voulez
vous
vivre ?

fr | en
Le blog

voulez
vous
vivre ?

Le Blog

        TOUS LES GOÛTS SONT DANS LA NATURE - 2ème partie   Dans la continuité de notre thématique sur la nécessité d'intégrer la nature dans la conception architecturale, nous abordons cette semaine l'architecture écologique. Bien loin de son objectif primaire de concevoir et bâtir des lieux de vie pour les hommes, l’architecture se teinte aujourd’hui de différents enjeux qui lui sont liés. L’écologie est un mot à la mode qui se voit propulsé au coeur des discours et des préoccupations actuelles. Un terme qui a déjà infiltré de nombreuses industries tels que le transport, la mode ou l’énergie, qui “écologisent” les dernières technologies de leur secteur respectif.    L’architecture n‘échappe pas à la tendance et se voit elle aussi parée d’une ribambelle de nouvelles méthodes et de matériaux toujours plus performants pour tenter de réduire son impact sur la planète. Ce concept d'architecture écologique est devenu une considération majeure dans la construction des bâtiments et des villes. Désormais, les architectes sont mis au défi de concevoir un design qui excelle dans la forme et la fonction. Aussi, ils doivent pouvoir proposer des solutions intégrées qui prennent en compte les facteurs environnementaux. L’histoire de l’architecture écologique (ou architecture durable) remonte aux origines de l’habitat. Les logements préhistoriques tels que les cabanes ou grottes constituent en effet les premiers habitats écologiques de l’homme. La nature était l’habitat, et vice-versa. Ainsi l’architecture écologique est présente dans les traditions de l’homme depuis toujours, il faut donc l’aborder comme un renouveau. Plus concrètement l’architecture durable se définit comme un système de conception et de réalisation ayant pour préoccupation de concevoir une architecture respectueuse de l'environnement et de l'écologie. Le but primordial est l'efficacité énergétique de la totalité du cycle de vie d'un bâtiment. Les architectes utilisent de nombreuses techniques différentes pour réduire les besoins énergétiques de bâtiments, et ils augmentent leur capacité à capturer ou générer leur propre énergie. Il existe de multiples facettes de l'architecture écologique, certaines s'intéressant surtout à la technologie, la gestion, d'autres privilégient la santé de l'homme, ou d'autres encore, plaçent le respect de la nature au centre de leurs préoccupations.   On peut distinguer plusieurs « lignes directrices » : Le choix des matériaux, naturels et respectueux de la santé de l'homme ; Le choix de l’orientation du bâtit ; Le choix de la disposition des pièces ; Le choix des méthodes d'apports énergétiques ; Parmi les précurseurs du concept et qui ont poussé à l’extrême ce dialogue avec la nature, citons l’architecte italien Paolo Soleri (1919-2013) qui imagina et créa un concept architectural de ville utopique, suivant l’exemple de Wright, qu’il nomma Arcosanti, fusion entre l’architecture et l’écologie.                                                                         **** Pour notre 51ème Newsletter nous continuons à mettre la nature à l'honneur et vous proposons d'illustrer cette thématique d'architecture écologique à travers 3 exemples.  En premier lieu, une de nos dernières pépites en vente, perchée sur les collines de Souraïde; une maison éco-responsable et bio-climatique. Le tout teinté d'une touche basque....Un coup de coeur assuré dans cet environnement verdoyant. Notre rubrique 'l'Art et la Manière' vous présente l'habitat du futur avec la maison "Arche" à haute performance environnementale située dans les Hautes-Pyrénnées et proposée par notre partenaire Architecture de Collection. Autre concept d'habitat ultra-écologique, les "Super Adobe" ou Eco-dômes inspirés des habitations iraniennes et conceptualisés par Nader Khalili, un architecte irano-américain.  Retour ensuite à Guéthary, à la découverte de YAOYA, une épicerie basco-japonnaise solidaire, en quête des meilleurs produits du terroir et qui livre une sélection culinaire locale de premiers choix. Pour conclure, la Home-Box vous parle d'éco-rénovation et des aides associées et vous offre un peu d'évasion avec une parenthèse landaise dans des éco-lodges...    Be "Archi Eco-Friendly"!   Julie LAMBOLEY Directrice des agences Pays-Basque et Landes   Sources : wikipedia, universais.fr, architecturecologique.fr Crédits photo header : Eco Dome - COURTESY OF CAL-EARTH     LE BIEN DE LA SEMAINE En vente chez Ateliers Lofts et Associés Pays-Basque     EXCLUSIVITÉ - MAISON DE CHARME AVEC VUE SUR LES PYRÉNÉES   A 20 minutes de Biarritz, dans un village typique du Pays-Basque, cette étonnante maison contemporaine perchée telle une cabane à flanc de colline offre un panorama unique sur la chaîne des Pyrénées. La maison développe une surface totale de 156m2 et s'organise sur 2 niveaux. Dès l'entrée, la pièce de vie avec sa majestueuse charpente propose un volume lumineux avec salon cosy, coin repas et cuisine ouverte équipée, le tout profitant d'une large terrasse suspendue au milieu des arbres. Une chambre avec dressing, SDE et WC complètent ce niveau. Au RDC, 3 chambres, 1 SDB et 1 WC constituent la partie nuit à laquelle s'ajoute un coin détente, un dressing et une buanderie. 3 places de parking dont une abritée, un cellier et 1 cave agrémentent le tout. Une réalisation étonnante qui s'inscrit parfaitement dans cet environnement unique.   Retrouvez la description complète de ce bien sur: ateliers-lofts.com         ​                 L'ART ET LA MANIÈRE DE DÉCOUVRIR NOTRE RÉGION   LA MAISON NATURADREAM À HAUTE QUALITÉ ENVIRONNEMENTALE   Cette superbe maison bioclimatique à hautes performances environnementales a été réalisée par l’éco constructeur Naturadream. Elle prend la forme d’une arche végétalisée aux lignes courbes, totalement intégrée à l’environnement. Elle se situe à Lapeyre dans les Hautes Pyrénées, à une trentaine de minutes de Tarbes La maison est neuve et développe une surface totale de 150 m². Elle accueille au rez-de-chaussée un bel espace de vie de 46 m² composé d’un salon, d’une salle à manger et d’une cuisine ouverte. L’espace nuit comprend 3 grandes chambres (de 13 à 18 m²) et une salle d’eau. Un espace en mezzanine sous le point le plus haut de la voûte peut accueillir un bureau ou une 4ème chambre. Une superbe pièce « troglodyte » peut être aménagée en entrée principale, en suite indépendante ou encore en cave à vins. Un garage complète l’ensemble. Les espaces de vie s’ouvrent sur une belle terrasse de 60 m² avec piscine, au cœur d’un terrain paysager de 2 500 m². L’implantation judicieuse du bâti permet aux habitants de profiter d’une vue dégagée sur le panorama, tout en étant protégés du vis-à-vis. Le terrain, ses reliefs et mouvements ont été façonnés avec la terre excavée lors de la construction de la maison. Celle-ci prend la forme d’une vaste voûte de béton armé autoporteuse et antisismique, reliant deux façades à ossature bois. La toiture végétalisée, avec ses 40 cm d’épaisseur de terre (au minimum), garantit une excellente isolation thermique et phonique. La piscine prend la forme d’un bassin naturel parfaitement intégré au paysage. Elle est modelée dans un béton architectonique (sans coffrage ni projection) qui imite la pierre naturelle, assure portance, étanchéité et finition. Les matériaux excavés lors de son aménagement ont été remployés dans le façonnement de remblais de terrain qui préservent l’intimité des baigneurs et créent un espace dédié au bien-être.   Elle fonctionne par ailleurs en hydraulicité inversée, ce qui améliore le brassage de l’eau, réduit les frais d’entretien et donne un aspect « miroir » en surface. En vente chez notre partenaire : Architecture de collection Retrouvez la description complète de ce bien sur : architecturedecollection.fr   Crédits photos et sources texte: architecturedecollection.fr             L'ART ET LA MANIÈRE DE DÉCOUVRIR LE PATRIMOINE  "D'AILLEURS"     L'ÉCO-DÔME : UNE MAISON ÉCOLOGIQUE TOUT EN RONDEUR   Construire sa maison de A à Z est le rêve de tous les citoyens responsables en quête de sens. Facile à bâtir, peu coûteux et solide, l’éco-dôme s’impose comme la solution reine en la matière.   Tiny house, yourte, caravaning… Les méthodes de logements alternatifs se multiplient. Mais en matière de modèles auto-construits, l’éco-dôme a non seulement tout pour séduire, mais aussi de quoi terrasser la concurrence.   D’où vient cette habitation ? L’éco-dôme (ou « super adobe ») a été inventé dans les années 1980 par Nader Khalili, un architecte irano-américain visionnaire qui a notamment travaillé sur des prototypes d’habitats lunaires. Mais ce sont les années passées à sillonner des coins reculés et désertiques d’Iran qui lui ont inspiré sa méthode des éco-dômes. D’après lui, ils sont entièrement recyclables, antisismiques, au top en matière d’isolation et résistants aux incendies, aux termites et aux moisissures. Comment ça marche ? Ces habitations reposent sur l’utilisation de la terre comme matière première mélangée à du ciment et de l'eau dans des sacs de polypropylène tissés et fermés. Ce contenant (Le sac Adobe) a été développé par l'inventeur de ces constructions, résistant aux intempérie et indéchirable, permettant de construire les murs de chaque maison. Les boudins ainsi constitués sont empilés les uns sur les autres et fixés avec des fils barbelés. Un assemblage minutieux en forme d’arc assure la stabilité de la maison. Une fois montée, la maison doit être brûlée de l’intérieur pour solidifier la terre. Une coquille d’enduit isolant ou de terre cuite vient enfin sceller l’édifice.   Combien ça coûte ? Concrètement, presque rien. Il est possible de réaliser en un mois un éco-dôme de 50 m² environ, pour moins de 10 000 €. Et ceci en comprenant toutes les installations requises (eau, électricité, menuiseries). Pour ceux qui trouveraient insuffisante la prolifique documentation disponible en ligne, il est possible de faire des stages d’apprentissage. Cal-Earth, l’école fondée par Nader Khalili, propose des cours en ligne et organise régulièrement des formations intensives de sept jours sur son campus à Hesperia en Californie, mais aussi partout dans le monde.    L'éco dôme est-il adapté à la France ? On manque un peu de recul sur les adaptations des enduits liés à des climats à fortes précipitations (voir l’expérience des canadiens). Car l’ennemi de ces maisons, c’est la pluie. Cependant, on en trouve de plus en plus (maisons d’hôtes dans le Périgord, le Gers, la Vendée), y compris dans des régions à fort niveau hygrométrique. Ce qui signifie qu’avec les bonnes compétences, ces maisons sont parfaitement compatibles avec les différents climats français.   Un petit bémol? Les sacs sont faits en polypropylène (dérivé pétrochimique). Mais si l’on compare l’énergie et les ressources naturelles pour faire les sacs à celles nécessaires à une maison traditionnelle, cet aspect est quasiment négligeable!     Ces maisons sont une variation des maisons écologiques dignes d’intérêt, et à expérimenter sous nos contrées afin de diffuser les bonnes pratiques liées à l’isolation, l’étanchéité…   Sources texte : Joseph De Carme / Detours.canal.fr, maison-et-village-verts.fr, architecteo.com Crédits photos : 18h39.fr/ New Ruins, Cal Earth, Sarouty.ma                         L'ÉPICERIE "YAOYA" (八百屋), L'ADRESSE BASQUO-JAPONAISE       YOAYA, L'AUTRE ÉPICERIE   Par Julie Boucherat, Milk Magazine   C’est à Guéthary, qu’Aï et Cédric Bihr se sont rencontrés il y a douze ans. Elle, née à Tokyo, passe son enfance entre le Japon et les États-Unis, étudie les neurosciences au Massachusetts Institute of Technology près de Boston, puis la mode au Studio Berçot à Paris, avant de devenir designer et consultante. Lui, originaire des Hautes-Pyrénées, grandit à Bagnères-de-Bigorre, étudie (aussi !) les neurosciences à Paris, devient journaliste scientifique, puis photographe de mode. Un soir d’hiver, leurs chemins se croisent en terre basque. Quelques années de bourlingage, un mariage et un enfant plus tard, la tribu a besoin de jeter l’ancre. Retour à Guéthary, afin de construire le projet communautaire dont elle rêve depuis toujours.   Un jour, Aï aperçoit un panneau “À vendre” sur une jolie maison située à l’entrée du village. En remontant le fil de l’histoire, elle découvre qu’il y a cinquante ans, se dressait ici l’unique épicerie de la ville, un commerce central pour les habitants, jamais remplacé depuis. C’est une évidence pour le couple : l’épicerie doit renaître de ses cendres pour remplir à nouveau son office, celui de faciliter le quotidien de quelque 1 200 habitants à l’année – loin des 10 000 accueillis en haute saison ! L’épicerie Yaoya, qui signifie “marchand de légumes” en japonais, était née. Aï et Cédric entreprennent alors un voyage initiatique gastronomique sur les sentiers basques, à la recherche du bon, du très bon, de l’exceptionnel, issu du terroir.(...) Des légumes issus d'une exploitation biologique locale, du miel récolté dans la vallée de Campan, des fromages de brebis ou de vache en provenance d’une petite bergerie de la vallée d’Aspe, de la farine de maïs grand roux, typique d’ici, des biscuits faits par une vieille dame d’Hasparren, du cidre de Sare, du bon beurre, des yaourts et de la charcuterie en provenance directe de petits producteurs, tout est sélectionné avec la plus grande finesse. Et ce jusqu’à l’excellent pain au levain bio, élaboré par Bertrand Ducauroy dans sa boulangerie de Ciboure, Etxe Goxoan.    Pour parfaire cette épicerie idéale, des produits traditionnels japonais viennent remplir les linéaires en bois blond, en témoigne la sélection de thés d’excellence. En plus des denrées alimentaires, on retrouve tout le nécessaire à l’entretien de la maison, entre produits naturels en vrac et artisanat japonais. Une petite collection d’objets est même fabriquée spécialement pour l’épicerie (...).   Ce lieu "cross-solidaire" à vocation sociale organise même des ateliers divers: apiculture, cours de japonais, shiatsu, méditation, yoga, nutrition, massage Thaï...   Un incroyable cocktail basquo-japonais qui mérite vraiment le détour!    *Recommandée par notre équipe*   Adresse: 251, avenue du Général-de-Gaulle à Guéthary   Découvrez ce lieu insolite sur leur compte Instagram yaoya_guethary   Crédits photos: Ivan Terestchenko dans Milk Décoration              LA HOME BOX  Ou comment s'informer & se divertir depuis chez soi     RÉNOVATION ENERGÉTIQUE: LES AIDES AUXQUELLES VOUS POUVEZ PRÉTENDRE   Besoin d'améliorer l'isolation de votre logement ? De diminuer votre facture de chauffage ? D'une chaudière plus performante ? Vous pouvez prétendre à des aides pour financer les travaux de rénovation énergétique de votre logement. Découvrez les aides qui correspondent à vos besoins d’éco-rénovation.   A lire      L' ECO LODGE, UNE PARENTHÈSE RARE DANS LES LANDES...   Les Echasses, c'est un hôtel Spa 4 étoiles tourné vers le développement durable, un lieu unique au coeur de la forêt des Landes et à quelques minutes seulement des immenses plages de la côte Aquitaine.   Le bon plan de la semaine       Retrouvez l'ensemble de nos biens sur www.ateliers-lofts.com   ATELIERS LOFTS & ASSOCIÉS PAYS BASQUE  1, avenue d'Ossuna 64 200 BIARRITZ Tél: 05.59.24.67.48 E-mail: biarritz@ateliers-lofts.com   ATELIERS LOFTS & ASSOCIÉS LANDES 2, avenue du Bourret 40 130 CAPBRETON Tél: 05.58.89.28.41 E-mail: landes@ateliers-lofts.com      Nos agences en France: http://www.ateliers-lofts.com/fr/groupe-agences             Vous avez reçu cet email car vous êtes inscrits sur www.ateliers-lofts.com Se désinscrire  
Newsletters
Agence de Pays-Basque / Landes
        TOUS LES GOÛTS SONT DANS LA NATURE - 4ème et dernière partie  Ainsi s’achève notre thématique de ce mois printanier autour de la nature et de l'architecture.   Nous avons pu constater à travers différents concepts (et entre autre le biomimétisme, l'éco-construction et la tranformation) que l'architecture contemporaine se devait aujourd'hui de composer entre les exigences de la modernité et la recherche d’une réconciliation avec la nature.    Nous ne pouvions clôturer ce chapitre sans parler d'architecture organique, ce courant architectural qui s'inspire précisemment de la nature. Plus qu’un courant d'ailleurs, l'architecture organique est une philosophie qui vise à intégrer complètement le bâtiment dans son environnement « naturel », en considérant qu’il devrait se comporter comme un organisme vivant. Un sujet déjà abordé dans de précédentes Newsletters car basé sur le respect de l’environnement et le développement durable devenus les fondamentaux de notre quotidien.   Parmi les précurseurs de l'architecture organique, l'architecte génie Franck Lloyd Wright, un  créateur prolifique qui a marqué l’avènement de ce nouveau courant architectural, écologique et durable déjà à l’aube du XXe siècle.  En juillet dernier, huit de ses fabuleux édifices, conçus durant la première moitié du XXe siècle, ont enfin été inscrits au patrimoine mondial de l’UNESCO.   Ce visionnaire écolo-friendly a montré l’importance de créer des liens entre l’homme et son environnement. Il fut l’instigateur des Prairie Houses, symboles de ce qu’il qualifiait lui-même d’architecture organique. Frank Lloyd Wright a ainsi imposé sa signature, définie par plusieurs directions : le bâtiment doit s’inscrire organiquement dans le paysage, relier l’espace intérieur avec l’environnement extérieur, emprunter à la nature ses matériaux, sa richesse volumétrique et sa liberté de composition.   Un concept devenu un modèle de simplicité et d’élégance, en réaction à la verticalité des gratte-ciels et à l’émergence industrielle. Pour lui « Ce que nous appelons architecture organique n’est pas seulement une question d’esthétique, de culte ou de mode, mais un véritable mouvement, basé sur la profonde conviction d’une nouvelle unité de la vie humaine dans laquelle l’art, la science et la religion sont uns : forme et fonction sont considérées comme une unité ; cela va aussi avec la démocratie". On retrouvera d’ailleurs cette même aspiration autour des années 1920 parmi les fondateurs du Bauhaus en Allemagne comme chez de nombreux artistes d’Europe du centre.                                                                                                           **** Pour notre 53ème Newsletter toujours en communion avec la nature, nous vous (re)présentons une des oeuvres signées Edmond Lay, bel exemple d'architecture organique en Béarn et actuellement en vente au sein de notre agence.  Notre rubrique 'l'Art et la Manière' met à l'honneur  2 architectures qui symbolisent cette harmonie entre l’homme et la nature. Tout d'abord cap sur Gabaston, (petite commune des Pyrénées Atlantiques) avec la Maison Auriol, puis traversons l'Atlantique pour rejoindre la Pennsylvanie et admirer l'une des plus emblématiques maisons de Franck Lloyd Wright, "La maison sur la cascade" (Fallingwater). Grâce à une conception réfléchie qui s’intègre parfaitement à leur cadre naturel, ces 2 bâtiments, leur ameublement et leur environnement deviennent des éléments cohésifs d’une composition unifiée et interdépendante.​   Dans la continuité de faire corps avec la nature, voici GRAINE, une jeune marque de prêt-à-porter locale, remplie d'amour, d'éthique et de nature. Une trés belle découverte plébscitée par notre équipe. Pour conclure, la Home-Box vous prouvre que tout se garde et rien ne se perd et encourage toutes les démarches écologiques dans le domaine de l'habitat et de la décoration.   Alors prenons-en de la Graine et respectons Dame nature !!! Bonne lecture.   Julie LAMBOLEY Directrice des agences Pays-Basque et Landes   Sources : museumtv, trait-decomagazine, Crédits photo header : http://nikoarch.com/houselandscap     LE BIEN DE LA SEMAINE En vente chez Ateliers Lofts et Associés Pays-Basque     UN BEL EXEMPLE D'ARCHITECTURE ORGANIQUE   En Béarn, nichée sur un terrain arboré de 1080 m2 en position dominante, cette maison de 160m2 est un véritable manifeste d’architecture organique, oeuvre du célèbre architecte Edmond Lay. Construite dans les années 70 et inspirée des maisons contemporaines américaines elle s’inscrit harmonieusement dans son environnement. Cette réalisation singulière respecte les thèmes récurrents chers à Edmond Lay : le cadrage, la fluidité, l’angle, la matière et l’atmosphère. Organisée sur 2 niveaux, le rez-de-jardin accueille une vaste pièce de vie déplafonnée à la forme hexagonale et aux parois verticales obliques, une cuisine de type laboratoire fermée, une buanderie, un WC. Une chambre et une salle d'eau complètent ce niveau. A l’étage, trois chambres, un bureau et une salle d'eau constituent la partie nuit. La présence de longues poutres en sapin et leur horizontalité renforcent le coté protecteur de l’habitat, qu’Edmond Lay apparente à l’effet grotte. La lumière est omniprésente et accentue la fluidité de circulation. Les matériaux employés sont bruts et restreints tels que le bois massif, la faïence, la pierre, le béton, le verre. L’ensemble est bordé de vastes terrasses qui prolongent le dialogue entre l’intérieur et l’extérieur. Cette maison unique en son genre aux lignes géométriques marquées se classe dans les architectures remarquables de notre région.   Retrouvez la description complète de ce bien sur: ateliers-lofts.com         ​       L'ART ET LA MANIÈRE DE DÉCOUVRIR NOTRE RÉGION   LA MAISON AURIOL À GABASTON - PAR EDMOND LAY   Tapie dans la forêt, cette maison est l’œuvre à quatre mains des architectes Edmond Lay et Dominique Zimbacca. Un manifeste étonnant, signé dans les années 1970, auquel l’antiquaire Yves Gastou a ajouté la touche finale.   Lorsque le propriétaire des lieux, originaire du Sud-Ouest et passionné d’architecture et de design, décide dans les années 1970 de faire construire sa maison, il se tourne vers un architecte de la région: Edmond Lay. Ce n’est pas un hasard: à l’époque, ils sont tous deux amis avec l’antiquaire Yves Gastou, alors installé à Toulouse, qui les accompagne dans ses découvertes d’artistes et designers du XXe siècle et, en bon précurseur et dénicheur de talents, les conseille judicieusement.   Edmond Lay est une figure de l’architecture dite organique (...). Né dans les Pyrénées, il fait ses études aux Beaux-Arts de Paris après la Seconde Guerre mondiale avant d’entreprendre un voyage formateur en Afrique du Nord puis aux États-Unis. Il y rencontre son modèle, Frank Lloyd Wright, quelques mois avant le décès de ce dernier, et décide de visiter toutes ses réalisations. Il rentre en 1959 passer son diplôme et repart enseigner à l’université de Cornell. Sollicité par Harvard, il préfère retourner en France fonder sa propre agence en 1962 non loin de Tarbes, son pays natal. Grand prix national de l’architecture en 1984, il avait gagné les deux concours internationaux pour la construction de nouvelles ambassades de France à Abu Dhabi et au Koweït mais la guerre du Golfe en empêchera la réalisation.     La pierre, le bois, l’ardoise et la lumière   Ici, ce projet de maison illustre bien sa philosophie : l’immersion totale de la construction dans le site, le dialogue entre l’extérieur et l’intérieur, la fluidité de la circulation. À l’opposé de la dictature du mouvement moderniste d’un Rietveld ou d’un Le Corbusier, il a le souci du rapport à la nature, à l’environnement, l’exigence de l’horizontalité.   Avant tout, en l’occurrence, il demande à voir le terrain avant d’accepter le chantier. Ensuite, il exige que l’aménagement intérieur soit confié à Dominique Zimbacca, un autre architecte et designer français de la même génération. Tous deux sont des adeptes des matières naturelles. Edmond Lay veille lui-même au montage des pierres de Bidache.   La maison s’accroche au dénivelé du terrain, elle en épouse la forme. Le toit est en partie en cuivre pour prendre, avec le temps, le ton vert des feuilles. Le bois est omniprésent. Les poutres rythment les plafonds et les baies vitrées horizontales. Jeu de strates, de puits de lumière ou de meurtrières. La maison est bien dans la lignée de celles de Frank Lloyd Wright tendance « Prairie » : forte horizontalité (d’où leur nom), constructions basses, élimination des cloisons inutiles, aires ouvertes, pivot central avec une cheminée massive, larges toitures qui se prolongent au-delà des murs, bandeaux de fenêtres.   Le mobilier de Dominique Zimbacca, réalisé toujours à la main, est géométrique, puissant, épuré: on peut parler d’un travail de charpente tout de tenons et de mortaises qui semble faire partie intégrante de l’architecture. S’il a été complété par les pièces du sculpteur Jean Touret et la table et les chaises de Carlo Mollino, acquises par les maîtres de maison chez leur ami de longue date, l’antiquaire Yves Gastou, l’ensemble ne forme pas moins un exemple exceptionnellement cohérent d’une architecture en prise directe avec une nature brute où elle puise ses racines et sa puissance.   Sources texte: Article Magazine AD par Thibaut Mathieu  Crédits photos : Romain Courtemanche, caue64.fr                       L'ART ET LA MANIÈRE DE DÉCOUVRIR LE PATRIMOINE  "D'AILLEURS"     LA MAISON SUR LA CASCADE - PENNSYLVANIE - FRANCK LLOYD WRIGHT (1936-1939)   La Maison sur la cascade (Fallingwater ) est une célèbre maison de style "Prairie House" construite pour Edgar J. Kaufmann (riche propriétaire de chaîne de grand magasin de Pittsburgh) entre 1935 et 1939, par l'architecte américain Frank Lloyd Wright.   L’amour des Kaufmann pour les chutes d’eau rapides de Bear Run a inspiré leur architecte à imaginer une résidence placée en porte-à-faux directement au-dessus d’elles. C’était un geste audacieux qui permettait aux Kaufmann non seulement de voir la nature, mais aussi de vivre réellement en son cœur…   Cette conception, selon les récits de plusieurs apprentis Taliesin de Wright, a été réalisée en quelques heures par Wright qui affirmait souvent : « Je ne fais que secouer les bâtiments de mon sac ».   Les premiers dessins de Fallingwater – plans de plancher, perspective et section – étaient, pour l’essentiel, les derniers. Les lignes et les angles de fuite de la maison au-dessus de la cascade ont jailli rapidement et furieusement du crayon de Wright quelques heures avant la visite inattendue de Kaufmann à Taliesin pour observer les progrès de la conception. Le nom « Fallingwater » a également été conçu apparemment sur place, écrit à la main par l’architecte en bas des dessins.   Faisant écho à un modèle naturel établi par les corniches rocheuses avoisinantes, Wright a placé la maison au-dessus des chutes dans un groupe empilé de » plateaux » de béton en porte-à-faux, chacun ancré à une cheminée centrale en pierre. Bien que la maison s’élève à plus de neuf mètres au-dessus des chutes, les lignes horizontales fortes et les plafonds bas qui en résultent renforcent l’effet de sécurité et de protection que Wright cherchait à obtenir. La surface des terrasses extérieures de Fallingwater est presque la même que celle de ses pièces intérieures, ce qui semble attirer l’environnement naturel dans la maison.   Avant même que sa construction ne soit terminée, Fallingwater a captivé l’imagination du monde entier. Elle est l’incarnation de "l'architecture organique". Les détails de la conception de Fallingwater forment une maison qui abrite, tout en estompant la frontière entre l’intérieur et l’extérieur : les sols en pierre se prolongent sur des terrasses, les fenêtres d’angle s’ouvrent vers l’extérieur pour « casser la boîte », les étendues de verre plat encadrent la nature tout au long de ses quatre saisons…   La construction de Fallingwater a pris fin à l’automne 1937, et la famille Kaufmann a commencé à utiliser leur résidence de week-end pour profiter de la maison et explorer ses environs avec des amis – longues randonnées dans les bois, plongées rafraîchissantes sous les chutes et lectures ou repas en plein air. La popularité de Fallingwater était telle qu’en 1939, une maison d’hôtes, reliée à la maison principale par un auvent en béton en cascade, a été ajoutée pour accueillir de plus grandes festivités.   Sans le savoir peut-être, Wright a exposé le meilleur de son art, tempéré par l’expérience et stimulé par l’occasion d’unir l’homme à la nature – une de ses croyances fondamentales.    Avec plus de 4 millions de visiteurs à son actif, nul doute que ce ce chef d'œuvre continue toujours de fasciner.    Sources texte : AD, le Vagabond des Etoiles Crédits photos : AD, Wikipedia,                                  "GRAINE CLOTHING", UNE INSPIRATION DE LA NATURE   Plus qu’une marque, Graine est une histoire de famille ! Un duo père-fille aux passions communes imagine des essentiels conjuguant vie citadine et quotidien en pleine nature.   Chloé Chabaud, la créatrice de la marque nous raconte:   "Graine est née de notre passion commune pour le vêtement et de notre souhait de travailler ensemble pour changer de petites choses à notre échelle.   Très tôt, je m’intéresse au spectacle vivant et la scénographie deviendra ma discipline universitaire. Après des études et projets notamment menés à Madrid, j’envisage de me réaliser en dehors de la scène et d’investir un nouveau terrain de jeu. Je pense tout de suite à collaborer avec mon père, Christophe, directeur marketing de son passé et agent commercial. Fort de 30 ans d’expérience dans ce secteur, il me partage son savoir-faire. Nous nous lançons ensemble dans la création audacieuse d’une marque de vêtements : Graine voit le jour !"  Le potager   "Le potager marque le point de départ de Graine. Niché à seulement quelques kilomètres du centre de Bordeaux, ce petit lopin de terre sauvage devient une véritable révélation pour moi. Je m’attache à cet endroit clandestin que j’investis avec mes amis. J’aime chausser mes bottes et revêtir ma veste usée pour expérimenter la terre avec eux. Je trouve magique qu’une simple graine puisse offrir de si jolies récompenses.   Au contact des couleurs, des textures et des odeurs que recèlent ce petit laboratoire, je réunis, sans vraiment m’en rendre compte, la matière créatrice de Graine. C’est dans ce potager, propice aux expériences sensorielles, et sous les conseils aguerris de mon père Christophe, que je dessine la première collection printemps-été 2019 nommée « Jeune Pousse"    Le vestiaire Graine   "Graine c’est un vestiaire atemporel avec des pièces privilégiant les matières naturelles et un usage dans le temps. Très proche de la nature, je suis aussi très citadine et ne réfute en rien la richesse des villes qui est aussi essentielle à mon inspiration. Ainsi, j’ai voulu créer un vestiaire entre ville et jardin. Un vêtement pratique et résistant mais aussi esthétique et sophistiqué. Le combo parfait pour moi ! L’inspiration végétale est immense. J’ai imaginé mes premières pièces comme la salopette ou la veste comme des essentiels de notre vestiaire. Et puis il y aussi la dualité père/file et donc masculin/féminin qui entre en jeu et qui inconsciemment crée une silhouette propre à nous. Nous ne créons pas des collections au gré des tendances, à chaque saison c’est la même direction : 4 couleurs, des essentiels que l’on reconduit et quelques nouveautés.   Nous voulions produire notre vestiaire non loin de notre région. C’est au Portugal à quelques kilomètres de Porto que nous avons eu la chance de développer nos collections au sein d’ateliers familiaux.   Les deux frères qui accueillent notre projet partagent les mêmes valeurs que nous. C’est un réel travail d’équipe et nos collaborateurs savent nous écouter et nous accompagner dans nos engagements et nos démarches."    Chaque graine compte   "Graine s’entoure de personnes qui, dans leur domaine d’activité, souhaitent créer autrement pour l’environnement. Notre catalogue, nos étiquettes et nos cartes de visite sont réalisés par Sheedo; une jeune entreprise espagnole qui confectionne ses papiers avec des fibres de coton issues du recyclage textile. L’étiquette Sheedo qui accompagne votre vêtement contient des semences écologiques de fleurs et de légumes. Il suffit de la mettre en pot ou en pleine terre et de l’arroser régulièrement pour initier votre « mini potager ». Les pochettes de nos envois e-shop sont fabriquées à partir d’amidon de maïs, non toxique, biodégradable et sans polyéthylène. Les impressions sont réalisées avec des encres à base d’eau. L’équipe de Graine remercie wastebasedco d’écrire avec elle une nouvelle histoire ! Aux blisters en plastique qui emballent la plupart des produits du prêt-à-porter, nous avons préféré une solution compostable et biodégradable de chez TIPA". (...)   Il y aurait tant à dire sur cette jeune marque remplie d'amour et de nature.   Pour faire votre récolte, RDV sur graineclothing.com et @graineclothing   Sources textes: grainecloting.com, cityhoodapp.com Crédits photos: graineclothing.com              LA HOME BOX  Ou comment s'informer & se divertir depuis chez soi     CONSTRUIRE SA MAISON AVEC DES ÉLÉMENTS RECYCLÉS; C'EST POSSIBLE!   Dans le secteur de l’habitat, les démarches écologiques ne sont plus un effet de mode, elles sont une nécessité. Alors pour bâtir des logements plus respectueux de l’environnement, des techniques de construction alternatives fleurissent, à l'image de l'utilisation des matériaux recyclés.   Par ici     DÉRIVE : DES LUMINAIRES IODÉS À BIARRITZ...   Pierre-Yves est le fondateur de Dérive, un  concept de revalorisation des flotteurs marins en lumière d'intérieur.   Basé à Biarritz, c'est en ramassant les déchets sur la plage que ce "Géo Trouve-Tout" a découvert le potentiel de ces flotteurs que l'on a tous un jour croisé lors de nos balades cotières.   P-Y redonne une vie à ces déchets marins en les sublimant pour qu'ils fassent partie de votre déco d'intérieur. Une belle façon de dire merci à l'océan.   @derivebiarritz   Une autre idée géniale       Retrouvez l'ensemble de nos biens sur www.ateliers-lofts.com   ATELIERS LOFTS & ASSOCIÉS PAYS BASQUE  1, avenue d'Ossuna 64 200 BIARRITZ Tél: 05.59.24.67.48 E-mail: biarritz@ateliers-lofts.com   ATELIERS LOFTS & ASSOCIÉS LANDES 2, avenue du Bourret 40 130 CAPBRETON Tél: 05.58.89.28.41 E-mail: landes@ateliers-lofts.com      Nos agences en France: http://www.ateliers-lofts.com/fr/groupe-agences             Vous avez reçu cet email car vous êtes inscrits sur www.ateliers-lofts.com Se désinscrire  
Newsletters
Agence de Pays-Basque / Landes
        TOUS LES GOÛTS SONT DANS LA NATURE - 3ème partie    Face à la prise de conscience des enjeux écologiques planétaires, l'architecture se doit aujourd'hui d'être éco-responsable. Après l’architecture biomorphique, l’architecture écologique, notre 3ème chapitre s’intéresse cette fois à la transformation architecturale, sujet indissociable de la question urbaine : la réutilisation pour ouvrir la voie à une renaissance, le recyclage pour stimuler de nouveaux usages. Au cours des dernières décennies, les bâtiments comme les infrastructures ont offert des exemples de mutation réussie. La métamorphose de l’existant par adaptation à de nouveaux programmes est ancienne. Mais dans les années 1960 la démolition systématique de certains quartiers était devenue la règle. Devant ce phénomène, certaines voix à l'époque se sont élevées ainsi qu’en témoigne l’adage de Carlos Scarpa « conserver, c’est transformer ». Pour bien saisir l’importance de cette formule dans son contexte, il faut rappeler que la rénovation à ce moment là n’était pas considérée par le plus grand nombre, comme acte de création à part entière.   Depuis les années 1980, diverses démarches ont confirmé qu’il était possible de transformer avec un grand talent architectural le patrimoine moderne. C’est l’exemple de Ricardo Bofill avec la Fàbrica à Barcelone. Parler de l’art de la transformation, c’est parler tout simplement de l’essence même de l’architecture, à savoir, transformer les situations naturelles comme les situations bâties, les paysages cultivés, habités comme les villes, leurs quartiers et leurs périphéries.  Réutiliser, recycler, c’est la logique de l’époque, une démarche qui s’apprécie à l’aune des stratégies à déployer dans une optique durable. Réversibilité rime alors avec mutabilité. Il s’agit de donner une seconde vie (voire une troisième) à des architectures de qualité comme à des constructions bien plus banales. La réversibilité invite à régénérer des espaces abandonnés, comme à Detroit aux Etats-Unis, ville « monofonctionnelle » qui a dû s’adapter pour faire face à la crise industrielle. Ainsi, surnommée « MotorCity » — on y fabriquait presque toutes les voitures américaines –, elle est en passe de devenir « Farm-Ville » pour désigner son potentiel de reconversion en une véritable ferme urbaine et communautaire. La réversibilité apparaît dès lors comme un véritable levier économique capable de répondre à l’obsolescence des programmes. La mutabilité des espaces et leur métamorphose invitent les acteurs de la ville à avoir une lecture intelligente du bâti, autrement dit à anticiper les usages du futur. Transformer, c’est donc ré-imaginer, réinterpréter, reprogrammer, par exemple des usines ou des abattoirs en lieux culturels, des bureaux en logements (et le phénomène télé-travail devrait accélérer la transformation de ces bureaux fantômes en logements…) Autant de mutations qui proposent de se glisser dans les habits de la modernité d’une époque.                                                                                                                **** Pour notre 52ème Newsletter qui met à l’honneur la transformation architecturale et ce défi des nouveaux usages, nous vous présentons notre dernière nouveauté : un véritable Loft aux volumes spectaculaires, illustration parfaite d’une conversion réussie d’un bâtiment industriel en habitation unique. Notre rubrique 'l'Art et la Manière' vous emmène à Bordeaux, sur les rives de la Garonne; on vous présente ici (pour ceux qui ne le connaissent pas déjà) l'écosystème de DARWIN, un lieu alternatif issu d'une friche militaire, classé 2ème lieu le + visité à Bordeaux. Puis direction l’Italie à Turin, avec la transformation du LINGOTTO, ancienne usine Fiat par Renzo Piano , icône de la transition du monofonctionnel au multifonctionnel.   Retour dans les Landes (un peu brutal, certes), à Tarnos, pour découvrir un endroit génial...un atelier de restauration de vieux vélos tenu par un passionné, Julian. Pour conclure, la Home-Box vous explique comment transformer un local commercial en habitation et vous fait découvrir REZAK, une association biarrotte pas comme les autres qui, figurez-vous, sublime nos déchets (oui, oui)!   Abracadabra!   Julie LAMBOLEY Directrice des agences Pays-Basque et Landes   Sources : Crédits photo header :     LE BIEN DE LA SEMAINE En vente chez Ateliers Lofts et Associés Pays-Basque     SPLENDIDE LOFT AVEC PATIO ET PARKING À BIARRITZ   Biarritz, dans un quartier résidentiel, à l'abri des regards, splendide loft de 211m2 avec patio offrant des volumes exceptionnels. Le RDC dispose d'un vaste espace de réception baigné de lumière et offrant un séjour/salle à manger avec sa cuisine ouverte équipée. Ce même niveau accueille une chambre avec dressing, une salle de bain, un espace buanderie ainsi qu'un bureau. Un escalier design en métal mène au niveau superieur qui propose deux grandes suites avec salle d'eau et wc, un grand dressing ainsi qu'un espace bureau/chambre.   A l'exterieur, un patio intime de 60m2 exposé sud-ouest confère à ce bien un esprit convivial. Le béton, le métal et le verre, matériaux dominants de cette réhabilitation font de cet espace contemporain un lieu de vie unique. 4 places de parking et une annexe de 16m2 pour 2 roues agrémentent cet ensemble rare au calme absolu et à quelques pas des commodités.     Retrouvez la description complète de ce bien sur: ateliers-lofts.com         ​                 L'ART ET LA MANIÈRE DE DÉCOUVRIR NOTRE RÉGION   L'ECOSYSTÈME DE DARWIN, LIEU ALTERNATIF ET LABORATOIRE D'INITIATIVES À BORDEAUX   Texte: Lisa Domergue pour Carenews, 07/20   Visiter Bordeaux sans se rendre à Darwin, c’est un peu comme faire l’impasse sur la Tour Eiffel à Paris. Deuxième lieu le plus visité de la ville, cette ancienne caserne militaire accueille tous les ans plus de 700 000 visiteurs. Un tiers-lieu avant-gardiste qui fait cohabiter depuis plus de dix ans entreprises, associations, projets expérimentaux et grand public.   Cette ancienne caserne militaire a été rachetée en 2010 par le Groupe Evolution, la holding créée par Philippe Barre (le créateur du lieu) pour aider des projets innovants respectueux de l'environnement. (...) Difficile à l’époque d’imaginer que cette friche industrielle deviendrait le deuxième lieu le plus visité de Bordeaux.   Chaque année, les 700 000 visiteurs viennent travailler dans les 6 000 mètres carrés d’espace de coworking, manger au Magasin Général, le plus grand restaurant bio de France, se retrouver entre amis pour boire une bière artisanale de la Brasserie de la Lune, chiner dans le bric-à-brac d’Emmaüs, rider dans le skatepark indoor Le Hangar, se balader dans la « zone d’agriculture urbaine expérimentale (ZAUÉ) » la ferme Niel  ou encore acheter des Veja d’occasion dans le nouveau concept store qui a récemment ouvert ses portes. Cette friche urbaine rénovée abrite même le lycée alternatif Edgar Morin (LEM).   La particularité la plus singulière de Darwin est probablement sa capacité à faire cohabiter entreprises, associations et coopératives. Au total, 230 entreprises locataires sont hébergées dans les 6 000 mètres carrés de coworking et de bureaux, et il ne s’agit pas uniquement de structures de l’ESS : on y trouve des entreprises à mission comme des sociétés classiques. Des structures qui généreraient un chiffre d’affaires de 70 millions d’euros. 40 résidentes, fédérées autour de l’association La 58ème, viennent également enrichir le lieu.   Le tiers-lieu repose sur un modèle économique rentable, notamment grâce aux loyers versés par les entreprises locataires qui permettent, entre autres, d’amortir le coût de la réhabilitation des bâtiments. En plus de cela, chaque entreprise doit reverser 5 % de son chiffre d’affaires au site, qui réinjecte le montant dans la Darwin Foundation. Ce fonds de dotation a vocation à financer et pérenniser les initiatives à but non lucratif de Darwin, comme les jardins potagers en permaculture de la ferme Niel, ou encore le village associatif qui accueille cinq familles réfugiées. (...)   L’un des postulats fondateurs de l’écosystème Darwin est de « ne plus placer l’homme en haut de la pyramide mais parmi tous les êtres vivants ». En réhabilitant l’ancienne caserne militaire, les darwiniens ont donc tout mis en œuvre pour que les différentes structures soient aussi éco-responsables que possible. (...)   Crédits photos : Carenews.com, Darwin             L'ART ET LA MANIÈRE DE DÉCOUVRIR LE PATRIMOINE  "D'AILLEURS"     L'USINE LINGOTTO À TURIN, UN EXEMPLE DE MUTATION RÉUSSIE   Le site FIAT du Lingotto qui se trouve naturellement au cœur de la ville de Turin, a été l’un des principaux sites industriels de la maison piémontaise. Situé dans le quartier de Nizza Millefonti, au sud-est de Turin, il abrite toujours le siège et les bureaux du constructeur italien ainsi qu'un ensemble d'activités commerciales variées.   Le chantier colossal en béton armé (principal matériau de la construction) a démarré en 1915; un projet pensé et réalisé par l’architecte-ingénieur Giacomo Mattè Trucco et son équipe composée entre autres de Francesco Cartasegna et Vittorio Bonadè Bottino. L'usine fut inaugurée en grande pompe en 1923 en présence du Roi d’Italie. Les travaux d’extension se poursuivirent jusqu’en 1930.   L’usine de 5 étages comprenait deux corps de bâtiments longitudinaux, destinés à la production des automobiles. À chaque extrémité, FIAT ajouta, entre 1923 et 1926, deux rampes hélicoïdales. Cela permettait ainsi aux voitures de pouvoir passer directement du rez-de-chaussée à la piste d’essais (chaîne de montage en spirale), astucieusement installée sur le toit de l’usine. Le circuit aérien est composé de deux parties rectilignes de 400 mètres et de deux courbes paraboliques inclinées. Les rampes en colimaçon permettaient ensuite de faire redescendre les voitures ainsi testées.   L'imposant bâtiment abritait à la fois les ateliers de fabrication et la direction de FIAT. Le reste des services administratifs et la cantine du personnel étaient quant à eux situés dans un autre bâtiment indépendant celui-ci construit en 1926. Des dizaines de modèles d’automobiles sont sortis des chaînes de fabrication de lieu incroyable pendant de longues années. La fabrication cessera en 1982, le dernier modèle fabriqué étant la Lancia Delta.   En 1985, FIAT chargea le grand architecte génois Renzo Piano, (à qui l'on doit d'innombrables ouvrages un peu partout dans le monde et notamment celui du Centre Pompidou - Beaubourg à Paris), de transformer ce lieu gigantesque en centre polyvalent.   Symbole de l'« archéologie » industrielle, l'usine a été recoupée lors d'un laborieux processus de transformation avec diverses utilisations : tertiaire, logements et hôtels, et des activités culturelles. À l'extérieur la structure a été conservée en l'état, mais à l'intérieur tout a été modifié pour répondre aux nouvelles contraintes de fonctionnement.   Au fil du temps, dans les nombreux volumes du Lingotto, on a créé le centre des expositions en 1992, le centre des congrès et l'auditorium Giovanni Agnelli en 1994, deux hôtels en 1995, un centre de services, de nombreux bureaux de représentation, un centre commercial avec des dizaines de commerces, bars et restaurants en 2002, un héliport. À partir de 1997, le siège des directions du groupe Fiat est revenu dans le bâtiment indépendant de bureaux. En 2002 la pinacothèque Giovanni e Marella Agnelli a été inaugurée. L'architecte Renzo Piano a déclaré, à cette occasion, avoir voulu recréer au Lingotto « une partie originelle de la ville ». La piste d'essais des voitures a été réaménagée et sert actuellement à la présentation de nouveaux modèles et est ouverte au public.   Sources texte : italy-villas.fr (Colette Fitzpatrick), autonewsinfo.com, wikipedia Crédits photos : archilovers.com, Angelo Luisi Montenegro                          SANTA'S WORKSHOP CYCLE VINTAGE ATELIER DE RÉPARATION DE VÉLOS ANCIENS      LE CYCLE RECYCLÉ   Julian, le propriétaire des lieux vous accueille dans son petit atelier du Santa’s Worshop Cycle Vintage situé à Tarnos à deux tours de roues du Pays basque, où il rénove et personnalise toutes sortes de vélos anciens afin de pouvoir leur donner une seconde vie ! Ses services:   - Rénovation et/ou personnalisation de votre vélo ancien - Réparation et service de vélo classque - Montage à la carte et customisation - Vente de vélos anciens et pièces d’occasion - Création et personnalisation de caisse en bois - Création artisanale avec pose de guidoline en cuir et/ou gomme laque - Atelier personnalisé : possibilité par vous même de monter ou réparer votre vélo avec conseils à l’appui - Récupération de vélo ancien (même endommagé)   L'histoire de Julian et sa passion en quelques mots   Originaire du Pays basque et infirmier de profession à l'origine, Julian a tiré profit de ses diverses expériences à l'étranger et notamment en Autsralire pour se découvrir une véritable passion pour les vélos anciens. Là-bas, il fera ses armes dans 2 différents ateliers "La Bohème Pignon Fixe " et "Mottainai Cycles" en y apportant sa french touch. A son retour en France il décide de créer son propre workshop à Biarritz, qu'il délocalisera quelques années plus tard à Tarnos dans les Landes.    3 possibilités pour avoir le vélo Vintage de vos rêves   Chaque vélo qui sort de l’atelier ne ressemble à aucun autre! - Première option, vous amenez un vélo pour le restaurer; un vieux vélo récupéré dans votre cave, celle des grands parents ou des voisins. - Deuxième option, vous choisissez un des cadres disponibles, et de cette base vous constituez le reste du vélo (choix du pédalier, des pédales, du guidon, de la selle etc…). - Troisième et dernière option, vous craquez pour un des exemplaires à vendre, quelques modèles tout faits sont disponibles à la vente à l’atelier !   Qu'on se le dise, Julian est un éco-artiste de la bicyclette. Laissez-lui votre vieux vélo, il vous rendra une pièce collector!   *Recommandé par nos équipes*    Découvrez l'atelier sur Instagram santasworkshopcycle   Adresse: 5 rue de la Cité à Tarnos   Sources textes: https://asxva21.com, havingfun.fr, Kindabreak              LA HOME BOX  Ou comment s'informer & se divertir depuis chez soi     COMMENT TRANSFORMER UN LOCAL PROFESSIONNEL EN HABITATION?   Il est possible de transformer un local professionnel en logement. Il s'agit d'un changement de destination qui doit respecter les règles d'urbanisme. Si le local est situé dans une copropriété, vous devrez également tenir compte de son règlement.   A lire      QUAND LES DÉCHETS DES UNS DEVIENNENT LA MATIÈRE PREMIÈRE DES AUTRES...   "Agir contre l'invasion des déchets plastiques" est la mission de RESAK. Cette association basée à Biarritz, revalorise des déchets plastiques par la création de nouveaux objets via les solutions low-tech "precious plastic". Une belle initiative pour trouver des solutions à la pollution plastique sur les littoraux sud Landes et Pays Basque.   @resak.preciousplastic   Une idée géniale       Retrouvez l'ensemble de nos biens sur www.ateliers-lofts.com   ATELIERS LOFTS & ASSOCIÉS PAYS BASQUE  1, avenue d'Ossuna 64 200 BIARRITZ Tél: 05.59.24.67.48 E-mail: biarritz@ateliers-lofts.com   ATELIERS LOFTS & ASSOCIÉS LANDES 2, avenue du Bourret 40 130 CAPBRETON Tél: 05.58.89.28.41 E-mail: landes@ateliers-lofts.com      Nos agences en France: http://www.ateliers-lofts.com/fr/groupe-agences             Vous avez reçu cet email car vous êtes inscrits sur www.ateliers-lofts.com Se désinscrire  
Newsletters
Agence de Pays-Basque / Landes

LA NEWSLETTER