voulez
vous
vivre ?

fr | en
Actualités
Bilan du marché immobilier Parisien

Bilan du marché immobilier Parisien

Immobilier
Agence de Paris
Posté le 27/11/20

Après l’agitation du déconfinement, le marché parisien se reconfigure, seul le luxe et les petites surfaces résistent. Les prix encore hauts pourraient amorcer une baisse.
Quel a été l’effet du confinement sur le marché parisien? Comment le marché évolue dans les différents arrondissements parisiens?

Après un premier confinement dans lequel le marché immobilier a été épargné, le second cependant est en pleine reconfiguration depuis la rentrée après un rebond entre le 11 mai et les vacances d’été.
Les causes : Les prix sont toujours trop élevés, les refus de prêt ne cessent d’augmenter, les angoisses générées par la crise, l’envie d’un mode de vie différent à cause du premier confinement avec des espaces extérieurs ou des pièces permettant le télétravail.

Ier, II, III, IV Les prix recentrés

Réunis sous le nom de Paris centre, les anciens Ier, II, III et IV arrondissements avaient connu une hausse de leurs prix ces dernières années atteignant encore 5% en juillet selon les notaires. Aujourd’hui l’offre est faible mais le marché est toujours de même nature.
La tendance est légèrement à la baisse depuis la rentrée pour les biens standard, la demande se tasse car les prix sont trop élevés.
Dans le marais, le marché évolue, l'offre restant très inférieure à la demande. En effet, le nombre de biens à vendre est en nette augmentation, ce qui devrait faire baisser les prix des biens surévalués sauf les prix pour les appartements sans défaut, dont le prix ne recule pas.

V, VI, VIII Un endroit serein

Le Vème arrondissement reste le plus accessible des beaux quartiers de la rive gauche. Les appartements familiaux y restent très rares à la vente contrairement aux studios très recherchés par les investisseurs.
Le VI voisin reste le plus cher de la capitale, c’est l’un des marchés qui a le mieux résisté aux crises. Les acheteurs sont attentifs car il y a de plus en plus de biens en vente depuis la rentrée.
Pour le VIIème arrondissement l’activité est tonique cependant on observe des baisses de 5 à 10% en cas de prix trop ambitieux ou de vente dans l’urgence.

VIII, XVI, XVII La qualité avant tout

Dans les quartiers Haussmanniens, on a pu observer des hausses annuelles de 7 à 8% depuis juillet, cependant depuis la rentrée cela se stabilise. Les grands appartements familiaux du quartier des Ternes et de la plaine Monceau sont favorisés cependant les prix baissent au moindre défaut.
Dans le XVIème arrondissement, les acheteurs sont au rendez-vous avec des biens de qualité au prix du marché. Dans l’ensemble,la demande porte essentiellement sur des biens de 500 000 à 800 000 euros pour les investisseurs patrimoniaux, jusqu’à 1,5 million pour les familles en quête d’un logement de 70 à 100m2 avec 2 ou 3 chambres.
Dans le XVIIème arrondissement les prix s’uniformisent, les biens les plus demandés sont ceux qui bénéficient d’un espace extérieur, balcon ou terrasse ce qui provoque une augmentation des prix.

IX, XVIII La fin de l’ascension

Après une augmentation constante depuis quelques années, avec la crise du Covid, ce sont les quartiers les plus affectés.
Le IXème arrondissement enregistrait en juillet la plus faible augmentation à Paris selon les notaires.
De l’autre côté, les prix du XVIIIème arrondissement se sont également calmés . Les ventes ralentissent depuis fin septembre en raison d’un afflux d’offres et d’une demande qui faiblit mais cet emplacement parisien a toujours la cote auprès des jeunes familles ou des jeunes couples.

X, XI, XII Le quartier Cosmopolite en ralentissement

Dans le Xème arrondissement, la hausse annuelle des prix était de 7% en juillet selon les notaires mais le marché a changé. Les vendeurs de plus en plus pressés acceptent les baisses des prix.
Malgré la dynamique du XI elle les acquéreurs sont de moins en moins nombreux, dans le climat et l’incertitude actuelle les jeunes aidés par leurs parents et les investisseurs n’osent plus se lancer dans une acquisition. Les prix ont en moyenne baissé de 5%.
Le XII affichait une hausse annuelle de 10,2% en juillet, le marché s’est crispé et l’offre augmente. Le gros du marché classique est retombé habituellement très tonique, la clientèle est devenue attentiste.

XIII, XIV, XV Stabilisation des prix

Pour le XIIIème et le XIVème arrondissements de Paris, qui représentent les quartiers les moins chers de la rive gauche, les prix se stabilisent sauf pour les petites surfaces qui se vendent vite. Au contraire, le marché est plus tendu pour les surfaces au-delà de 80 m2.
Dans le XVième arrondissement, les prix se sont calmés avec un tassement de l’activité à la rentrée mais le marché est bien reparti en octobre notamment dans le haut de gamme. Les quartiers Pasteur, la Motte picquet, Commerce et Emile Zola sont toujours les plus recherchés.

XIX, XX Un coin serein

Le XIXème est le quartier le moins cher de Paris, le marché se fluidifie depuis la rentrée, on y compte de plus en plus d'offres. Le prix des petites surfaces ou des appartements avec balcons, terrasse vue sur le balcon restent inchangés.
Dans le XXème arrondissement, la hausse des prix se calme après une augmentation de près de 17% en trois ans. Ce quartier bohème et populaire attire les métiers créatifs, artistiques et indépendants.

Vous en savez désormais plus sur l'état actuel du marché parisien. N'hésitez pas à consulter notre site pour découvrir tous nos biens!

© Photo : https://www.pariszigzag.fr/secret/histoire-insolite-paris/reconnaitre-immeuble-haussmannien

Actualités

Nos actualités associées

Actualités
Une station spatiale convertie en hôtel : Philippe Starck à l'honneur Une station spatiale convertie en hôtel : Philippe Starck à l'honneur
"C'est un projet de rêve pour un créateur comme moi, qui cultive une fascination pour l'aviation et l'exploration spatiale, explique Philippe Starck. J'aimerais créer une sorte de nid confortable aux murs soyeux conçu en harmonie avec les mouvements du corps dans un espace sans gravité." Le designer propose une décoration luxueuse, modulaire et lumineuse pour les visiteurs qui auront chacun leur propre cabine. Les hublots, quant à eux, offriront une vue imprenable sur la Terre. De quoi admirer les continents et les océans confortablement depuis sa cabine ! En effet, la société Axiom a prévu dès 2020 de prendre possession de la Station Spatiale Internationale. Amener des touristes et des fans de science-fiction dans l’espace, en orbite, situé à 408 kilomètres de la Terre : un rêve qui devient réalité.
Immobilier
Agence de Paris
Barclay and Crousse : des architectes au Pérou Barclay and Crousse : des architectes au Pérou
Jean-Pierre Crousse, né à Lima en 1963, obtient son diplôme d’architecte à l’Université URP à Lima, puis à Politecnico di Milano. Il a enseigné à l’Ecole d’Architecture de Paris-Belleville de 1999 à 2006, et il est actuellement professeur à la Pontificia Universidad Católica del Perú et professeur invité dans plusieurs universités au Chili, Argentine et Colombie. Sandra Barclay, née à Lima en 1967, obtient son diplôme d’architecte à l’Université URP à Lima, puis à l’Ecole d’Architecture de Paris-Belleville. Elle obtient le Prix Robert Camelot 1993, décerné par l’Académie d’Architecture, et est boursière de la Fulbright Foudation en 1999. Elle est actuellement professeur à la Pontificia Universidad Católica del Perú. En 1994, Sandra Barclay et Jean Pierre Crousse créent et dirigent à Paris Barclay & Crousse Architecture. En 2006, ils ouvrent une agence à Lima, poursuivant les projets en France sous le nom d’Atelier Nord Sud, associés à Jean-Marc Viste et Guilhem Roustan. Leur œuvre a reçu plusieurs prix internationaux, notamment les Emerging Architecture Awards (Royaume Uni, 2001 et 2003), le Record Houses Award (Etats Unis 2004), le prix de la meilleure œuvre construite à la Biennale Iberoaméricaine (Espagne, 2004), le prix Amérique Latine à la Biennale de Buenos Aires 2013 et le prix CICA 2013 catégorie Amérique Latine, décerné par le Comité International de Critiques d’Architecture. Leurs projets ont été publiés dans les principales revues, telles Casabella, Abitare, A+U, GA Houses, Architectural Review, Architectural Record, Arquitectura Viva, AMC, entre autres. Une monographie sur les projets péruviens a été publiée par Lettera Ventidue éditions : Barclay & Crousse « Segnali di Vita tra Due Deserti », Siracuse 2012 Après s’être confronté à l’urbanisme chaotique de la ville de Lima, il faut prendre la direction du Sud pour regagner la tranquillité péruvienne. C’est au km 116 de la seule route bordant la côte du Pérou que les architectes Sandra Barclay et Jean-Pierre Crousse ont imaginé trois projets résidentiels. Cachées derrière un large portail en bois, une quinzaine de maisons se côtoient sur les hauteurs arides de la plage La Escondida. Agrippées à la falaise, trois maisons font face à l’immensité de l’océan pacifique… C’est au cours des années 1998, 2001 et 2002 que Barclay et Crousse dessinèrent ces trois projets depuis leur atelier parisien, trois maisons nommées casas 39, 40 et 41. Conscients de la difficulté à suivre un chantier à distance et désireux de garder le total contrôle sur la réalisation, le couple d’architecte ôta tout détail superflu du projet pour ne garder que le gros œuvre et la notion d’espace. Préférant travailler avec les matières environnantes afin de minimiser le coût et l’énergie de transport, les maisons se constituent essentiellement de béton pour la maçonnerie, de brique en terre crue pour le remplissage, enduites par la suite de ciment parfois peint. S’inspirant de certains principes des maisons précolombiennes, Barclay et Crousse imaginèrent des espaces, pour la majeure partie, extérieurs, afin de dépasser la notion d’abri pour s’intéresser en priorité à l’idée de microcosme. Grâce à une forme moderne et épurée, les espaces, à la fois fluides et transparents, entretiennent ainsi quasiment toujours un lien avec le paysage.
Immobilier
Agence de Paris