voulez
vous
vivre ?

fr | en
Actualités
Pozzo di Borgo : L'Hotel particulier de Karl Lagerfeld

Pozzo di Borgo : L'Hotel particulier de Karl Lagerfeld

Lifestyle
Agence de Ailleurs
Posté le 15/02/21

Karl Lagerfeld a vécu à l’hôtel Pozzo di Borgo, une demeure historique dotée d’une cour d’honneur et d’un jardin, à Saint-Germain-des-Prés, entre boiseries précieuses et salons d’apparats. Visite d’un lieu exceptionnel dont le grand couturier a loué le premier étage pendant des années.

« C’est un lieu pour dormir, prendre son bain et travailler », nous confiait Karl Lagerfeld à propos de son appartement futuriste du quai Voltaire à Paris. Avant d’investir ce 350 mètres carrés niché dans un immeuble de 1820, le grand couturier vivait dans l’un des plus beaux hôtels particuliers de Paris au 51, rue de l’Université dans le VIIe arrondissement – toujours rive Gauche, donc. Appelé successivement hôtel de Maisons, hôtel de Soyecourt puis Pozzo di Borgo, le bâtiment est édifié en 1706 par l’architecte Pierre Cailleteau (dit Lassurance) sur commande de François Duret ; en 1707, Claude de Longueil, marquis de Maisons, en fait l’acquisition et devient le premier propriétaire de ce joyau architectural entre cour et jardin.

C’est en 1732 que la famille de Soyecourt, une dynastie noble de Picardie, prend possession de l’hôtel et entreprend de grands travaux de rénovations au cours desquels les intérieurs sont métamorphosés par l’architecte Pierre Mouret entre 1749 et 1751. D’une rare finesse, les boiseries sculptées du salon de réception sont l’œuvre de l’ébéniste et ornemaniste Jacques Verberckt qui signe ici un véritable chef-d’œuvre d’inspiration Grand Siècle. Les lieux seront aussi remaniés au XIXe siècle par le suisse Joseph-Antoine Froelicher pour le compte de la famille Pozzo di Borgo dont l’un des héritiers n’est autre que Philippe Pozzo di Borgo, qui a inspiré l’histoire du film Intouchables.

Karl Lagerfeld le côtoiera régulièrement en emménageant au premier étage de la résidence où il loue pendant quelques années des appartements privés avec vue sur la cour d’honneur – il y aurait même installé un équipement sportif particulièrement pointu. Inscrit au registre des monuments historiques depuis 1926, l’hôtel Pozzo di Borgo – reconnaissable à son portail attribué à Claude-Nicolas Ledoux –, a été acquis par le président gabonais Ali Bongo le 21 avril 2010.

© article : admagazine.fr
© photo : guettyimages

Actualités

Nos actualités associées

Actualités
Le nouvel ouvrage de Vincent Fournier sur le Brésil Le nouvel ouvrage de Vincent Fournier sur le Brésil
L’artiste photographe Vincent Fournier célèbre dans "Brasília, une capsule temporelle", un nouvel ouvrage paru aux éditions Noeve, la beauté de cette ville utopiste qui ne cesse de fasciner. « Mon intérêt pour la ville de Brasília vient d'un mélange de fascination et de nostalgie pour les histoires et les représentations du Futur. En effet, la ville d’Oscar Niemeyer, capitale brésilienne construite en quatre ans au milieu d'un désert, incarne la vision du futur des années 1960. Le plan pilote conçu en 1957 par l’urbaniste Lucio Costa coïncide avec le début de l’ère spatiale et du premier satellite artificiel de la Terre : Sputnik. C’est donc l’âge d’or du “space age”, et la ville de Brasília, avec ses airs de soucoupe volante qui aurait atterri au milieu de nulle part, montre la nostalgie et le rêve d'un futur resté gelé dans le temps », détaille l’artiste photographe habitué dans son travail à explorer les différentes mythologies du futur. Afin de rendre compte de cet état, Vincent Fournier confie avoir utilisé la capitale de béton comme un décor dont les habitants ont été mis en scène. Inscrite au Patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1987, cette ville utopiste aux airs de musée à ciel ouvert se distingue par ses perles architecturales devenues emblématiques. De l’escalier sculptural du Palais de l’Itamaraty à la coupole blanche abritant le musée national… ces lieux tout en fluidité, en radicalité et en démesure révèlent au fil des pages de cet ouvrage toute leur beauté photogénique. Brasília, une capsule temporelle, texte en anglais, français et japonais, 154 pages, 44,90 € ou 69 € (édition signée et limitée à 100 copies), éditions Noeve, www.noeve.com Crédit : https://www.admagazine.fr/ Crédit photo : Vincent Fournier
Lifestyle
Agence de Ailleurs
Pozzo di Borgo : L'Hotel particulier de Karl Lagerfeld Pozzo di Borgo : L'Hotel particulier de Karl Lagerfeld
Karl Lagerfeld a vécu à l’hôtel Pozzo di Borgo, une demeure historique dotée d’une cour d’honneur et d’un jardin, à Saint-Germain-des-Prés, entre boiseries précieuses et salons d’apparats. Visite d’un lieu exceptionnel dont le grand couturier a loué le premier étage pendant des années. « C’est un lieu pour dormir, prendre son bain et travailler », nous confiait Karl Lagerfeld à propos de son appartement futuriste du quai Voltaire à Paris. Avant d’investir ce 350 mètres carrés niché dans un immeuble de 1820, le grand couturier vivait dans l’un des plus beaux hôtels particuliers de Paris au 51, rue de l’Université dans le VIIe arrondissement – toujours rive Gauche, donc. Appelé successivement hôtel de Maisons, hôtel de Soyecourt puis Pozzo di Borgo, le bâtiment est édifié en 1706 par l’architecte Pierre Cailleteau (dit Lassurance) sur commande de François Duret ; en 1707, Claude de Longueil, marquis de Maisons, en fait l’acquisition et devient le premier propriétaire de ce joyau architectural entre cour et jardin. C’est en 1732 que la famille de Soyecourt, une dynastie noble de Picardie, prend possession de l’hôtel et entreprend de grands travaux de rénovations au cours desquels les intérieurs sont métamorphosés par l’architecte Pierre Mouret entre 1749 et 1751. D’une rare finesse, les boiseries sculptées du salon de réception sont l’œuvre de l’ébéniste et ornemaniste Jacques Verberckt qui signe ici un véritable chef-d’œuvre d’inspiration Grand Siècle. Les lieux seront aussi remaniés au XIXe siècle par le suisse Joseph-Antoine Froelicher pour le compte de la famille Pozzo di Borgo dont l’un des héritiers n’est autre que Philippe Pozzo di Borgo, qui a inspiré l’histoire du film Intouchables. Karl Lagerfeld le côtoiera régulièrement en emménageant au premier étage de la résidence où il loue pendant quelques années des appartements privés avec vue sur la cour d’honneur – il y aurait même installé un équipement sportif particulièrement pointu. Inscrit au registre des monuments historiques depuis 1926, l’hôtel Pozzo di Borgo – reconnaissable à son portail attribué à Claude-Nicolas Ledoux –, a été acquis par le président gabonais Ali Bongo le 21 avril 2010. © article : admagazine.fr © photo : guettyimages
Lifestyle
Agence de Ailleurs