voulez
vous
vivre ?

fr | en
Actualités


voulez
vous
vivre ?

Actualités

Comment s'organise la reprise de l'activité immobilière  ? Comment s'organise la reprise de l'activité immobilière  ?
Dans les réseaux immobiliers, c'est le branle-bas le combat pour être prêts à rouvrir le 11 mai, date officielle de la fin du confinement. Les quelque 27.000 agences en France ne reprendront pas toutes à cette date ni même ne fonctionneront toutes à 100%. À l'instar du déconfinement, la reprise se fera de manière progressive. Les agents ainsi que leurs clients auront à leur disposition tout un arsenal pour se protéger : des masques, en tissu, certifiés conformes et réutilisables pour la majorité, des gels et des surchaussures. https://www.linkedin.com/pulse/covid-19-quand-et-comment-les-visites-immobili%C3%A8res-vont-kuperfis/
Immobilier
Agence de Biarritz
Le marché immobilier se débloque : La prorogation des délais légaux corrigée par une nouvelle ordonnance Le marché immobilier se débloque : La prorogation des délais légaux corrigée par une nouvelle ordonnance
C’est fait ! Le Conseil des Ministres a adopté aujourd’hui une Ordonnance présentée par Nicole Belloubet, la Ministre de la Justice. Elle corrige les « effets de bord » de celle du 25 mars sur la prorogation des délais légaux. Une bonne nouvelle pour les agences immobilières et les professionnels de la construction qui voient l’horizon s’éclaircir. Plus question de voir le marché bloqué jusqu’à la fin de l’année : le verrou du mois après l’état d’urgence sanitaire saute. Exit l’idée de faire repartir les délais à 0. De bonnes nouvelles, on vous dit ! Concrètement la nouvelle Ordonnance du 16 avril 2020 revient sur les points qui risquaient de bloquer le marché des transactions immobilières pour plusieurs mois. Le délai de rétractation revient à la normale : Le délai de rétractation n’est plus suspendu pendant l’état d’urgence. La borne d’un mois après l’état d’urgence saute. Les acquéreurs qui ont signé un compromis ou une promesse de vente avant ou pendant l’état d’urgence disposent toujours de 10 jours pleins pour se rétracter, à compter de la date de réception du courrier recommandé de notification. « Les délais pour se rétracter ou renoncer à un contrat, par exemple en matière de vente à distance ou de contrats d’assurance ou de services financiers à distance, d’assurance-vie ou encore de vente d’immeubles à usage d’habitation relevant de l’article L. 271-1 du code de la construction et de l’habitation, sont donc exclus du champ de l’article 2 de l’ordonnance précitée (celle de du 25 mars 2020). Une lecture contraire aurait pour effet de paralyser nombre de transactions. » C’est écrit noir sur blanc dans le rapport du Conseil des Ministres. La purge du recours des tiers pour le permis de construire : Là aussi, il y a du changement ! Les délais qui n’étaient pas échus au 12 mars 2020 ne repartent pas à zéro, mais sont suspendus. Plus question, non plus, de faire recalculer le délai à partir du 25 juin 2020. Les délais restant à courir recommencent à partir de fin de l’état d’urgence sanitaire, c’est à dire le 25 mai 2020. S’il restait 10 jours de délais au 12 mars, on recalcule les 10 jours à partir du 25 mai. Les possibilités de recours s’éteignent donc le 23 juin 2020 à minuit. Cette règle n’est applicable que pour si la durée restante pour le recours n’est égale ou supérieure à 7 jours. Si ce n’est pas le cas, la période pour un recours sera d’au moins 7 jours à compter de la fin de l’état d’urgence (soit jusqu’au 31 mai 2020 minimum). « Les délais applicables aux recours et aux déférés préfectoraux à l’encontre d’une décision de non-opposition à une déclaration préalable ou d’un permis de construire, d’aménager ou de démolir, qui n’ont pas expiré avant le 12 mars 2020 sont, à cette date, suspendus. Ils recommencent à courir à compter de la cessation de l’état d’urgence sanitaire déclaré dans les conditions de l’article 4 de la loi du 23 mars 2020 susvisée pour la durée restant à courir le 12 mars 2020, sans que cette durée puisse être inférieure à sept jours. » « Le point de départ des délais de même nature qui auraient dû commencer à courir durant la période comprise entre le 12 mars 2020 et la date de cessation de l’urgence sanitaire est reporté à l’achèvement de celle-ci. » Pour les demandes de permis de construire : L’état d’urgence sanitaire suspend les délais d’instruction des permis de construire des des certificats d’urbanisme, mais ne les annule pas. Ces délais reprennent leur cours normal dès la fin de l’état d’urgence sanitaire. Plus question de faire recourir les délais à partir du 25 juin 2020 (un moins après la fin de l’état d’urgence sanitaire). « Art. 12 ter. – Les délais d’instruction des demandes d’autorisation et de certificats d’urbanisme et des déclarations préalables prévus par le livre IV du code de l’urbanisme ainsi que les procédures de récolement prévues à l’article L. 462-2 du même code, qui n’ont pas expiré avant le 12 mars 2020 sont, à cette date, suspendus. Ils reprennent leur cours à compter de la cessation de l’état d’urgence sanitaire déclaré dans les conditions de l’article 4 de la loi du 23 mars 2020 susvisée. » Pour les délais qui devaient débuter à partir du 12 mars, le point de départ est calculé à partir de l’achèvement de l’état d’urgence sanitaire, soit le 25 mai 2020. « Le point de départ des délais de même nature qui auraient dû commencer à courir pendant la période comprise entre le 12 mars 2020 et la date de cessation de l’urgence sanitaire est reporté à l’achèvement de celle-ci.» « Les mêmes règles s’appliquent aux délais impartis aux collectivités territoriales et à leurs établissements publics, aux services, autorités ou commissions, pour émettre un avis ou donner un accord dans le cadre de l’instruction d’une demande ou d’une déclaration mentionnée à l’alinéa précédent.» Pour les purges du droit de préemption ou DIA: Là aussi, plus question de composer avec des délais à rallonge. Pour les déclarations d’intention d’aliéner notifiées avant le 12 mars 2020, le délai restant à courir reprend dès la fin de l’état d’urgence sanitaire (le 25 mai 2020). « Art. 12 quater. – Les délais relatifs aux procédures de préemption, prévues au titre Ier du livre II du code de l’urbanisme et au chapitre III du titre IV du livre Ier du code rural et de la pêche maritime, à l’issue desquels une décision, un accord ou un avis de l’un des organismes ou personnes mentionnés à l’article 6 peut ou doit intervenir ou est acquis implicitement et qui n’ont pas expiré avant le 12 mars 2020, sont, à cette date, suspendus. Ils reprennent leur cours à compter de la cessation de l’état d’urgence sanitaire déclaré dans les conditions de l’article 4 de la loi du 23 mars 2020 susvisée pour la durée restant à courir le 12 mars 2020. » En revanche, pour les déclarations de droit d’aliéner notifiées pendant l’état d’urgence sanitaire, le point de départ du délai est la fin de l’état d’urgence sanitaire. L’administration disposera donc d’un délai de 2 mois, à compter du 25 mai 2020 pour répondre (soit jusqu’au 25 juillet 2020). « Le point de départ des délais de même nature qui auraient dû commencer à courir pendant la période comprise entre le 12 mars 2020 et la date de cessation de l’urgence sanitaire est reporté à l’achèvement de celle-ci.» https://edmond.immo/2020/04/15/prorogation-delais-legaux-corrigee-nouvelle-ordonnance/?utm_source=sendinblue&utm_campaign=Capsule_Immo_4&utm_medium=email
Immobilier
Agence de Biarritz
Les actes notariés peuvent désormais être signés à distance Les actes notariés peuvent désormais être signés à distance
Le décret permettant la signature électronique pour tous les actes notariés a été publié samedi 4 avril 2020 au Journal officiel. Ce décret prévoit ainsi que « jusqu’à l’expiration d’un délai d’un mois à compter de la date de cessation de l’état d’urgence sanitaire déclaré dans les conditions de l’article 4 de la loi du 23 mars 2020 susvisée, le notaire instrumentaire peut, par dérogation aux dispositions de l’article 20 du décret du 26 novembre 1971 susvisé, établir un acte notarié sur support électronique lorsqu’une ou toutes les parties ou toute autre personne concourant à l’acte ne sont ni présentes ni représentées ». Le notaire recueille ainsi « simultanément avec le consentement ou la déclaration, la signature électronique de chaque partie ou personne concourant à l’acte ». Une modification souhaitée par la Garde des Sceaux et le ministre chargé de la Ville et du Logement qui permettra la continuité de l’activité notariale. Cet acte réglementaire permet de déroger de façon temporaire à l’exigence de la présence physique chez le notaire pour la réalisation des actes notariés. Désormais, pour les ventes dans le neuf comme dans l’ancien, le notaire pourra recevoir le consentement des parties par un moyen de communication à distance et recueillir leur signature électronique. Ce communication à distance garantit bien évidemment l’identification des parties, l’intégrité et la confidentialité du contenu. Dans le secteur du logement, cela permettra aux Français qui le souhaitent de poursuivre leur projet immobilier. décret n° 2020_395 du 3 avril 2020 : https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000041781728&categorieLien=id
Immobilier
Agence de Biarritz
Un nouveau reportage du Parisien sur un bien Ateliers Lofts et Associés PARIS Un nouveau reportage du Parisien sur un bien Ateliers Lofts et Associés PARIS
Pour la 4ème fois consécutive en 2020, le journal Le Parisien a choisi ATELIERS LOFTS ET ASSOCIÉS PARIS pour visiter ensemble un de nos biens en vente en exclusivité actuellement : une étonnante maison loft à Malakoff. Au calme d'une impasse discrète et pleine de charme, cette Maison Loft, hors norme, se distingue par ses volumes et sa configuration familiale. Au rez-de chaussée, une spectaculaire pièce de vie de 80m2 offre près de 5.80m de hauteur sous plafond ! Une cuisine équipée, une buanderie, divers rangements et débarras, ainsi qu'une suite parent avec salle de bains et dressing à l'accès indépendant possible complètent ce niveau. De larges baies vitrées sur l'extérieur apportent lumière et vues végétales. A l'étage, un bel escalier en colimaçon dessert deux chambres et une salle de bains. La mezzanine ouverte offre un vide sur le séjour et un espace adéquat pour un bureau. Une terrasse aménagée complète ce bien rare. Vous pouvez retrouver l'article dans le journal Le Parisien paru le 11 mars 2020. Merci à nos clients de nous faire confiance ! Bon courage à tous et prenez soin de vous et de votre famille.
Groupe
Agence de Paris
La fin de la Paris Fashion Week La fin de la Paris Fashion Week
Posté le 05/03/20 La fin de la Paris Fashion Week
La Paris Fashion Week intervient toujours en clôture du "fashion month", après celle de New York, de Londres et de Milan et est de loin la plus fournie en défilés. Moins "underground" que celle de Londres et plus riche encore que celle de Milan et New York, sa renommée en fait le Graal pour la plupart des créateurs dans le monde. Le mardi 3 mars marquait donc le dernier jour du calendrier officiel de la Fashion Week. Entre le très attendu défilé Chanel automne-hiver 2020-2021 dépourvu de décor thématique pour faire place aux silhouettes, l'esthétique impeccable des couleurs élémentaires chez Hermès, la couture adapté en prêt-à-porter chez Givenchy, les intemporels d'Hedi Slimane chez Celine et l'épure élégante chez Valentino, cette année aura encore su innover et marquer les esprits. Prochaine date : Mode Masculine du mardi 23 au dimanche 28 juin 2020
Lifestyle
Agence de Paris
L'Incroyable histoire du Château d'Ilbaritz, monument emblématique du Pays Basque L'Incroyable histoire du Château d'Ilbaritz, monument emblématique du Pays Basque
Depuis que Napoléon III et Eugénie l'ont choisie, Biarritz jouit d'une réputation balnéaire d'envergure internationale. L'ancienne cité de pêcheurs s'est transformée en agglomération moderne et luxueuse. Les plus grandes familles y ont érigé leurs maisons, l'électrisme est triomphant et si les caprices d'architectures ne surprennent plus vraiment personne, en 1895 la demeure qui s'élève sur les falaises intrigue pourtant plus que tout autre... Les ouvriers ont reçu l'ordre de se taire et l'architecte Gustave Huguenin travaille dans la plus grande confidentialité (Le baron ayant imposé à l’architecte Gustave Huguenin pour cahier des charges que « l’armature de l’ensemble soit indestructible et forme un carcan protecteur à l’orgue Cavaillé-Coll », la demeure est construite avec les meilleurs matériaux, marbres et bois nobles. La toiture est rendue totalement solidaire du reste de l’édifice par un système de piliers en fonte scellés aux façades par des traverses). Le baron Albert de l'Espée (Metz 1852 - Antibes 1918) héritier des fonderies de Wendel en Lorraine acheta le terrain parcelle par parcelle pour 350 000 francs or. Sur la colline de Handia à Bidart, le baron qu'on dit "original" a fait clôturer les 60 hectares du domaine par deux rangées de grillage métallique galvanisé. Albert de l'Espée serait étrange et autoritaire... Il ne souhaite pas être dérangé, encore moins recevoir. Lui même d'ailleurs ne court pas les salons et ne se soumet pas aux devoirs mondains que son rang et sa fortune exigeraient. Le château d'Ilbaritz fut construit entre 1895 et 1897 Le château se situe alors au milieu d’un vaste parc reliées entre elles par un réseau de chemins couverts (on comptait un pavillon chinois, un petit château fort, des chenils, une étable ou encore des cuisines, seul un des bâtiments de ces dernières subsistant encore de nos jours et étant occupé par le Blue Cargo). Il s'agissait aussi de profiter du climat à la façon d'un sanatorium, le baron ayant subi une bronchite dans sa jeunesse. Pour son époque, le château est moderne (eau filtrée, électricité à tous les étages, téléphone et réseau de climatisation). La construction du château coûte 5 millions de francs. Le grand orgue (visible aujourd’hui à Paris basilique du Sacré-Cœur de Montmartre) est démonté en 1903, remplacé en 1906 par un second légèrement plus petit, mais plus perfectionné (facteur Mutin) qu’on peut voir actuellement en l’église d’Usurbil (près de Saint-Sébastien). Vendu par le baron après seulement 4 ans d'occupation au directeur de théâtre P.-B. Gheusi, en 1911, le château sera transformé en hôpital au cours de la Première Guerre mondiale, le domaine morcelé en 1923. Un casino, La Roseraie, est construit sur le flan nord du château, mais un pan de mur s'effondre lors de son inauguration (le nom de l'escroc Alexandre Stavisky y est mêlé). En 1928, la ville de Biarritz annonce le projet d'une luxueuse cité sur le terrain mais la crise de 1929 enterre l'idée, laissant le château à l'abandon. En 1932, deux armateurs basques, Arnaud et Pierre Légasse, l'achètent pour 102 000 francs mais s'en désintéressent. Maison de convalescence pour les réfugiés de la guerre d’Espagne, garnison allemande à partir de 1940 puis annexe de ferme, les dégradations et les pillages continuent jusqu’en 1958 où une restauration partielle est engagée. En 1959, un couple, René et Jeanne Massiaux achète le château pour 12,5 millions de francs ; en 1963, faute d'argent, ils transforment la bâtisse en hôtel, classé Relais & Châteaux. Ils ajoutent une extension à l'aile sud du bâtiment, avec une rotonde panoramique sur l'océan, et ajoutent boiseries et vitraux issus de leur ancien manoir de Sarcelles. Le maire de Biarritz Bernard Marie projette la construction d'une nouvelle station balnéaire qui cernerait le château, ; le projet ne se fait finalement pas. Mais le couple Massiaux doit se séparer du château, mis en adjudication. Revendu en 1986 à Adrien Barthélémy pour 3 millions de francs (l'exploitation hôtelière perdure toutefois pendant quatre ans, jusqu'à la mort de René Massiaux), le château est classé en 1990 (toiture, façades, salle d’orgue, grand escalier, décoration intérieure), empêchant donc l'acheteur de réaliser son projet de centre post-cure de thalassothérapie. Il souhaite alors agrandir le lieu mais l'administration refuse étant donné que le bâtiment est désormais inscrit aux Monuments historiques. Fermé pendant plusieurs années, le château a souffert de son manque d’entretien. Le château a été vendu en juillet 2014 par le couple Christine (fille d'Adrien Barthélémy) et Michel Guérard à l'homme d'affaire Bruno Ledoux (actionnaire du journal Libération), pour y réaliser un hôtel spa. Sources : Jean-Loup Ménochet http://www.forbidden-places.net
Immobilier
Agence de Biarritz
L'architecte Charles Henri TACHON a reçu le prix de l'équerre d'argent ! L'architecte Charles Henri TACHON a reçu le prix de l'équerre d'argent !
Le 25 novembre 2019, le prix de l'Équerre d’argent a été remis à Charles-Henri Tachon lors d’une cérémonie qui s'est déroulée à l'Institut du monde arabe, à Paris. Cette récompense figure parmi les plus importantes de la discipline dans l'Hexagone. Elle distingue chaque année un bâtiment fraîchement réalisé en France et jugé exemplaire. Construite dans le XIVe arrondissement de la capitale, la résidence Julia-Bartet a remporté la mise avec un projet mixte réunissant 86 logements étudiants, un centre de formation et une antenne des Restos du cœur pour le compte de la Régie immobilière de la ville de Paris (RIVP). Présidé par Paul Chemetov, le jury l'a choisie parmi les 25 réalisations de la sélection finale. Faisant écho aux enjeux du Grand Paris, le bâtiment s'efforce non seulement d'établir des liens avec les communes adjacentes mais dialogue également avec l'architecture environnante, emblématique des années 60. Charles-Henri Tachon qualifie volontiers cet édifice de « trait d'union », tant il cherche à suturer un tissu urbain hétérogène et à dépasser les limites imposées par le périphérique. Sur un terrain complexe où s'entremêlent les infrastructures, le volume compact s’élève à partir d'un plan en losange. Chacune des trois entités du programme, parfaitement lisible, possède sa propre entrée et son autonomie. La structure est réalisée en béton porteur teinté dans la masse. Le choix s'est orienté vers un bleu pâle, couleur qui façonne l'identité de la résidence Julia-Bartet. L’Équerre d’argent vient couronner le parcours sans faute de cet architecte discret qui évolue à rebours des grands gestes. crédit : https://ideat.thegoodhub.com/2020/02/27/charles-henri-tachon-paris-architecture-contemporaine/
Immobilier
Agence de Paris
Réouverture du Bœuf sur le toit Réouverture du Bœuf sur le toit
Bonne nouvelle pour les aficionados du Boeuf sur le toit : le restaurant rouvre mi-mars 2020 avec une nouvelle déco et une nouvelle programmation musicale pour le Music-Hall... Inauguré en 1922, le restaurant Le Boeuf sur le Toit s'est refait une beauté juste avant ses 100 ans. Il rouvre ses portes au public à la mi-mars 2020. Célèbre grâce à sa vaste salle Art-Déco et grâce à sa salle de Music-Hall, Le Boeuf sur le Toit a fait danser le tout-Paris. Nombreux étaient les artistes à fréquenter Le Boeuf sur le Toit pendant les années 20, de Coco Chanel à Christian Dior, en passant par le peintre Francis Picabia et le réalisateur Jean Cocteau. La nouvelle décoration que va arborer Le Boeuf sur le Toit en 2020 est signée Alexis Mabille. Si le créateur y apporte sa signature, il a choisi de rester fidèle à l'esprit du lieu en s'inspirant des années les plus glorieuses du restaurant. C'est finalement un "twist de l'Art Déco" qu'il propose pour amener Le Boeuf sur le Toit dans notre époque. Côté cuisine, on retrouve au Boeuf sur le Toit une cuisine de brasserie haut de gamme, avec tout jour un vaste choix de l'écailler avec de beaux plateaux de fruits de mer, mais aussi des grands plats à partager. Cette carte a été créée en collaboration avec le chef Jean-Pierre Vigato. À découvrir ou redécouvrir 34 Rue du Colisée, 75008 Paris.
Lifestyle
Agence de Paris