voulez
vous
vivre ?

fr | en
Actualités
Cinq idées cadeaux pour les fans d’architecture et de design

Cinq idées cadeaux pour les fans d’architecture et de design

Lifestyle
Agence de Paris
Posté le 10/12/20

À quelques jours de Noël et avec la réouverture des commerces, la course aux cadeaux est officiellement ouverte !
Découvrez notre sélection Ateliers Lofts et Associés de cinq cadeaux pour les fans de design et d’architecture.

Tous les ans c’est la même chose, on a du mal à choisir ce que l’on va offrir à nos proches !
On a donc décidé de vous faire une sélection de cadeaux avec une gamme de prix assez large et des styles de cadeaux différents.

1. La bougie « Anti Assholes » de please do not enter

Please Do Not Enter présente une sélection de plus de 100 artistes et designers internationaux fondés et organisés par les collectionneurs d'art français Emmanuel Renoird et Nicolas Libert. Ils ont apporté à Los Angeles leur propre vision de l'expérience d'achat en 2014.

Une bougie à l'humour décalé qui repoussera les parasites qui empoissonnent votre vie. Une bougie qui gardera "les trous du cul" hors de votre espace mais attention, qui ne les tue pas !

Pourquoi offrir une bougie pour Noël ? Elle mêle lumière et parfum et nous fait beaucoup rire. Alors pourquoi ne pas craquer !

Prix: 37 euros

https://www.pleasedonotentershop.com/candle-anti-assholes.html

2. L’enceinte « Phantom» de Devialet

La marque conçoit et commercialise toute une gamme d'enceintes connectés haut de gamme créée 2007 par Pierre-Emmanuel Calmel, ingénieur, Quentin Sannié, entrepreneur, et Emmanuel Nardin, Designer.

Pour décorer autant qu’équiper notre maison, l’enceinte Devialet est un objet décoratif à part entière.
On l’adopte pour le made in France mais surtout l’esthétisme original du produit. L’enceinte Phantom de Devialet est considérée comme la meilleure enceinte sans fil au monde, elle n’est ni plus ni moins un petit bijou de la musique.

C’est le cadeau pour les amateurs de design et de musique !

Prix: 299 euros.

https://www.devialet.com/fr-fr/phantom-speaker/phantom-premier/

3. Le vase « Hualos Calado » de Margaux Keller

Margaux Keller est une jeune designer et architecte d’intérieur qui fait partie de ceux qui pensent à la conceptualisation d’un objet au sens large du terme ou d’un espace : l’émotion. L’élégance, la poésie et le décalage sont ses trois mots d’ordres.
Margaux Keller Collections propose des séries d’objets en édition limitée fabriquées localement par des artisans au savoir-faire d’exception.
Le vase « Hualos Calado », inspiré de la Grèce Antique, apportera une touche tendance à votre décoration.

Ce vase est un « must have » pour décorer harmonieusement votre intérieur !

Prix: 380€

https://www.margauxkellercollections.com/products/hualoscalado

4. La lampe pipistrello de Gae Aulenti

Cette lampe, créée en 1965 par le designer et architecte Gae Aulenti, est devenue un objet culte, un icône du design, à la fois simple et raffinée. Il imagine une lampe modulable qui s’adapte à son environnement, elle peut être lampe de table ou de sol. La lampe Pipistrello est considérée comme un objet phare du design industriel.

On craque pour son éclairage agréable et sa forme sculpturale qui font d’elle une pièce indémodable, qui trouve sa place dans toutes les pièces de la maison.

Prix: environ 1000 euros

https://www.madeindesign.com/prod-lampe-de-table-pipistrello-h-66-a-86-cm-martinelli-luce-ref620-bl.html

5. Le fauteuil en laine bouclé « Theodore » de Humbert & Poyet

Classique dans notre garde-robe hivernale, cette matière fait irruption dans nos intérieurs. C’est la tendance décoration 2020 ! Cette matière se marie avec tous les styles de décoration et dégage nature et légèreté…
L’enseigne Humbert & Poyet en est un exemple avec leur fauteuil baptisé « Theodore », c’est leur première collection d’objets décoratifs rendant hommage au style Art déco.

Une idée parfaite qui allie tendance, rareté et confort.

Prix: entre 7000 et 9000 €

Lien: https://theinvisiblecollection.com/fr/product/humbert-et-poyet-fauteuil-theodore/





Source photo : https://www.sortiraparis.com/loisirs/shopping-mode/guides/178846-cadeaux-de-noel-2020-a-paris-toutes-nos-idees-pour-les-fetes

Actualités

Nos actualités associées

Actualités
Simon Porte Jacquemus : portrait d'un futur grand Simon Porte Jacquemus : portrait d'un futur grand
En 2009, à 19 ans, tout juste monté à Paris depuis un village de Provence, il perd sa mère. Un double arrachement à ce qui fera l'ADN de sa marque : le Sud, et celle qui était son soleil. « Les choses sont arrivées malgré moi, je n'aurais pas dû commencer si tôt. La mort de ma mère m'a donné une force, une urgence de vie. » Une vingtaine de collections plus tard, deux cents points de vente et une année 2017 clôturée à dix millions d'euros de chiffre d'affaires - ça en fait des pommes du verger de Bramejean, le hameau familial -, le jeune homme de 28 ans reçoit au dernier étage de l'immeuble Jacquemus, au bord du canal Saint-Martin. Sa Durance parisienne. « Je n'ai aucun secret », prévient-il, avant de répondre à nos questions au milieu de ses collaborateurs, sans le cérémonial cher à ses aînés. Qu'en est-il de l'étiquette de « jeune surdoué de la mode » bien cousue sur son CV et ses vêtements ? « Cette image date de 2009 quand j'ai fait défiler des copines, dont l'influenceuse Jeanne Damas, dans une piscine municipale. J'étais le seul à faire une collection avec rien. J'avais une énergie très brutale, sans fric, c'était assez cru, des filles en smoking avec des tongs Arena. C'était français et naïf. Olivier Rousteing, par exemple, avait déjà une esthétique plus rodée, plus brillante, plus parisienne. Peut-être ai-je ouvert la porte à quelque chose de différent... » Loïc Prigent, réalisateur et commentateur privilégié du milieu, confirme : « Jacquemus a inventé une nouvelle manière de communiquer, de raconter sa mode, sans filtre et sans intermédiaire, ni community manager, ni service marketing. Il fait tout lui-même. Il a une façon d'avancer très cash et très sincère, un peu comme Isabel Marant à ses débuts. » Simon Porte (c'est son patronyme, Jacquemus étant le nom de jeune fille de sa mère et celui de sa marque) n'a jamais attendu de validation. Il n'a pas intégré d'école de mode, n'a pas été l'assistant d'un démiurge fashion, n'a pas fait ses classes dans une maison de couture. Il a tout de même bénéficié du soutien indéfectible de son ami Adrian Joffe, président de Comme des Garçons (Simon fut à ses tout débuts vendeur dans une boutique « Comme des ») et fondateur du concept store Dover Street Market, une des premières enseignes à distribuer Jacquemus. « Adrian m'a regardé comme un créateur, pas comme un jeune mignon qui fait du buzz, ou un fada qui s'agite pour qu'on le regarde. Il a toujours été très proche de mon travail, et c'est devenu un ami, mais je n'ai jamais reçu un euro de sa part », explique Jacquemus. De toute manière, c'est un coup du destin qui l'a conduit à la création, pas un coup de ciseaux.
Lifestyle
Agence de Paris
Exposition Amabouz Taturo Exposition Amabouz Taturo
Posté le 29/08/18 Exposition Amabouz Taturo
Pourquoi une maison de poupée est-elle installée devant les portes du Palais de Tokyo ? C'est l'attraction dont tout le monde parle en ce moment. En se baladant Avenue du Président Wilson, dans le 16ème arrondissement de Paris, on peut tomber sur une drôle de construction, accolée aux murs du Palais de Tokyo, qui n'est autre qu'une maison de poupée géante. Pensée par l'artiste japonais Amabouz Taturo dans le cadre de l'expositon Encore un jour banane pour le poisson-rêve, donnée jusqu'au 9 septembre 2018, cette maison vaut le détour cet été. Avec ses murs roses, ses papiers peints trompe-l’œil et son mobilier coloré, la Doll's house est une invitation à retomber en enfance, thème de la saison d'expositions du Palais de Tokyo cet été. Structurée à la manière d'un conte dont le titre loufoque s'inspire d'une nouvelle de J.D. Salinger, l'exposition explore les différentes facettes de la construction identitaire de l'enfant en mettant en scène son sens de l'émerveillement, ses angoisses, sa capacité à inventer des univers. En parcourant les salles aux ambiances intimes et variées, les visiteurs se retrouvent dans une maison de poupée façon Alice au pays des merveilles, traversent une salle de classe désertée aux murs couverts de graffitis, croisent des statues de clowns esseulés aux postures énigmatiques... A ne pas manquer.
Lifestyle
Agence de Paris