagonie, un hôtel unique en son genre est abrité au coeur d’une forêt. Il a été construit aux airs de montagne en forme de cône, il a été pensé comme le village de hobbit dans la saga « Le Seigneur des Anneaux ». Pour accéder à la Montaña Magica Lodge, il faut traverser un pont suspendu en corde. Avis aux amateurs de sensations fortes et de dépaysement, cet hôtel se mérite ! Grâce à sa situation excentrée et difficile d’accès, il est très peu fréquenté et éloigné du tourisme de masse. On ne se lasse pas d’admirer les montagnes de la réserve naturelle Huilo Huilo. C’est donc tout naturellement que cet hôtel de charme suit une trame écologique et se positionne comme établissement éco-friendly. Ainsi, l’eau utilisée est chauffée naturellement par les volcans de la réserve. L’idéal pour se reposer loin de tout ! 3. Tree hotel, Suède Niché en Laponie suédoise dans le petit village de Harads, à une soixantaine de kilomètres du cercle polaire Arctique, le Treehotel est entouré de forêts et d’étendues d’eau. Les chambres d’hôtels sont des cabanes perchées dans les arbres à une hauteur variant entre 4 et 6 mètres de hauteur, en pleine forêt et avec vue imprenable ! L’hôtel est insolite et unique en son genre, loin des chambres classiques, il se compose de cabanes extravagantes cachées dans les arbres. Le dépaysement est assuré. 4.Hôtel Kakslauttanen, Finlande Le Kakslauttanen Hôtel, situé dans la Finlande arctique, offre de nombreux igloos de verre où l’on peut admirer les aurores boréales dans la nuit arctique. L’hôtel offre également à ses hôtes des chalets de bois rond traditionnels ou des igloos de glace, histoire de comparer une nuit dans la chaleur d’un sac de couchage et une autre dans une caverne de glace. Pendant l’hiver, le complexe propose des escapades en traîneaux à chiens ou en moto de neige, le patinage sur glace ou la pêche sous la glace. Il est également possible d’aller à la chasse aux aurores boréales lorsqu’elles ne se montrent pas au-dessus de l’igloo. Pendant l’automne et l’été, il est possible d’aller à la pêche, de visiter le parc national en vélo ou à pied en randonnée. On peut profiter des soins du spa de l’hôtel toute l’année, grâce aux bains de vapeur et aux cuves thermales situés un peu partout à travers le domaine. Passez une nuit de rêve dans un igloo de verre pour contempler les aurores boréales en Laponie ! Crédit image : https://www.anothermag.com/fashion-beauty/3182/the-magic-mountain-lodge-chile
Lifestyle
Agence de Paris
Focus sur la plus grande maison du monde Focus sur la plus grande maison du monde
À Los Angeles, le domaine The One bat des records, avec une surface habitable de plus de 9 700 mètres carrés et un prix estimé à 350 millions de dollars. Visite guidée d’une maison qui entre tambour battant sur le marché de l’immobilier. Il aura fallu près d’une décennie de travail de conception et de développement pour que la maison présentée comme « la plus chère du monde » soit enfin prête pour son gros plan. Située sur une parcelle de 2 hectares dans l'enclave chic de Bel Air à Los Angeles, les intérieurs de la propriété bien nommée The One, de plus de 9 700 mètres carrés habitables, sont restés jusqu’à présent un secret bien gardé. Entouré de rigoles sur trois côtés de la maison et d’une piste de jogging, le domaine semble flotter au-dessus de la ville. Construite en huit ans et nécessitant plus de 600 travaux, la maison a été conçue par l'architecte Paul McClean, qui a été contacté par Nile Niami, producteur de cinéma et développeur foncier. Avec ses plafonds de 8 mètres de haut, l'entrée principale de la maison mène à de nombreux espaces communs offrant une vue panoramique à 360 degrés sur l'océan Pacifique, le centre-ville de Los Angeles et les monts San Gabriel. L'entrée compte un point d'eau doté d’une sculpture et un pont. L’utilisation du noir, du blanc et du gris dans toute la maison était une demande de Nile Niami qui voulait une palette neutre pour ne pas faire d’ombre au paysage et aux panoramas. La maison compte 42 salles de bains, 21 chambres à coucher, une suite principale de 500 m2, un garage pouvant contenir 30 voitures avec deux platines de présentation, un bowling, un spa, un cinéma de 30 places, une « aile philanthropique » (d'une capacité de 200 personnes) pour des galas de bienfaisance, des capsules flottantes surplombant Los Angeles, une plateforme d’observation du ciel de 900 m2 et cinq piscines. Kathryn Rotondi, la fondatrice de KFR Design, a contribué à la décoration des lieux en façonnant des espaces distinctifs qui se fondent les uns aux autres malgré la taille impressionnante de la maison. « Je me suis laissé guider par les éléments “Ouah” de l'hôtellerie », explique la décoratrice qui s'est tournée vers les grandes marques d'hôtels de luxe comme Aman, Bvlgari et Baccarat. La palette de couleurs, les textures douces et l'éclairage de la maison sont de leur côté une ode à la boutique Tom Ford de Rodeo Drive, chère au coeur de Nile Niami et Paul McClean. La collaboration entre Creative Art Partners et Art Angeles a permis à la propriété de présenter une impressionnante collection d'œuvres d'art, notamment une installation de Stephen Wilson et un panneau noir et argent de Niclas Castello. Une importante collection de meubles sur mesure vient pour sa part de l'éditeur Showroom. En raison des réglementations récentes de la ville, une maison de cette ampleur ne pourra plus être construite à Los Angeles, ce qui signifie que The One restera véritablement unique en son genre. Le moment est désormais venu de trouver l’acquéreur idéal. Les agences californiennes The Beverly Hills Estates et Compass s'attellent déjà à éplucher leur listing en quête de l’heureux élu. © texte : ADmagazine © photo : Douglas Friedman
Immobilier
Agence de Paris
La vision du Corbusier La vision du Corbusier
Posté le 07/01/21 La vision du Corbusier
Des Quartiers modernes Frugès jusqu’aux cités radieuses, Le Corbusier a longtemps travaillé sur le thème du logement collectif. En appliquant ses recherches sur le Modulor à son concept d’unités d’habitation, en libérant de nombreux espaces communs et en cherchant des solutions constructives nouvelles, l’architecte a voulu resserrer les liens entre les habitants et créer les conditions d’une vie harmonieuse. Au prix d’une synthèse intellectuelle globale qu’il poursuit pendant trois décennies, Le Corbusier s’attache à penser le monde né des massacres de la Première Guerre mondiale, de la révolution russe d’octobre 1917, de l’arrivée à maturité d’innovations techniques, de la conscience d’une expansion démographique et d’une croissance urbaine irréversibles. Ces dernières condamneraient les villes de structure moyenâgeuse, devenues insalubres, à s’étendre jusqu’au désordre pour accueillir les familles qui tenteraient d’y survivre. La rénovation urbaine par des percées de type haussmannien, l’embellissement de l’espace public, la construction de réseaux collectifs semblent trop lents et les cités-jardins trop peu denses pour enrayer la dégradation des conditions de vie et résoudre la question que pose Le Corbusier dès 1920 : comment organiser la ville contemporaine pour que l’homme re trouve sa dignité et établisse l’indispensable cohésion sociale et culturelle qui empêchera le retour des conflits ? Faciliter la diffusion des nouveaux rapports sociaux Imprégnés des idées socialistes de la révolution d’Octobre, urbanistes et architectes du nord de l’Europe élaborent les organisations urbaines et les immeubles susceptibles de faciliter la diffusion des nouveaux rapports sociaux qu’ils souhaitent voir s’instaurer. En France, Le Corbusier répond en conjuguant humanisme, hygiénisme, progrès technique et conscience de l’impact de la vitesse sur la ville contemporaine. Il complète cette vision du monde nouveau par la recherche des moyens constructifs permettant d’édifier rapidement de telles villes et l’étude de l’espace favorable à l’épanouissement de la vie des familles ouvrières. Pendant trente-cinq ans, de 1922, où il expose à Paris le projet d’une Ville contemporaine de trois millions d’habitants, à 1955 où est inaugurée la Maison radieuse de Rezé-lès-Nantes, il concentre toute son attention sur cette problématique. Il déploie un acharnement constant à résoudre ces questions, à faire reconnaître ses propositions en les diffusant par la parole et par l’écrit, en alternant provocations et démonstrations, en tentant de mobiliser les responsables politiques de nombreux pays tout en combattant ses détracteurs, innombrables et féroces. Il s’attache à redéfinir de façon harmonieuse et cohérente l’espace de vie des hommes. Pour en savoir plus : https://www.connaissancedesarts.com/monuments-patrimoine/la-ville-moderne-selon-le-corbusier-une-architecture-a-taille-humaine-11146380/ Crédit photo : ©Pxhere/Vincent Desjardins
Lifestyle
Agence de Paris
Le nouvel ouvrage de Vincent Fournier sur le Brésil Le nouvel ouvrage de Vincent Fournier sur le Brésil
L’artiste photographe Vincent Fournier célèbre dans "Brasília, une capsule temporelle", un nouvel ouvrage paru aux éditions Noeve, la beauté de cette ville utopiste qui ne cesse de fasciner. « Mon intérêt pour la ville de Brasília vient d'un mélange de fascination et de nostalgie pour les histoires et les représentations du Futur. En effet, la ville d’Oscar Niemeyer, capitale brésilienne construite en quatre ans au milieu d'un désert, incarne la vision du futur des années 1960. Le plan pilote conçu en 1957 par l’urbaniste Lucio Costa coïncide avec le début de l’ère spatiale et du premier satellite artificiel de la Terre : Sputnik. C’est donc l’âge d’or du “space age”, et la ville de Brasília, avec ses airs de soucoupe volante qui aurait atterri au milieu de nulle part, montre la nostalgie et le rêve d'un futur resté gelé dans le temps », détaille l’artiste photographe habitué dans son travail à explorer les différentes mythologies du futur. Afin de rendre compte de cet état, Vincent Fournier confie avoir utilisé la capitale de béton comme un décor dont les habitants ont été mis en scène. Inscrite au Patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1987, cette ville utopiste aux airs de musée à ciel ouvert se distingue par ses perles architecturales devenues emblématiques. De l’escalier sculptural du Palais de l’Itamaraty à la coupole blanche abritant le musée national… ces lieux tout en fluidité, en radicalité et en démesure révèlent au fil des pages de cet ouvrage toute leur beauté photogénique. Brasília, une capsule temporelle, texte en anglais, français et japonais, 154 pages, 44,90 € ou 69 € (édition signée et limitée à 100 copies), éditions Noeve, www.noeve.com Crédit : https://www.admagazine.fr/ Crédit photo : Vincent Fournier
Lifestyle
Agence de Ailleurs
L’«Oasis » non construit de Frank Lloyd Wright L’«Oasis » non construit de Frank Lloyd Wright
L'un des plus grands bâtiments de Frank Lloyd Wright est peut-être celui qu'il n'a jamais construit : le Capitole de l'État d'Arizona, une oasis de démocratie non construite dans le désert de Sonoran. Pour le plaisir des yeux, la Fondation Frank Lloyd Wright a fait appel à l'architecte espagnol David Romero, qui utilise des techniques avancées de représentation en 3D, pour transformer les dessins de Wright en des rendus "photoréalistes" saisissants, des images si détaillées qu'elles semblent être de la photographie contemporaine. Combiné au reportage de la journaliste Rebecca Rhoades, le magazine Quarterly raconte l'histoire captivante du Capitole de l'Arizona qui n'a jamais vu le jour. En avril 1957, toute la ville de Phoenix est engagée dans une bataille sur la future conception du Capitole de l'État. Au centre de la dispute se trouvait Wright lui-même, dont la proposition a dominé la conversation et a divisé les voisins et les membres de la famille pendant une grande partie de l'année. Pour l'architecte, il s'agissait d'un cadeau aux habitants de son État d'adoption, mais après des mois de contestation publique, ses plans visionnaires n'ont jamais vu le jour. Les représentants de l'État ont dénoncé le design, le qualifiant de "trop orné" et "trop cher", alors que son coût était estimé à 5 millions de dollars, soit 3 millions de moins que le gratte-ciel proposé à l'origine. Un législateur est même allé jusqu'à dire que l'Oasis ressemblait à un "bordel oriental". Finalement, Wright a perdu son offre et l'architecte le plus célèbre d'Amérique a continué à concevoir d'autres projets pour sa maison d'hiver adoptée en Arizona, dont l'auditorium Grady Gammage sur le campus de l'Université d'État de l'Arizona. Ironiquement, la salle de spectacle, construite à titre posthume après la mort de Wright en 1959, attire aujourd'hui plus de visiteurs que le Capitole. crédit : https://franklloydwright.org/oasis-state-capitol-quarterly/
Lifestyle
Agence de Paris
Cinq idées cadeaux pour les fans d’architecture et de design Cinq idées cadeaux pour les fans d’architecture et de design
À quelques jours de Noël et avec la réouverture des commerces, la course aux cadeaux est officiellement ouverte ! Découvrez notre sélection Ateliers Lofts et Associés de cinq cadeaux pour les fans de design et d’architecture. Tous les ans c’est la même chose, on a du mal à choisir ce que l’on va offrir à nos proches ! On a donc décidé de vous faire une sélection de cadeaux avec une gamme de prix assez large et des styles de cadeaux différents. 1. La bougie « Anti Assholes » de please do not enter Please Do Not Enter présente une sélection de plus de 100 artistes et designers internationaux fondés et organisés par les collectionneurs d'art français Emmanuel Renoird et Nicolas Libert. Ils ont apporté à Los Angeles leur propre vision de l'expérience d'achat en 2014. Une bougie à l'humour décalé qui repoussera les parasites qui empoissonnent votre vie. Une bougie qui gardera "les trous du cul" hors de votre espace mais attention, qui ne les tue pas ! Pourquoi offrir une bougie pour Noël ? Elle mêle lumière et parfum et nous fait beaucoup rire. Alors pourquoi ne pas craquer ! Prix: 37 euros https://www.pleasedonotentershop.com/candle-anti-assholes.html 2. L’enceinte « Phantom» de Devialet La marque conçoit et commercialise toute une gamme d'enceintes connectés haut de gamme créée 2007 par Pierre-Emmanuel Calmel, ingénieur, Quentin Sannié, entrepreneur, et Emmanuel Nardin, Designer. Pour décorer autant qu’équiper notre maison, l’enceinte Devialet est un objet décoratif à part entière. On l’adopte pour le made in France mais surtout l’esthétisme original du produit. L’enceinte Phantom de Devialet est considérée comme la meilleure enceinte sans fil au monde, elle n’est ni plus ni moins un petit bijou de la musique. C’est le cadeau pour les amateurs de design et de musique ! Prix: 299 euros. https://www.devialet.com/fr-fr/phantom-speaker/phantom-premier/ 3. Le vase « Hualos Calado » de Margaux Keller Margaux Keller est une jeune designer et architecte d’intérieur qui fait partie de ceux qui pensent à la conceptualisation d’un objet au sens large du terme ou d’un espace : l’émotion. L’élégance, la poésie et le décalage sont ses trois mots d’ordres. Margaux Keller Collections propose des séries d’objets en édition limitée fabriquées localement par des artisans au savoir-faire d’exception. Le vase « Hualos Calado », inspiré de la Grèce Antique, apportera une touche tendance à votre décoration. Ce vase est un « must have » pour décorer harmonieusement votre intérieur ! Prix: 380€ https://www.margauxkellercollections.com/products/hualoscalado 4. La lampe pipistrello de Gae Aulenti Cette lampe, créée en 1965 par le designer et architecte Gae Aulenti, est devenue un objet culte, un icône du design, à la fois simple et raffinée. Il imagine une lampe modulable qui s’adapte à son environnement, elle peut être lampe de table ou de sol. La lampe Pipistrello est considérée comme un objet phare du design industriel. On craque pour son éclairage agréable et sa forme sculpturale qui font d’elle une pièce indémodable, qui trouve sa place dans toutes les pièces de la maison. Prix: environ 1000 euros https://www.madeindesign.com/prod-lampe-de-table-pipistrello-h-66-a-86-cm-martinelli-luce-ref620-bl.html 5. Le fauteuil en laine bouclé « Theodore » de Humbert & Poyet Classique dans notre garde-robe hivernale, cette matière fait irruption dans nos intérieurs. C’est la tendance décoration 2020 ! Cette matière se marie avec tous les styles de décoration et dégage nature et légèreté… L’enseigne Humbert & Poyet en est un exemple avec leur fauteuil baptisé « Theodore », c’est leur première collection d’objets décoratifs rendant hommage au style Art déco. Une idée parfaite qui allie tendance, rareté et confort. Prix: entre 7000 et 9000 € Lien: https://theinvisiblecollection.com/fr/product/humbert-et-poyet-fauteuil-theodore/ Source photo : https://www.sortiraparis.com/loisirs/shopping-mode/guides/178846-cadeaux-de-noel-2020-a-paris-toutes-nos-idees-pour-les-fetes
Lifestyle
Agence de Paris
Reprise des visites de logement Reprise des visites de logement
Nous sommes enfin de retour au sein de l’agence Ateliers Lofts et Associés, heureux de pouvoir vous retrouver à nouveau ! Confinés depuis le 29 octobre, les agences immobilières se sont vu voir l’interdiction des visites physiques. Cependant les visites virtuelles étaient encouragées, ce qui a permis aux Français de présélectionner des biens qu’ils envisageaient d’acheter ou de louer, ce qui n’a pas été suffisant en général pour déclencher l’acte d’achat. En effet, difficile de se projeter sans aller sur le terrain surtout quand on juge l’environnement, le niveau sonore, la luminosité que par écrans interposés. C’est un véritable soulagement pour les agences immobilières de pouvoir rouvrir à nouveau, de même que pour les visites qui ont pu reprendre depuis le 28 novembre, avec toutefois un protocole sanitaire strict pour assurer la sécurité du personnel et des clients. En revanche, les personnes âgées de plus de 65 ans et les femmes en fin de grossesse sont exclus de l’assouplissement. Quels sont les détails du protocole pour effectuer une visite? Avant la visite: -Une fois le rendez-vous fixé, le professionnel fournira au client un "bon pour visite", justifiant le déplacement du particulier. -L’agent immobilier devra disposer de l’accord de l’occupant avant la visite si le bien est occupé. -Il doit également veiller à ce qu’aucun occupant du logement ne présente de symptômes du Covid-19. Pendant la visite: -Limiter le nombre de visiteurs avec une visite par demi-journée pour un même bien, une durée maximum de 30 minutes par visites, un nombre de participants réduit avec seulement l’agent immobilier accompagné du candidat à l’achat ou à la location. -Respecter les gestes barrières et les règles de distanciation sociales. Le logement doit être aéré avant et après chaque visite pendant au moins 15 minutes. Après la visite: -Envoyer les informations nécessaires et les documents essentiels pour ne pas avoir à en distribuer pendant la visite. Notre équipe Ateliers Lofts et Associés est à votre disposition pour vous proposer de visiter nos biens d’exception, nous mettons en place toutes les mesures sanitaires essentielles pour vous protéger au maximum. À très vite ! crédit: https://www.bienpublic.com/magazine-immobilier/2020/05/11/deconfinement-voici-les-regles-pour-visiter-un-bien
Immobilier
Agence de Paris
Bilan du marché immobilier Parisien Bilan du marché immobilier Parisien
Après l’agitation du déconfinement, le marché parisien se reconfigure, seul le luxe et les petites surfaces résistent. Les prix encore hauts pourraient amorcer une baisse. Quel a été l’effet du confinement sur le marché parisien? Comment le marché évolue dans les différents arrondissements parisiens? Après un premier confinement dans lequel le marché immobilier a été épargné, le second cependant est en pleine reconfiguration depuis la rentrée après un rebond entre le 11 mai et les vacances d’été. Les causes : Les prix sont toujours trop élevés, les refus de prêt ne cessent d’augmenter, les angoisses générées par la crise, l’envie d’un mode de vie différent à cause du premier confinement avec des espaces extérieurs ou des pièces permettant le télétravail. Ier, II, III, IV Les prix recentrés Réunis sous le nom de Paris centre, les anciens Ier, II, III et IV arrondissements avaient connu une hausse de leurs prix ces dernières années atteignant encore 5% en juillet selon les notaires. Aujourd’hui l’offre est faible mais le marché est toujours de même nature. La tendance est légèrement à la baisse depuis la rentrée pour les biens standard, la demande se tasse car les prix sont trop élevés. Dans le marais, le marché évolue, l'offre restant très inférieure à la demande. En effet, le nombre de biens à vendre est en nette augmentation, ce qui devrait faire baisser les prix des biens surévalués sauf les prix pour les appartements sans défaut, dont le prix ne recule pas. V, VI, VIII Un endroit serein Le Vème arrondissement reste le plus accessible des beaux quartiers de la rive gauche. Les appartements familiaux y restent très rares à la vente contrairement aux studios très recherchés par les investisseurs. Le VI voisin reste le plus cher de la capitale, c’est l’un des marchés qui a le mieux résisté aux crises. Les acheteurs sont attentifs car il y a de plus en plus de biens en vente depuis la rentrée. Pour le VIIème arrondissement l’activité est tonique cependant on observe des baisses de 5 à 10% en cas de prix trop ambitieux ou de vente dans l’urgence. VIII, XVI, XVII La qualité avant tout Dans les quartiers Haussmanniens, on a pu observer des hausses annuelles de 7 à 8% depuis juillet, cependant depuis la rentrée cela se stabilise. Les grands appartements familiaux du quartier des Ternes et de la plaine Monceau sont favorisés cependant les prix baissent au moindre défaut. Dans le XVIème arrondissement, les acheteurs sont au rendez-vous avec des biens de qualité au prix du marché. Dans l’ensemble,la demande porte essentiellement sur des biens de 500 000 à 800 000 euros pour les investisseurs patrimoniaux, jusqu’à 1,5 million pour les familles en quête d’un logement de 70 à 100m2 avec 2 ou 3 chambres. Dans le XVIIème arrondissement les prix s’uniformisent, les biens les plus demandés sont ceux qui bénéficient d’un espace extérieur, balcon ou terrasse ce qui provoque une augmentation des prix. IX, XVIII La fin de l’ascension Après une augmentation constante depuis quelques années, avec la crise du Covid, ce sont les quartiers les plus affectés. Le IXème arrondissement enregistrait en juillet la plus faible augmentation à Paris selon les notaires. De l’autre côté, les prix du XVIIIème arrondissement se sont également calmés . Les ventes ralentissent depuis fin septembre en raison d’un afflux d’offres et d’une demande qui faiblit mais cet emplacement parisien a toujours la cote auprès des jeunes familles ou des jeunes couples. X, XI, XII Le quartier Cosmopolite en ralentissement Dans le Xème arrondissement, la hausse annuelle des prix était de 7% en juillet selon les notaires mais le marché a changé. Les vendeurs de plus en plus pressés acceptent les baisses des prix. Malgré la dynamique du XI elle les acquéreurs sont de moins en moins nombreux, dans le climat et l’incertitude actuelle les jeunes aidés par leurs parents et les investisseurs n’osent plus se lancer dans une acquisition. Les prix ont en moyenne baissé de 5%. Le XII affichait une hausse annuelle de 10,2% en juillet, le marché s’est crispé et l’offre augmente. Le gros du marché classique est retombé habituellement très tonique, la clientèle est devenue attentiste. XIII, XIV, XV Stabilisation des prix Pour le XIIIème et le XIVème arrondissements de Paris, qui représentent les quartiers les moins chers de la rive gauche, les prix se stabilisent sauf pour les petites surfaces qui se vendent vite. Au contraire, le marché est plus tendu pour les surfaces au-delà de 80 m2. Dans le XVième arrondissement, les prix se sont calmés avec un tassement de l’activité à la rentrée mais le marché est bien reparti en octobre notamment dans le haut de gamme. Les quartiers Pasteur, la Motte picquet, Commerce et Emile Zola sont toujours les plus recherchés. XIX, XX Un coin serein Le XIXème est le quartier le moins cher de Paris, le marché se fluidifie depuis la rentrée, on y compte de plus en plus d'offres. Le prix des petites surfaces ou des appartements avec balcons, terrasse vue sur le balcon restent inchangés. Dans le XXème arrondissement, la hausse des prix se calme après une augmentation de près de 17% en trois ans. Ce quartier bohème et populaire attire les métiers créatifs, artistiques et indépendants. Vous en savez désormais plus sur l'état actuel du marché parisien. N'hésitez pas à consulter notre site pour découvrir tous nos biens! © Photo : https://www.pariszigzag.fr/secret/histoire-insolite-paris/reconnaitre-immeuble-haussmannien
Immobilier
Agence de Paris